Phare de Saint-Mathieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Phare de Saint-Mathieu
Abbacy and lighthouse of Saint-Mathieu.jpg

Le phare de Saint-Mathieu et les ruines de l'abbaye

Localisation
Coordonnées
Adresse
Histoire
Construction
Mise en service
Électrification
Automatisation
1996
Statut patrimonial
Gardienné
non
Visiteurs
oui
Architecture
Hauteur
37 m
Hauteur focale
56 m ou 58 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Élévation
56 m
Marches
163Voir et modifier les données sur Wikidata
Équipement
Lanterne
Lampe aux iodures métalliques de 250 W – 220 V
Optique
Tournante 1 éclat 2 panneaux[1]
Portée
Feux
1 éclat blanc, 15 secondes
Aide sonore
non
Identifiants
ARLHS
Amirauté
A1874.1Voir et modifier les données sur Wikidata
List of Lights
MarineTraffic
NGA
113-104Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation sur la carte du Finistère
voir sur la carte du Finistère
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le phare de Saint-Mathieu est situé sur la pointe Saint-Mathieu, à Plougonvelin, dans les environs de Brest, dans le Finistère. Cette tour, construite en 1835 dans les ruines d'une ancienne abbaye, est un phare majeur de la côte française dont la portée théorique est de 29 milles marins (environ 55 km).

Avec celui de Kermorvan, il donne la direction du chenal du Four, que suivaient les navires transitant sur un axe nord-sud avant la création du rail d'Ouessant, tandis que son alignement avec le phare du Portzic donne la route à suivre pour entrer dans le goulet de Brest.

Le phare fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [2],[3].

Le sémaphore, les ruines de l'abbaye et le phare.

Historique[modifier | modifier le code]

Sur le promontoire de Saint-Mathieu ne se dressent pas seulement les ruines d'une abbaye, mais aussi un phare et un sémaphore moderne. Si cet ensemble peut sembler baroque (au point que certains avaient avancé l'idée, dans le cadre d'une restauration de l'abbaye, de démonter le phare pour le reconstruire plus loin), le site n'en garde pas moins sa cohérence, tant ces éléments sont liés par leur histoire.

Premiers feux[modifier | modifier le code]

La présence d'un feu destiné aux navires croisant dans ces parages est plus ancienne : dès 1157, le duc de Bretagne accorde aux moines bénédictins des droits en compensation de l'entretien d'un feu. En 1250, alors que la construction de l'abbaye est achevée, les moines placent un fanal au sommet d'une tour à feu carrée haute de 40 mètres[4].

Il faut attendre la fin du XVIIe siècle et les besoins d'accès à la nouvelle base navale de Brest, pour qu'on se préoccupe un peu plus sérieusement des conditions de navigation en Bretagne occidentale. En 1689 la Marine royale décide d'expérimenter un nouveau type de lanterne vitrée close installée au sommet de la tour de l’abbaye de Saint-Mathieu, ce dispositif étant plus efficace contre les intempéries (vent, pluie). Cette expérience est si concluante que les ingénieurs du royaume décident de remplacent systématiquement les foyers ouverts des phares existants par ces foyers fermés dont la lanterne permet aux gardiens de surveiller par tous les temps leur feu. Ce projet est achevé à Saint-Matthieu en septembre 1692, en 1744 à Fréhel, en 1778 à Chassiron, en 1784 au Stiff, à Ouessant[5].

Mais l'entretien d'un feu coûte cher. Pour des raisons d'économie, le feu de Saint-Mathieu n'est allumé que par les nuits très noires d'automne et d'hiver. De plus, le feu de charbon ainsi allumé, peu efficace, risque d'embraser l'abbaye. En décembre 1695, on décide de le remplacer par une lanterne renfermant quinze lampions de cuivre placés sur trois rangées superposées et alimentés par de l'huile. Mais là aussi il y avait des inconvénients : dès que le niveau d'huile baisse, la lumière est renvoyée vers le ciel par le cuivre des lampions ; on brûle de l'huile de poisson non épurée, dont les vapeurs fuligineuses encrassent les vitres et réduisaient la portée du phare.

Par ailleurs, Tourville se plaint que le phare ne soit pas régulièrement allumé. Les religieux proposent leurs services en échange du droit de bris et sont chargés d'allumer le fanal à partir du 1er janvier 1694. En 1701, la Marine récupère le phare et loue une maison pour installer un gardien.

En mars 1750, un fort coup de vent démolit la lanterne et l'intendant de la Marine fait renforcer l'édifice par une armature métallique. À cette époque, le feu aurait pu être vu à deux lieues si sa clarté n'attirait les oiseaux de mer qui venaient s'y écraser et briser les carreaux. Pour les protéger, on doit poser un grillage qui absorbe une grande partie de la lumière.

En 1771, le lieutenant général des armées navales comte d'Estaing fait réaliser une série de modifications. On remplace les petits carreaux par de grandes glaces en verre de Bohême et les lampions par des lampes à double mèche alimentées par un mélange d'huile de poisson et d'huile de colza. La puissance de réflexion de ces réverbères à huile est renforcée par des réflecteurs en métal poli. Le feu de ce nouveau phare peut être vu jusqu'à 30 km[6].

L'abbaye en ruine est vendue le 24 juillet 1796 comme bien national, à Budoc Provost, notable du Conquet, qui l'achète 1800 livres en assignats et la livre aux démolisseurs[7]. Ce bourgeois s'est cependant engagé auprès des autorités à ne pas détruire l'église et la tour carrée servant de phare. Épargnée lors la vente des biens nationaux, la tour n'a donc pas été démolie malgré la réserve importante de pierres qu'elle représentait[8].

En 1820, le feu de Saint-Mathieu est équipé d'une installation pour feu tournant avec 8 réflecteurs Lenoir et des lampes d'Argand, qui en accroissaient la portée. Mais reste le problème de la hauteur insuffisante de l'ensemble.

Phare actuel[modifier | modifier le code]

Exposition de 1834 — Appareil d'éclairage du phare Saint-Mathieu. Gravure du Magasin pittoresque, Paris, t. 2, p. 285.

L'état de la tour de l'ancienne abbaye étant pitoyable, la Marine décide de financer et construire une nouvelle tour ronde en granite. La construction se fait en partie avec les pierres de l'abbaye Saint-Mathieu de Fine-Terre et donne naissance à une tour tronconique sur large soubassement circulaire. Elle est couronnée d'une terrasse circulaire ornée d'une corniche à denticule. Une enfilade de huit pièces (magasins, chambres des gardiens) sont disposées en anneau autour de la cage de l'escalier en vis qui en occupe le centre du fût de 3,2 mètres de diamètre intérieur et de 36 mètres de hauteur, dont la base est entourée d'une construction circulaire. L'escalier de 163 marches mène au feu tournant à 16 demi-lentilles placé à 55 m au-dessus du niveau de la mer qui est protégé par des glaces de 81 cm de côté et de 9 mm d'épaisseur. La mise en service a lieu le 15 juin 1835. Le feu à éclipses de 30 secondes en 30 secondes, dont la portée était de 35 km vers 1860, fonctionne d'abord à l'huile de colza, puis au pétrole avant d'être électrifié en 1932. Il s'agit désormais d'un feu à 1 éclat toutes les 15 s, à secteur blanc[9].

En 1900, le phare est équipé d’un brûleur consommant un mélange de pétrole vaporisé et d’air comprimé grâce à un injecteur, ce qui donne une meilleure intensité au feu. Le 10 octobre 1911, le feu est posé sur un bain de mercure et ses caractéristiques changent : c'est depuis un feu à éclat d'une période de 15 secondes. Ces améliorations techniques permettent de supprimer le troisième poste de gardien[10].

Le phare est entièrement électrifié en mars 1932. En juin 1963, il prend son aspect actuel : tour peinte en blanc, marquée « SAINT-MATHIEU » en rouge, et bande rouge au sommet. Il est automatisé depuis 1996 et télécontrôlé depuis septembre 2005. Le phare n’est plus gardienné depuis février 2006[6].

Audiovisuel[modifier | modifier le code]

Le site du phare de Saint-Mathieu sert de toile de fond à la présentation des reportages de la saison 2012-2013 de l'émission Thalassa, sur France 3[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche sur le site de la DDE 29
  2. Notice no PA29000050, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « Classement au titre des monuments historiques de plusieurs phares ou anciens phares du littoral », sur www.bretagne.pref.gouv.fr (consulté le 10 janvier 2011)
  4. (de) Patrick Dittrich, Leuchtturm-Reiseführer, Patrick Dittrich Verlag, , p. 46.
  5. Jean Christophe Fichou, Gardiens de phares: 1798-1939, Presses universitaires de Rennes, , p. 201.
  6. a et b Phare de Saint-Mathieu, site Direction interrégionale de la mer Manche Atlantique - Manche Ouest
  7. Une pratique courante de l’époque pour les particuliers est d’acquérir des biens nationaux pour en récupérer les matériaux.
  8. Michel de Mauny, Le Pays de Léon : Bro Léon, son histoire, ses monuments, Armor, , p. 212.
  9. Bretagne Nord, Place des éditeurs, , p. 47.
  10. Jean Christophe Fichou, Gardiens de phares : 1798-1939, Presses universitaires de Rennes, , p. 93.
  11. « Thalassa sur le site de Saint-Mathieu (Finistère) », sur DIRM NAMO, (consulté le 12 septembre 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Philip Plisson, Guillaume Plisson et Daniel Charles, Phares majeurs de l'arc Atlantique, Éditions du Chêne, [détail de l’édition] (ISBN 2842774035), p. 196-197

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]