Phare d'Eckmühl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eckmühl.
Phare d'Eckmühl
Eckmühl2.jpg

Façade ouest du phare

Localisation
Coordonnées
Pays
Localisation
Baigné par
Architecture
Construction
Hauteur
60 m[4]
Élévation
64,80 m[4]
Statut patrimonial
Équipement
Lanterne
Lampe halogène 70 W
Optique
Fresnel focale 30 cm, ∅ 4 m[4],[1]
Portée
23,5 milles
Feux
Aide sonore
1 blast/60 secondes [5]
Gardienné
non[7]
Automatisation
Visiteurs
oui[6]
Identifiants
ARLHS
Amirauté
D0890Voir et modifier les données sur Wikidata
NGA
113-308Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation sur la carte du Finistère
voir sur la carte du Finistère
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le phare d'Eckmühl est un phare maritime situé sur la pointe de Saint-Pierre, à Penmarc'h, dans le Finistère en France. Il mesure plus de 60 mètres de haut. Il a été inauguré le et doit son nom au titre de noblesse de la donatrice qui l'a en grande partie financé. Il sécurise l'une des côtes les plus dangereuses de France en raison de ses nombreux récifs.

Ses murs sont entièrement bâtis en granite de Kersanton et la paroi interne de sa cage d'escaliers est recouverte de plaques d'opaline. C'est aujourd'hui l'un des monuments les plus visités du Finistère.

Le phare fait l’objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le [4] et d’un classement depuis le [8].

Construction[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

De gauche à droite : le sémaphore, la « Vieille tour », la chapelle Saint-Pierre, le « Phare de Penmarc'h » et le phare d'Eckmühl.

La construction du phare d'Eckmühl intervient à une époque où, après plus de deux siècles de marasme, l'économie de Penmarc'h se relève notamment grâce au lancement de conserveries de sardine dans le quartier de Saint-Guénolé et à la pêche à la sardine et au maquereau, entraînant également un fort accroissement démographique[9]. Il éclaire un des points les plus dangereux de la côte bretonne[10].

Le phare d'Eckmühl a été construit à côté des phares précédents, au village de Saint-Pierre. Avant lui ont été utilisés la « Vieille tour », puis le « Phare de Penmarc'h », mis en service en 1835 et prédécesseur direct d'Eckmühl[11]. La France décide dans une loi du de moderniser la signalisation maritime de ses côtes, notamment en procédant à l'électrification de ses phares les plus importants, dont celui de Penmarc'h. Le projet de son nouvel éclairage prévoit un faisceau à 60 mètres de hauteur. Le phare de l'époque mesure 40 mètres et une étude conduit à l'impossibilité technique de suffisamment le rehausser, condition nécessaire à l'établissement d'un éclairage portant en moyenne à 100 kilomètres[12]. En 1890 il est donc décidé de la construction d'un nouveau phare d'une hauteur de 54,20 mètres. Le projet est considéré abouti le , les plans et devis étant acceptés pour une somme totale de 110 000 francs[13].

Un financement inattendu[modifier | modifier le code]

Cependant le la nouvelle d'un financement inattendu vient modifier ce projet. En effet la marquise Adélaïde-Louise d'Eckmühl de Blocqueville lègue dans son testament la somme de 300 000 francs pour la construction d'un phare. Ce phare devra se nommer « phare d'Eckmühl » en l'honneur de son père le maréchal Louis-Nicolas Davout (1770-1823), duc d'Auerstaedt, prince d'Eckmühl. Ce titre de noblesse vient de la bataille d’Eckmühl qu'il avait menée le 22 avril 1809 à proximité du village d'Eggmühl en Bavière. La marquise veut que ce nom de triste mémoire soit racheté par les vies sauvées grâce à un phare. Ainsi dans son testament dit-elle  :

« Les larmes versées par la fatalité des guerres, que je redoute et déteste plus que jamais, seront ainsi rachetées par les vies sauvées de la tempête. »

Elle désire également que ce phare soit situé sur la côte bretonne et en un lieu sûr pour résister au temps. Après étude, une commission décide qu'il sera édifié sur la pointe de Penmarc'h[14]. Afin de se conformer aux vœux de la donatrice, ils s'adjoignent les services d'un architecte parisien, Paul Marbeau, pour la partie décorative de la tour, une première dans l'histoire moderne des phares[12].

Construction du phare[modifier | modifier le code]

Le phare pendant sa construction vers 1895.

Le phare dispose d'un budget de 600 000 francs et sera situé à 122 mètres à l'est de l'ancien phare. Les travaux débutent en et sont assurés par l'entreprise Vabre[15]. L'ancienne maison des gardiens du phare[16] et un calvaire[17] sont détruits lors de la construction du phare d'Eckmühl.

Origine et acheminement des matériaux[modifier | modifier le code]

Le sable vient de Toul ar Stêr, les moellons de Poulgallec, dont la carrière est remplacée par celle de Talarou en mars 1896, et de la grève à l'ouest du sémaphore. La chaux hydraulique, dont la qualité est étroitement surveillée, vient des fours de Marans d'où elle est convoyée par bateau jusqu'à Loctudy puis par charrette jusqu'à Saint-Pierre. Le ciment Portland vient de Boulogne. Enfin le granite de Kersanton vient de Brest où il est préalablement taillé en blocs puis acheminé par la mer dans des gabares jusqu'au port de Kérity. Préféré pour des raisons financières, le transport maritime est difficile et entraîne de nombreux retards, des augmentations du coût total et rallonge le chantier. Du retard est également causé par un manque d'ouvriers[18].

Du granite provient aussi de l'île de Penfret dans l'archipel des Glénan si l'on en croit le témoignage de Victor-Eugène Ardouin-Dumazet : « La petite cale où nous débarquons est animée en ce moment par la présence d'une grosse embarcation qui charge des pierres destinées à la construction d'un nouveau phare à Penmarc'h. Le granit de Penfret se débite facilement ; les abords de la cale sont devenus une carrière où l'on extrait la roche »[19].

Construction de la tour[modifier | modifier le code]

La couche de mortier des fondations est recouverte de goudron pour empêcher l'humidité de monter dans les murs. Le socle est réalisé grâce à un échafaudage facilitant l'accès au chantier et à une sapine permettant de monter les blocs de granite. Le fût et la corniche sont réalisés à l'aide d'une sapine posée à l'intérieur de la tour, en haut de laquelle les blocs sont hissés par une chaîne qui passe en haut dans une poulie et en bas dans un treuil activé par un moteur à vapeur. Les blocs sont ajustés depuis un échafaudage extérieur amovible. Ces deux dispositifs sont périodiquement rehaussés, forçant une pause dans les travaux. Les plaques d'opaline revêtant la paroi interne sont posées depuis un échafaudage tiré par une chaîne remontant dans l'axe de la tour[20].

Le chantier est entaché d'un grave accident : pendant le lavage de l'extérieur, une chaîne soutenant un échafaudage casse et 7 ouvriers font une chute de 10 mètres et sont blessés. Un d'eux est rendu aveugle par l'acide qui est utilisé pour son travail[21].

Inauguration[modifier | modifier le code]

Le phare, dont l'inauguration est initialement prévue pour le , date du 5e anniversaire de la mort d'Adélaïde-Louise d'Eckmühl de Blocqueville, est finalement repoussée au 17 octobre 1897 pour ne pas coïncider avec la grande foire annuelle de Pont-l'Abbé. Cette inauguration donne lieu à de nombreuses festivités[22].

Architecture et aménagement[modifier | modifier le code]

Porte d'entrée.

Le phare se situe dans une cour rectangulaire d'environ 80 mètres par 60[10]. Elle est ceinte d'un mur, dont la face nord qui n'est pas directement exposée à la mer n'a été construite qu'en 1924 à la suite d'un raz de marée[23]. Elle contient en outre les logements des gardiens contre son extrémité ouest et la machinerie près de la face ouest de la tour[24]. Le sol de la cour est décoré, symétriquement aux pieds des faces nord et sud du phare, de deux grands dessins en pierre d'ancre et d'étoile à cinq branches.

Le phare est structuré, de bas en haut, comme suit[25] :

  • une base carrée de 1 m de hauteur ;
  • un soubassement carré de 9,43 m ;
  • un socle carré de 2,96 m ;
  • un corps de 32,63 m ;
  • une corniche carrée de 6,81 m ;
  • un campanile de 4 m ;
  • une lanterne de 9,50 m.

Ses murs sont entièrement faits de granite de Kersanton[15] et ses fenêtres de chêne de France huilé[26]. Pour accéder jusqu'à la lanterne il faut monter un total de 307 marches[27].

Soubassement[modifier | modifier le code]

Quelques marches mènent du sol à la salle basse. Les murs extérieurs du soubassement sont faits de pierres saillantes et sont percés de la porte d'entrée du phare sur la face est et de trois fenêtres sur les trois autres faces. La porte à deux battants est faite en acajou d'Australie et contient des parties vitrées recouvertes de panneaux en bronze et cuivre patinés au vert antique. Elle est surmontée d'une imposte également recouverte d'un panneau en bronze avec un écusson[28].

Corps[modifier | modifier le code]

Escalier du corps, vu d'en-haut.

Le corps de la tour est octogonal à l'extérieur et cylindrique à l'intérieur. Ses murs sont percés de six fenêtres sur la façade est et cinq fenêtres sur la façade ouest, sur le long de laquelle courent également des câbles et sont plantées des antennes. La paroi interne est recouverte de carreaux blancs d'opaline[29].

Il contient un escalier à vis de 272 marches. Ces marches de granite mesurent 18 centimètres de haut, 80 centimètres de large et sont encastrées de 24 centimètres dans le mur[30]. La paroi autour de l'escalier est ponctuée de renfoncements à chaque fenêtre. Le plafond est recouvert de 22 plaques de marbre bleu turquin nervurées de rayons de bronze. La rampe, faite de 2,565 tonnes de bronze, comporte un barreau par marche. Le pilastre a une forme qui imite celle du phare d'Eckmühl[29]. Cet escalier permet d'atteindre une plateforme depuis laquelle une série de 13 marches plus raides mènent à la salle d'honneur du campanile.

Campanile[modifier | modifier le code]

Balustrade du campanile.

Le campanile est constitué d'une tourelle octogonale entourée d'un balcon en encorbellement permettant d'en faire le tour. Cette tourelle contient une salle dite « salle d'honneur »[31]. Entièrement lambrissée en chêne de France et chêne de Hongrie[26], on y trouve une statue en bronze de Louis-Nicolas Davout, réduction de la statue érigée à Auxerre en son hommage[32]. La tourelle est percée de sept fenêtres et a une porte en bronze qui donne sur le balcon. Les rebords de celui-ci sont gardés par une balustrade en granite[30].

Lanterne[modifier | modifier le code]

La lanterne.

Une dernière série de 17 marches mène à la lanterne métallique de 4 mètres de diamètre[4] peinte en blanc à l'extérieur. Celle-ci a une paroi interne boisée puis en verre entrecoupée de barreaux à partir de mi-hauteur[33]. Elle est chapeautée d'une coupole ceinte d'un chéneau orné de gargouilles en tête de lion et de feuilles d'acanthe[4], surmontée d'un piédestal qui servait à soutenir une boule métallique qui n'est plus en place[30]. Un balcon bordé d'une rambarde métallique fait le tour de la lanterne.

La lanterne contient l'appareil optique, composé de deux lentilles de Fresnel posées au-dessus du moteur qui les fait tourner[30].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le phare est directement électrifié lors de sa mise en fonctionnement en 1897[12]. Les moteurs qui l'alimentent sont abrités dans le local de 153 mètres carrés situé à son pied[34]. L'électricité permettant au phare de fonctionner est fournie grâce à des alternateurs de type Méritens. Ceux-ci sont entraînés par un arbre de transmission, lui-même entraîné par des courroies en tissu actionnées par des machines à vapeur d'une puissance moyenne de 12 chevaux[35]. Ces dernières consomment chaque année 125 tonnes de charbon acheminé par caboteurs depuis Saint-Nazaire jusqu'au port de Kérity[34]. En 1901, le phare d'Eckmühl est le plus puissant du monde avec celui de Créa'ch[35].

Les deux moteurs sont remplacés en 1910 par des nouveaux d'une puissance de 23 et 33 chevaux et consommant 175 tonnes de charbon par an. En mai 1929 le phare est relié au réseau électrique de la ville. Pour contrer les pannes de secteur, une batterie d'accumulateurs est installée en 1931 et prend automatiquement le relais en cas de besoin[36].

Appareil optique[modifier | modifier le code]

Le phare d'Eckmühl est le premier de France à émettre de la lumière en utilisant deux optiques. Ce système permet, pour la même consommation électrique qu'un seul gros optique, d'obtenir un faisceau plus puissant et est plus économique[37].

Ces optiques sont des lentilles de Fresnel à quatre panneaux renfermant chacune une lampe halogène[4]. Les lampes d'origine étaient des ampoules à incandescence traditionnelles. Les lentilles sont mises en rotation par un moteur électrique et reposent sur un support lui-même plongé dans un bain de 100 kilogrammes de mercure pour limiter autant que possible les frottements. Elles font un tour complet en 20 secondes ce qui permet d'obtenir un éclat toutes les cinq secondes[37].

L'appareil optique a une longueur focale de 30 centimètres. Il produit un éclat d'un dixième de seconde visible jusqu'à 25 milles[4].

Signal sonore[modifier | modifier le code]

Le phare est équipé d'une sirène de Sautter-Harlé depuis son origine[4]. En fonctionnement elle émet un son toutes les minutes[5] entendu à 5 ou 6 milles par temps clair, mais seulement à 2 milles en cas de brouillard très épais. Chaque émission consomme 400 litres d'air sous pression[38].

Gardiennage[modifier | modifier le code]

À sa mise en service en 1897 le phare compte six gardiens, logés pour moitié dans le bâtiment situé dans la cour du phare, les autres habitant dans le soubassement de l'ancien phare. L'électrification du phare en 1929 entraîne une réduction de leur nombre à quatre, ce système nécessitant moins d'efforts pour le fonctionnement et l'entretien. Ils ne seront plus que trois en 1952[39]. Parmi ces gardiens, Louis et Marie Quéméré[40] eurent à plusieurs reprises les honneurs de la presse, par exemple de la revue "Détective" en 1957 sous le titre Telle fut la vie de Marie Quéméré, une femme toute simple .

Par la suite l'effectif passe à deux. Le phare fonctionne aujourd'hui de façon totalement automatisée. Les deux derniers gardiens titulaires quittent le phare deux jours après son 110e anniversaire, le . Ils sont affectés au phare de l'Île Vierge[7].

Autre utilisation[modifier | modifier le code]

Le phare, en plus de servir à la signalisation maritime, est également utilisé comme site géodésique d'ordre 1 dans le système NTF[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Entrée du phare dans la vie des habitants[modifier | modifier le code]

Au début du fonctionnement du phare, les marins locaux ont du mal à s'habituer à ce nouvel éclairage qu'ils trouvent parfois éblouissant et dont ils jugent le faisceau trop haut. Des pêcheurs de Saint-Pierre et du Guilvinec formulent des demandes de construction d'éclairages auxiliaires qui se heurtent au refus d'une administration argumentant que les marins se feront à ces nouvelles conditions de navigation avec le temps[41].

Les habitants de Saint-Pierre vivant dans la misère sont confrontés à la condition envieuse et aux exigences de confort des gardiens de phare qui viennent s'installer[42]. Une plainte est déposée en 1911 contre les gardiens qui sont accusés de profiter et même d'amplifier l'hécatombe d'oiseaux migrateurs, qui parfois s'écrasent contre le phare ou s'épuisent en tournant autour, attirés par la forte lumière (pollution lumineuse). Ils vendraient leur viande illégalement. L'administration des Ponts et Chaussées les couvre, allant jusqu'à retourner l'accusation contre les habitants de Saint-Pierre, mais un gardien est par la suite jugé coupable de contrebande. Le phénomène d'attirance se termine plus tard avec la couverture lumineuse homogène totale des côtes françaises[43].

Accident mortel[modifier | modifier le code]

Le 14 juillet 1911, jour de la fête nationale française, en grimpant sur la lanterne pour ajuster un drapeau un gardien glisse et tombe de toute la hauteur du phare. Il meurt le lendemain de ses blessures[23].

Occupation allemande[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, Penmarc'h est occupé par les soldats allemands. Sept d'entre eux prennent position dans le phare le 3 août 1940. Les soldats creusent des tranchées dans la cour et occupent progressivement les logements des gardiens. À la fin de l'été 1943 ils placent des explosifs dans le phare et dans la salle des machines, faisant craindre sa destruction. L'optique et les objets de valeurs sont évacués mais finalement la menace n'est pas mise à exécution. Les Allemands quittent le phare en juin 1944[44].

Exploitation contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1997, les 100 ans du phare donnent lieu à de nombreuses festivités[45]. Le phare a été inscrit au titre des monuments historiques le 26 septembre 2005[4] et classé le 23 mai 2011.

Le phare est dorénavant ouvert au public moyennant une entrée payante[27]. C'est la plus grande attraction touristique du Pays Bigouden et la 6e du Finistère avec près de 55 000 entrées en 2009[46].

En 2007, les 110 ans du phare donnent lieu à la première édition du "Championnat du monde de l'ascension du phare d'Eckmühl", course pédestre contre la montre consistant à gravir 290 marches, jusqu'à la salle de veille, le plus rapidement possible. Le record était détenu, depuis la seconde édition, par l'athlète nantais de 400 m haies Loïc Sellin  : 56 s 92 en 2008 ; 57 s 15 en 2009 ; 56 s 29 en 2010. En 2011, il termine deuxième derrière Vincent Lucas, un coureur du CA Bigouden qui effectue un chrono de 56 s 86. Mais en 2012, le record est pulvérisé par Quentin Thomas, un jeune coureur de 20 ans originaire de Quimper, et pratiquant l'escrime. Le record du monde est donc de 52 s 09[47]. Un an plus tard, le 24 août 2013, le recordman remporte une nouvelle fois l'épreuve en passant sous la barre des 50 secondes, pulvérisant ainsi son record désormais à 47 s 02. En deux ans, le jeune homme améliore donc de près de 10 secondes les anciens records.

À partir de novembre 2008 et durant huit mois, le phare a fait l'objet d'importants travaux de restauration au niveau de la salle d'honneur. Cette opération a été menée en vue d'une analyse des structures porteuses en acier. Elle a consisté en un déshabillage des plafonds et des planchers de la salle. Elle a été pilotée et financée par le service des phares et balises de la Direction départementale de l'Équipement du Finistère[6],[48],[49]

Le phare dans la littérature[modifier | modifier le code]

Le phare a inspiré à Max Jacob un poème intitulé Le phare d'Eckmühl dans lequel il compare le rôle d'une femme envers des hommes à celui du phare envers les marins[50].

Ce nom a aussi servi de base au nom de la capitale fictive de la bande dessinée Lanfeust de Troy. Le phare apparaît dans la capitale sur la dernière planche du premier album.

Tableaux[modifier | modifier le code]

Vues du phare[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Plisson, Plisson et Charles 2002, p. 205
  2. a et b IGN
  3. Chatain 1988, p. 41, 53
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Dreyer et Fichou 2001
  5. a et b DDE 2006
  6. a et b DIRMNAMO 2012
  7. a, b et c Portais 2007, p. 3
  8. Notice no PA29000049, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Duigou 2002
  10. a et b Preller 1898, p. 1
  11. Chatain 1988, p. 5
  12. a, b et c Dreyer et Fichou 2005, p. 179 à 182
  13. Chatain 1988, p. 36
  14. Chatain 1988, p. 36-40
  15. a et b Chatain 1988, p. 41
  16. Chatain 1988, p. 24
  17. Chatain 1988, p. 66
  18. Chatain 1988, p. 41-43
  19. Victor-Eugène Ardouin-Dumazet, Voyage en France’’, tome II d’Hoëdic à Ouessant’’ ; Berger-Levrault, 1895, page 212, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k73539j/f280.image
  20. Chatain 1988, p. 43-44
  21. Chatain 1988, p. 44-45
  22. Chatain 1988, p. 53
  23. a et b Chatain 1988, p. 72
  24. Chatain 1988, p. 42
  25. Chatain 1988, p. 51
  26. a et b Chatain 1988, p. 46
  27. a et b VillePenmarc'h 2012
  28. Chatain 1988, p. 46,47,49
  29. a et b Chatain 1988, p. 47
  30. a, b, c et d Chatain 1988, p. 52
  31. Appellation utilisée dans Chatain 1988, p. 46
  32. Chatain 1988, p. 37
  33. Chatain 1988, p. 48
  34. a et b Chatain 1988, p. 58
  35. a et b Fichou 2006
  36. Chatain 1988, p. 60,74
  37. a et b Preller 1898, p. 3,4,5
  38. Preller 1898, p. 2
  39. Chatain 1988, p. 58,74,75
  40. http://fazery.net/histoire/quemere_gardien_phare.php
  41. Chatain 1988, p. 64,65
  42. Chatain 1988, p. 69
  43. Chatain 1988, p. 71,72
  44. Chatain 1988, p. 74,75
  45. Jezequel 1997
  46. ComitéTourisme 2009
  47. AFP, « Montée du phare d'Eckmühl: le record est battu et tombe à 52 secondes 09 », 25 août 2012.
  48. [1] voir le communiqué de Presse
  49. [2] voir l'inauguration après les travaux
  50. Jacob 1955

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 25 octobre 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.