Phare des Birvideaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Phare des Birvideaux
Phare des birvideaux.jpg
Phare des Birvideaux, le 24 août 2017
Localisation
Coordonnées
Adresse
Histoire
Construction
Automatisation
oui
Gardienné
non
Visiteurs
non
Architecture
Hauteur
29,40 mètres
Équipement
Feux
deux éclats blancs toutes les 6 secondes
Identifiants
Amirauté
D1014Voir et modifier les données sur Wikidata
NGA
113-636Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Morbihan
voir sur la carte du Morbihan
Red pog.svg
Localisation sur la carte de l’arrondissement de Lorient
voir sur la carte de l’arrondissement de Lorient
Red pog.svg

Le phare des Birvideaux est un phare situé sur le plateau des Birvideaux, entre Groix, la presqu'île de Quiberon, et Belle-Île-en-Mer.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il s'agit du phare français dont la construction fut la plus longue : elle dura 54 ans (de 1880 à 1934)[1].

Si l'édification de cette tourelle dura si longtemps, c'est à cause, d'une part, de la configuration difficile du plateau, exposé à la houle du large et immergé en permanence, et d'autre part de problèmes de logistique qui affectèrent le chantier presque tout au long de sa durée. La construction des fondations fut réalisée entre 1903 et 1922. Entre 1923 et 1933, les soubassements furent construits. Les chambres de la sirène et de la lanterne furent aménagées en 1934. L'allumage définitif du feu eut enfin lieu le 8 novembre 1935.

Initiamement, on pensait plutôt tenter aux Birvideaux la construction d'une balise en fer de 18 mètres de haut. En 1879, Léon Bourdelles écrivait en effet dans son rapport : « Cette solution a été adoptée en raison des difficultés et des dépenses qu'entraînerait la construction d'une tourelle sur le sommet du plateau, à 2 mètres 60 en contrebas des basses mers. » Finalement, le choix se porta sur une tour en maçonnerie d'environ 30 mètres de hauteur.

Avant le feu des Birvideaux, le plateau était signalé par des bouées, souvent invisibles en cas de brume ou de houle.

Ce phare, en réalité une grande tourelle, est répertorié comme balise de danger isolé, et en possède donc les caractéristiques (couleurs et signal lumineux). Toutefois, ses couleurs noir-rouge-noir sont quasiment effacées et nécessitent une réfection.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]