Pierre Falardeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Falardeau
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Montréal
Décès (à 62 ans)
Montréal
Profession Réalisateur
Scénariste
Écrivain
Films notables Elvis Gratton : Le King des kings
Octobre
15 février 1839

Pierre Falardeau (Montréal, - Montréal, )[1] est un cinéaste et écrivain québécois, par ailleurs militant indépendantiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né en 1946 dans l'est de Montréal, Pierre Falardeau grandit à Châteauguay. Son père Alphonse Falardeau (1914-1984)[2], est employé dans une mercerie pour hommes puis directeur de la Caisse populaire de Châteauguay[3]. Sa mère, détentrice d'un diplôme de maîtresse d'école, travaille dans une usine de l’Imperial Tobacco et n'enseignera qu'à partir de 45 ans[4].

Il entre au Collège de Montréal en 1959, où il se lie d'amitié avec Julien Poulin[5]. À l'école, il s'intéresse surtout au sport.

À l'âge de quinze ans, parmi la poignée de livres se trouvant au domicile familial, il découvre avec grand intérêt une vieille édition de l'ouvrage Les Patriotes de 1837-1838[6] de Laurent-Olivier David, dans lequel figurent notamment des lettres écrites par Chevalier de Lorimier avant son exécution. « L'Histoire se révélait. Mon histoire. J'apprenais des mots nouveaux. Des mots absents de l'école. Absents de la radio. Absents de la télévision. Des noms de villages où des hommes s'étaient battus jusqu'à la mort pour la liberté et l'indépendance de leur pays. De mon pays. […] L'Histoire soudain cessait d'être un mot abstrait. L'Histoire devenait essentielle, partie intégrante de ma vie[7]. »

Falardeau raconte qu'il aurait eu son premier contact direct avec la politique en 1962, dans le contexte de la campagne électorale qui mènera à la réélection de Jean Lesage. Son père l'aurait emmené à une assemblée publique au Monument national organisée par « les Amis du docteur Philippe Hamel », qui appuyaient le projet de nationalisation de l'électricité proposé par le gouvernement libéral sortant[8]. « Ce fut ma première leçon de politique. Avec mon père, je découvrais la détermination, l'acharnement et la patience. Il m'apprenait qu'il n'y avait rien de facile. Plus l'enjeu était grand, plus c'était difficile[9]. »

Cette même année, il devient membre du Rassemblement pour l'indépendance nationale, après qu'une affiche de recrutement du parti lui a fait une forte impression. « Pour la première fois de ma vie, on m'appelait, moi, à combattre pour la liberté[10]. » Sa passion pour le projet indépendantiste québécois sera un thème récurrent dans la majorité, sinon la totalité de ses films.

Études[modifier | modifier le code]

En 1967, Falardeau entreprend des études en anthropologie[11] à l’Université de Montréal, où il obtiendra un baccalauréat suivi d'une maîtrise. Le choix de ce champ d'études aurait été motivé par sa volonté d'échapper au conformisme associé aux professions libérales : « Je me cherchais une job où il n'y avait pas de cravate. […] Pour moi, l'anthropologie, c'étaient des gars qui faisaient du canot sur l'Amazone. […] Après ça, rendu à l'université, je me suis aperçu que c'était pas tout à fait ça, qu'il fallait lire des gros livres[12]… »

La Crise d'octobre, qui survient alors qu'il est toujours étudiant, le marquera profondément. La nouvelle de la mort de Pierre Laporte, qu'il apprend depuis la radio dans un taxi, le laisse alors sans voix[13]. Il milite par la suite pour la libération des prisonniers politiques victimes de l'instauration de la loi martiale au Québec. Le jour de Noël 1970, il se rend manifester avec quelques autres militants devant la prison Parthenais pour réclamer la libération des quelque 500 détenus s'y trouvant[5].

Débuts en cinéma[modifier | modifier le code]

En 1971, il réalise son premier film, le court métrage Continuons le combat. Il le présentera comme le premier volet de son mémoire de maîtrise intitulé « La lutte », déposé en 1975. Falardeau répétera souvent que c'est en raison de sa difficulté à traduire par écrit ses observations qu'il a opté pour la caméra[12], et c'est d'ailleurs dans des termes semblables qu'il justifie l'utilisation d'un document audio-visuel dans son mémoire : « L’image permet une meilleure compréhension du phénomène. Le langage écrit est bien pauvre quand il s’agit de présenter une description adéquate de l’ambiance, de l’atmosphère, des lieux, du déroulement du rituel[14]. »

Au cours des années 1970, il se joint à son ami comédien Julien Poulin dans la réalisation de plusieurs autres documentaires : À mort (1972), Les Canadiens sont là (1973), Le Magra (1975), À force de courage (1977), Pea Soup (1978, contenant la fameuse scène du PFK Kid[15]) et Speak White (1980).

Elvis Gratton[modifier | modifier le code]

Ces premiers films, moins connus du public, culmineront avec la série des Elvis Gratton, mettant en scène un admirateur d'Elvis Presley, caricature de la petite bourgeoisie canadienne-française fédéraliste. Compilant trois courts métrages réalisés entre 1981 et 1985, le film Elvis Gratton : Le King des kings demeure aujourd'hui une œuvre marquante de la cinématographie québécoise et son personnage principal est entré dans le folklore québécois.

Les derniers films[modifier | modifier le code]

En 1985, dépité par de nombreux refus de financement pour ses projets de films, Falardeau propose à l’ONF un projet de documentaire sur le Beaver Club, un cercle d'aristocrates issus traditionnellement du commerce de la fourrure. L'ONF accepte le projet et, avec l'aide de sa compagne Manon Leriche, il parvient à tourner des images du banquet annuel du Beaver Club[16]. Ces images ne seront toutefois utilisées qu'en 1993, après le tournage du Steak, pour servir de matériel au film Le Temps des bouffons, un documentaire pamphlétaire d'une quinzaine de minutes.

Par la suite, Falardeau réalise surtout des longs métrages de fiction. On retrouve des films plus dramatiques tels que Le Party (1989), Le Steak (1992), Octobre (1994) et 15 février 1839 (2001). Falardeau poursuivra aussi dans la comédie en réalisant deux suites au premier Elvis Gratton : Elvis Gratton 2 : Miracle à Memphis (1999) et Elvis Gratton 30 : La Vengeance d'Elvis Wong (2004).

Il a écrit également plusieurs textes, discours et lettres ouvertes, dont quelques-uns ont été publiés dans les recueils La liberté n'est pas une marque de yogourt (Stanké, 1995), Les bœufs sont lents mais la terre est patiente (VLB, 1999) et Il n'y a rien de plus précieux que la liberté et l'indépendance (VLB, 2009). Il a aussi eu l'occasion de collaborer comme chroniqueur dans plusieurs publications, notamment Le Couac et Le Québécois.

Depuis 2008, il était chroniqueur à l'hebdomadaire Ici.

Il meurt le 25 septembre 2009 à l'hôpital Notre-Dame de Montréal, des suites d'un cancer du rein métastatique[17], laissant trois enfants.

Ses funérailles sont célébrées à l'église Saint-Jean-Baptiste de Montréal le devant plus de 2 000 personnes[18]. Les funérailles ont été télédiffusées en direct.

Le Jardinier des Molson[modifier | modifier le code]

Le Jardinier des Molson, est un scénario innachevé de Pierre Falardeau. D'abord publié de manière posthume chez les éditions Le Québécois[19], il est repris par le dessinateur Richard Forgues sous la forme d'une bande dessinée. La publication de cette œuvre, décrite par le dessinateur comme un storyboard est principalement financé par des contributeurs via le site de socio-financement Kickstarter[20].

Voici le résumé de l’œuvre inscrit sur la quatrième de couverture :

« Vers la fin de 1918, dans le nord de la France, les soldats du 22e bataillon montent en première ligne. La section du sergent Jules Simard, soit une quinzaine d'hommes, est chargée d'occuper un poste avancé. Les soldats découvrent, avec angoisse, que les Allemands sont en train de creuser une mine sous la position pour la faire sauter. Quatre jours avant d'être relevés! Quatre jours et quatre nuits interminables à attendre la relève. Ou l'explosion. »

— La Grande Guerre au quotidien, dans toute son horreur[21]

Style et pensée politique[modifier | modifier le code]

Remarqué pour son caractère et son franc-parler, Falardeau se réclame, entre autres, de l'œuvre de pionniers du cinéma direct québécois comme Pierre Perreault, Gilles Groulx et Michel Brault. Il estime les poètes Pablo Neruda et Gaston Miron, qu’il a beaucoup cités.

Falardeau dresse une analogie entre l'indépendance du Québec et d'autres luttes pour l'indépendance nationale et la décolonisation dans le monde :

« L'histoire nous enseigne que la défaite de 1760 marque le début de l'occupation militaire de notre territoire. La défaite de 1837-38, elle, marque le début de notre mise en minorité collective et l'annexion définitive de notre pays, annexion préparée par le Union Act de 1840 et consacrée par le système néocolonial de 1867. Car c'est bien de cela qu'il s'agit : notre pays a été conquis par la force et annexé par la force. Et ce système féroce d'exploitation coloniale puis néocoloniale dure encore. Il dure depuis 238 ans.[22] »

Son style mêle à la fois la réflexion intellectuelle, le joual et parfois même la vulgarité. En partie en raison de cette façon colorée de s'exprimer, les médias, en quête de sensationnalisme, ont souvent sollicité ses opinions.

Controverse[modifier | modifier le code]

À compter de 1995, Falardeau travaille à un projet de film sur chevalier de Lorimier, un notaire pendu lors des soulèvements de 1837-1838, mais ne parvient pas à trouver de financement public, en raison, selon le cinéaste, de motifs politiques (note 16, p. 235-247). Une grande pétition d’intellectuels québécois et des manifestations publiques ont finalement raison du refus[23].

Les propos tenus par Falardeau dans les médias québécois ont souvent créé la controverse. Si plusieurs applaudissaient son discours, soulignant son courage et son intégrité, d'autres, au contraire, lui reprochaient sa vulgarité et ses positions extrémistes. Les positions parfois radicales de Falardeau étaient en effet loin de faire l'unanimité, et ses détracteurs lui reprochaient notamment :

  • d'être un sympathisant du Mouvement de libération nationale du Québec[24] ;
  • d'avoir écrit, dans un texte commentant la mort de Claude Ryan en 2004, que son décès était « une bonne chose de faite » et en concluant le texte avec l'adresse : « Salut pourriture! »[25] ;
  • d'avoir été vu, avec son ami Julien Poulin, ce dernier brandissant le drapeau du Hezbollah pendant une manifestation de soutien au Liban tenue à Montréal le 6 août 2006[26] ;
  • d'avoir traité en octobre 2008 le biologiste et environnementaliste David Suzuki de « petit japanouille à barbiche » dans les pages de l'hebdomadaire Ici, après que ce dernier se fut dit déçu des Québécois ayant appuyé le Parti conservateur[27].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Radio-Canada, « Pierre Falardeau est décédé »,‎
  2. Pierre Falardeau, La liberté n'est pas une marque de yogourt, Stanké, 1995, p. 11.
  3. Portrait de Pierre Falardeau sur le blog de Pierre Cayouette.
  4. Pierre Falardeau, La liberté n'est pas une marque de yogourt, Stanké, 1995, p. 93.
  5. a et b Jean-François Nadeau, « Le rude et le doux », Le Devoir, 4 octobre 2009, H1.
  6. Laurent-Olivier David, Les Patriotes de 1837-1838, Eusèbe Sénécal & Fils, Imprimeurs-Éditeurs, 1884.
  7. Pierre Falardeau, « De Lorimier et la conscience politique » dans Chevalier de Lorimier, Lettres d'un patriote condamné à mort, Montréal, Comeau & Nadeau, 1996, p. 9-20.
  8. « L'Avenue du Mont Royal : Portraits » sur mont-royal.net.
  9. Pierre Falardeau, Les bœufs sont lents mais la terre est patiente, VLB, 1999, p. 9.
  10. Pierre Falardeau, La liberté n'est pas une marque de yogourt, Stanké, 1995, p. 16.
  11. Au cours de sa vie, Falardeau semble utiliser indifféremment « anthropologie » et « ethnologie » pour désigner son champ d'études. Toutefois, son mémoire de maîtrise mentionne « maîtrise ès sciences (anthropologie) » en page de couverture.
  12. a et b « Pierre Falardeau, en toute liberté », Les archives de Radio-Canada sur YouTube.
  13. Nathalie Petrowski, « Octobre, prise 2 », La Presse, 14 mars 1993, A5.
  14. Pierre Falardeau, La Lutte, Montréal, Faculté des arts et sciences, Université de Montréal, 1975.
  15. YouTube - PFK-kid
  16. Mireille La France, Pierre Falardeau persiste et filme!, Montréal, L’Hexagone, 1999, chapitre VI.
  17. « Un cancer du rein métastatique a emporté Pierre Falardeau », newswire.ca, 28 septembre 2009.
  18. Agence QMI, « Des funérailles émouvantes pour Pierre Falardeau », sur http://fr.canoe.ca, Le Canal Nouvelles,‎ (consulté le 5 octobre 2009)
  19. (fr) « Le Jardinier des Molson », sur Le Québécois (consulté le 6 mai 2016)
  20. « Le jardinier des Molson, Pierre Falardeau et Richard Forgues », sur Le Devoir (consulté le 6 mai 2016)
  21. Pierre Falardeau, Le Jardinier des Molson (lire en ligne)
  22. Pierre Falardeau, Les bœufs sont lents mais la terre est patiente, VLB, 1999, p. 173.
  23. Jean-François Nadeau, « Le cinéaste et pamphlétaire Pierre Falardeau n'est plus », Le Devoir, 28 septembre 2009.
  24. Crystel Jobin-Gagnon, « Marche des Patriotes », Journal de Québec, 2 juillet 2006.
  25. « L'enterrement du Bonhomme Carnaval » pierrefalardeau.com, 21 juin 2006.
  26. Caroline Roy, « Falardeau encore dans de beaux draps », Le Journal de Montréal, 12 août 2006.
  27. Marc Cassivi, « Elvis Falardeau », La Presse,‎ , Arts et spectacles 1 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]