Un long dimanche de fiançailles (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Un long dimanche de fiançailles (roman)
Un long dimanche de fiançailles
Réalisation Jean-Pierre Jeunet
Scénario Guillaume Laurant
Jean-Pierre Jeunet
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
Tapioca Films
TF1 Films Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 134 minutes
Sortie 2004

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Un long dimanche de fiançailles est un film franco-américain réalisé par Jean-Pierre Jeunet, sorti en 2004. C'est l'adaptation cinématographique du roman du même nom de Sébastien Japrisot.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans les tranchées de la Somme, pendant la Première Guerre mondiale, cinq soldats français sont accusés de s’être auto-mutilés pour échapper à leur devoir. Condamnés à mort par une cour martiale, ils sont conduits jusqu’à un avant-poste nommé « Bingo crépuscule »[1] et abandonnés à leur sort dans le no man's land qui sépare les deux camps. Ils sont apparemment tous tués. Parmi eux figure Manech, le fiancé de l’héroïne du film, une jeune romantique prénommée Mathilde qui ne croit pas à la mort de son amoureux. S’il était mort, elle le saurait. Forte de cette intuition, elle mène son enquête et recueille peu à peu les indices qui vont l’amener à découvrir ce qui s’est passé ce jour-là à « Bingo crépuscule ». Utilisant des superstitions, elle est amenée à souffler sur la poussière qui voile cette affaire sombre et mystérieuse. Mathilde rencontre un détective privé, M. Pire, qui l'aide dans ses recherches.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le film est adapté du roman du même nom de Sébastien Japrisot dont les droits constituent la participation minoritaire du studio hollywoodien Warner aux côtés de TF1, Canal +, Tapioca (la société de production de Jean-Pierre Jeunet) et la nouvelle société 2003 Production.

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Certaines scènes ont été tournées au hangar Y de Meudon. Les scènes du village breton ont été tournées à Locronan et notamment dans les jardins de l'ancien presbytère. Ce jardin aménagé par la production du film n'a duré qu'une saison. Le lieu de résidence de Mathilde se situe à Plougrescant.

Certaines scènes parisiennes du film ont été tournées à Pontoise (95), place de la harengerie, en raison de l'aspect « XIXe siècle » du lieu. Les scènes de tranchée ont été tournées près de Montmorillon (86 - Vienne), sur un terrain militaire (anciennement terrain des armées de l'OTAN[2]). L'équipe avait creusé des tranchées qui sont maintenant recouvertes.

Lieux de tournage par départements :

Nationalité du film[modifier | modifier le code]

Bien que la majorité des acteurs soient français et l’ensemble des scènes tournées en France, cette coproduction a été jugée étrangère le 26 novembre 2004 en raison de la forte participation de la société américaine Warner Bros. aux frais de production, ce qui lui a fait perdre le droit à une future subvention du centre national de la cinématographie. Le film participera néanmoins aux César du cinéma dans la catégorie générale. Avec un coût de 45 millions d’euros, c’est l’un des films « français » les plus coûteux qui aient jamais été produits.

Le Conseil d'État a finalement décidé que le film était bel et bien américain, et qu’il n’aurait pas de double nationalité, ceci malgré le fait que la réalisation soit française, et le casting à plus de 98 % français décision du Conseil d'État 2007/283319 du 06 juillet 2007). Le producteur délégué du film étant largement contrôlé par la firme Warner, le film n’a donc pu être éligible à une subvention de 8 millions d’euros du CNC[3].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays Box-office Nbre de sem. Classement TLT[4] Date
Box-office Mondial 70 115 868 $ - - Total
Box-office États-Unis/Canada 6 524 389 $ - 3 520e Total
Box-office Belgique 246 543 entrées - - Total
Box-office France 4 413 839 entrées - - Total
Box-office Suisse 129 829 entrées - - Total

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Recycle002.svg
Cette section doit être recyclée (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).  
Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.


  • Dans l’une des scènes du film, on voit l’un des soldats condamnés à mort, Ange Bassignano tenter de se rendre aux Allemands en criant : « Je ne suis pas Français, je suis Corse, moi ». Une polémique s’en est suivie en Corse, d’autant plus que le personnage était veule, lâche et sournois. À l’origine, le soldat devait être marseillais, mais le réalisateur a choisi d’en faire un Corse parce qu’il, explique-t-il, voulait à tout prix filmer la beauté de l’île (et non créer une polémique). À la suite de cette affaire, le film a été retiré des salles de cinéma en Corse dont celles de Propriano. Beaucoup de Corses se sont portés volontaires pour servir dans l’armée française durant la Première Guerre mondiale ; cette phrase porterait ainsi préjudice à leur mémoire.
  • On retrouve dans ce film de nombreuses sources d’inspiration : la couleur sépia de l’image évoque l’atmosphère des albums de bande dessinée de Jacques Tardi, certaines scènes font allusion au facteur de Jour de fête de Jacques Tati, et la bande sonore rappelle le thème du film Les Sentiers de la gloire. Il y a aussi une allusion à un film partageant le même thème : Quand passent les cigognes de Mikhaïl Kalatozov : les deux héroïnes attendent la lettre de leur fiancé et se lancent des paris étranges dont l'issue sera, selon elles, décisive de l'accomplissement de leurs espoirs comme atteindre un certain point avant la fin d'un compte à rebours.
  • Le making-of du film (Une année au Front, 74 min), véritable mine d'informations et d'anecdotes, a obtenu le prix du jury au festival du making-of de Romorantin en 2006[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sébastien Japrisot explique dans son livre qu'un Portrait de Byng au crépuscule donne le nom de la tranchée Bingo Crépuscule. À noter que cette explication n'est pas reprise dans le film.
  2. Au XXe siècle, les forces de l’OTAN ont acquis à l’amiable ou en expropriant[réf. nécessaire] les fermes de l’est de Montmorillon. Les dernières parcelles ont été achetées en 1956. Des troupes américaines ont occupé le camp jusqu’en novembre 1966 où les autorités françaises ont pris possession du terrain.
  3. Le Monde, 10 août 2007
  4. Tous les temps - All Time
  5. Palmarès du Festival du Making-Of 2006

Lien externe[modifier | modifier le code]