Cottenchy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cottenchy
Saint-Marcel.
Saint-Marcel.
Blason de Cottenchy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Ailly-sur-Noye
Intercommunalité Communauté de communes Avre-Luce-Noye
Maire
Mandat
Marie-Christine Maillart
2014-2020
Code postal 80440
Code commune 80213
Démographie
Population
municipale
580 hab. (2014)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 48′ 36″ nord, 2° 23′ 00″ est
Altitude Min. 31 m
Max. 112 m
Superficie 10,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Cottenchy

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Cottenchy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cottenchy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cottenchy
Liens
Site web http://www.mairie-cottenchy.fr/

Cottenchy est une commune française, située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le méridien de Paris.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Boves Rose des vents
Sains-en-Amiénois N Fouencamps et Dommartin
O    Cottenchy    E
S
Grattepanche Remiencourt et Estrées-sur-Noye

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est limitée à l'est par la Noye, sous-affluent de la Somme par l'Avre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Roger Agache a découver grace à la photographie aérienne des substructions d'une villa gallo-romaines au Bois de Cottenchy[1].

Au XVIe siècle, les artisans du village réparent la flèche de la cathédrale d'Amiens après un incendie[2].

En 1653, lors de la Fronde, les Espagnols ravagent le village et le détruisent presque complètement[2].

Des pèlerinages sont organisés vers l'église Saint-Marcel pour vénérer saint Druon qui accomplit régulièrement des miracles[2].

Première Guerre mondiale

Le village a subit des destructions durant la Première Guerre mondiale[3].

La commune a été décorée de la croix de guerre 1914-1918 le [4].

Deuxième Guerre mondiale

Hébérgé par le docteur Antonin Mans, résistant, Jean Moulin réside à Cottenchy en mai 1941[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouvait de 1793 à décembre 2016 dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme[6], date à laquelle elle a été rattachée à l'arrondissement de Montdidier[7]. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la deuxième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Boves[6]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton d'Ailly-sur-Noye.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Val de Noye, créée par un arrêté préfectoral du [8], et qui succèdait, conformément aux dispositions de la Loi Chevènement, au District du Val de Noye, créé en 1994.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) prévoyant la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Après des hypothèses de regroupement des communautés de communes du Grand Roye (CCGR), du canton de Montdidier (CCCM), du Santerre et d’Avre, Luce et Moreuil[9], la préfète dévoile en octobre 2015 son projet qui prévoit la « des communautés de communes d’Avre Luce Moreuil et du Val de Noye », le nouvel ensemble de 22 440 habitants regroupant 49 communes[10],[11]. À la suite de l'avis favorable des intercommunalités[12] et de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[13] puis des conseils municipaux et communautaires concernés, la fusion est établie par un arrêté préfectoral du 22 décembre 2016[14], qui prend effet le .

La commune est donc désormais membre de la communauté de communes Avre Luce Noye (CCALN).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Daniel Cotrel    
mars 2008[15] en cours
(au 6 mai 2014)
Marie-Christine Maillart   Réélue pour le mandat 2014-2020[16]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 580 habitants, en augmentation de 32,42 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
495 551 575 621 727 732 760 712 678
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
672 638 615 532 520 467 463 455 441
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
394 414 404 350 360 322 339 368 361
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
292 296 341 368 385 372 439 571 580
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire locale fait partie du Regroupement pédagogique intercommunal (RPI) constitué des communes de Cottenchy Dommartin, Fouencamps, Guyencourt-sur-Noye, Remiencourt. L'aspect financier est géré par un SISCO (syndicat scolaire intercommunal)[20].

L'école maternelle établie à Cottenchy compte 22 élèves pour l'année scolaire 2016-2017[21].

La commune abrite le lycée professionnel d'enseignement agricole du Paraclet[22].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'Échaut à Pont-d'Grès.
  • Église Saint-Marcel[23], du XVe siècle. C'était un lieu de pèlerinage à Saint Druon que l'on invoquait pour la gravelle et les maladies des intestins. Dans le chœur, se trouve une dalle en mémoire de Louis Cardon, charpentier de Cottenchy qui réalisa la première flèche en bois de la cathédrale d'Amiens[24].
  • Si le village a compté jusqu'à quatre moulins sur la Noye, il n'en compte plus qu'un, le moulin du château, de la fin du XIXe siècle, situé rue de l'Abreuvoir[25],[26],[27]. Seize charpentiers ont été dénombrés dans le village, par le passé[2].
  • Ferme du Paraclet. C'est à l'origine l'abbaye du Paraclet des Champs fondée en 1219 par Enguerrand II, seigneur de Boves[28]. Elle est abandonnée en 1648, à la fin de la guerre de Trente Ans devant la menace des Espagnols. Elle est détruite en 1714 et reconstruite après la Révolution française pour devenir une école d'agriculture en 1886[29]. La Vierge à l'enfant en pierre date du XIVe siècle et est classée monument historique[30].
Le Paraclet comprend une zone humide de 28 hectares dont 20 ont été classés Natura 2000, avec une trentaine d’étangs alimentés par un canal de dérivation de la Noye. Il abrite un centre de formation technique pour les professionnels de l’environnement et de la nature[31].
Le lycée agricole a ouvert en 2015 une boutique qui distribue ses productions, ainsi que celles de 3 autres établissements et de 23 producteurs locaux[32].
Article détaillé : Abbaye du Paraclet des Champs.
  • Chapelle Sainte-Ulphe[33], sur l'emplacement d'une source, détruite en 1756, restaurée en 1989-1991 par les élèves du lycée[29].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cottenchy Blason Écartelé: aux 1er et 4e de gueules au chevron d'argent accompagné de trois besants d'or, aux 2e et 3e d'azur à la fasce d'argent chargée de trois hures de sanglier de sable, accompagnée de trois étoiles d'or; à la crosse d'abbesse d'or brochant sur le tout.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sébastien Boucher, porcher de la commune, a effectué ses campagnes de guerre avec l'empereur Napoléon Ier[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Photographie aérienne de Roger Agache : Sur la lèvre du plateau, villa gallo-romaine à cour rectangulaire orientée au sud est. La maison du maître, de dimensions modestes (26 x 16 m), a un plan très simple, avec une enfilade de pièces précédées d'une galerie de façade. De grands bâtiments sur semelle de craie sont visibles sur l'aile nord, tandis que l'aile sud, plus floue; présente des bâtiments sur semelle de craie ou sur solins de silex sur une longueur d'environ 200 m. Au sol, tuiles, scories de fer et de plomb. Occupation : début Ier-milieu du IVe s », notice no ARR22_sd803193ZA, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  2. a, b, c, d et e « L'adjoint passionné assure les visites guidées du village », Le Courrier picard, édition maritime, 1er octobre 2015, p.19.
  3. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  4. Journal officiel du 4 novembre 1920, {{p.|17349}.
  5. Site de la commune, section Histoire.
  6. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de la Somme - Recueil n°200 des actes administratifs du 27 décembre 2016 des Hauts-de-France », sur http://www.prefectures-regions.gouv.fr/hauts-de-france/, (consulté le 15 janvier 2017).
  8. « CC du Val de Noye (N° SIREN : 248000523) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 10 septembre 2017).
  9. Cécile Latinovic, « HAUTE-SOMME Moreuil exclue des projets de fusions intercommunaux? », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  10. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  11. Vincent Fouquet et Cécile Latinovic, « Haute-Somme : La nouvelle carte du territoire fait réagir les présidents : La révélation de la nouvelle carte du département, et des découpages des intercommunalités fait réagir les présidents, qui sont majoritairement satisfaits », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  12. Carlos Da Silva, « Intercommunalité - Moreuil accepte l’idée de fusionner avec le Val de Noye, mais veut voir plus grand : Les élus de la CCALM (Communauté de communes Avre, Luce et Moreuil) ont validé le projet de fusion avec Ailly-sur-Noye, mais veulent aussi étudier l’idée d’un rapprochement plus élargi, avec notamment Montdidier et Roye », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  13. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  14. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Avre Luce Noye issue de la fusion de la communauté de communes Avre Luce Moreuil et de la communauté de communes du Val de Noye à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 15 août 2017).
  15. Le Courrier picard, édition Région d'Amiens du 29 mars 2008.
  16. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  20. Site communal, section « écoles ».
  21. L'école sur le site de l'éducation nationale.
  22. La ferme du Paraclet.
  23. Oswald Macqueron, « Aquarelle : A) Eglise de Cottenchy, d'après nature, avril 1870 B) Cottenchy. Chapiteaux de l'ancienne église (Extrait de "La Picardie historique et monumentale") », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 17 septembre 2017).
  24. « Cottenchy », sur http://www.valdenoye.com (consulté le 17 septembre 2017).
  25. « Moulin à farine dit Moulin du Château », notice no IA00076449, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Photographie de Thierry Lefébure (1989) : Moulin du Château, Vue générale, flanc nord-est », notice no IVR22_89800289V, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  27. « Photographie de Thierry Lefébure (1988) : Vue du bâtiment d'eau et de la roue hydraulique verticale », notice no IVR22_89800290X, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  28. C. Pinsard. Lithographie J. Moncourt, Amiens, « Aquarelle : Boves et ses seigneurs : Abbaye du Paraclet des champs - Carrelage de l'église, XIIIe siècle (au quart) », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 17 septembre 2017).
  29. a et b André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 201 (ASIN B000WR15W8).
  30. « Statue : Vierge à l'Enfant, dite du Paraclet », notice no PM80000499, base Palissy, ministère français de la Culture.
  31. Émilie Da Crux, « Un site unique à découvrir à Cottenchy : Une partie du site du Paraclet, à Cottenchy, a été classée Natura 2000. Des opérations de sensibilisation vont être lancées pour le grand public. De quoi admirer des espèces rares », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  32. Audrey Genjusz, « Le lycée agricole de Cottenchy sait se vendre : Ouvert il y a près d’un an et demi, le magasin de produits locaux du lycée agricole le Paraclet, veut voir plus loin », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  33. Oswald Macqueron, « Aquarelle : A) Cottenchy. Chapiteau transformé en pied de croix (Extrait de "La Picardie historique et monumentale") B) Chapelle de Cottenchy, d'après nature, 19 avril 1870 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 17 septembre 2017).