Paul Ambille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paul Ambille
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Président
Fondation Taylor
-
Peintre officiel de la Marine
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Maître
Genre artistique
Marine (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Paul Gaston Jean-Michel Ambille, né le à Béziers (Hérault) et mort le à Arette (Pyrénées-Atlantiques), est un peintre et lithographe français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Peintre figuratif, Paul Ambille s'inscrit à l'École des beaux-arts de Paris où il fréquente les ateliers de Jean Dupas, Raymond Legueult et Édouard Goerg et où il a pour condisciple Jean-Pierre Alaux, Joseph Archepel, Jacques Berland, Paul Collomb, Mickaël Compagnion, Émile Courtin, Geoffroy Dauvergne, Paul Guiramand, Jean Joyet et André Plisson[2].

En 1955, il obtient le premier grand prix de Rome pour sa toile Décoration pour une salle de mariage[3], et devient pensionnaire de la villa Médicis à Rome pour quatre années.

Il obtient la médaille d'or du Salon de la Marine en 1992 et est nommé peintre de la Marine en 1993. En 1995, il est élu président de la Fondation Taylor, poste qu'il occupera jusqu'en 2007.

Comme le décrit Jean Saucet : « Sa peinture s'exprime sur un registre aux couleurs vibrantes, les objets que son art appréhende sont vus comme au travers d'un voile, on peut même dire qu'ils sont rêvés, tant ils sont fluides, frémissants, étant la quintessence de leur propre poétique… »[4]

Il conserve longtemps un domicile-atelier au no 2 rue du Général Pershing à Clermont avant de se retirer à Arette.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Contributions bibliophiliques[modifier | modifier le code]

Écrits[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Iran[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Collections privées[modifier | modifier le code]

  • Patrimoine culturel des Lions Clubs de France, Paris, Polo, huile sur toile[10].

Expositions[modifier | modifier le code]

Galeries[modifier | modifier le code]

Paul Ambille est régulièrement présenté aux expositions d’œuvres d’art organisées chaque année aux Printemps de Rochevilaine, depuis 1998, au domaine de Rochevilaine à Billiers (Morbihan). Une des quatre suites du domaine lui a été consacrée. Y est exposée une de ses œuvres originales, qui préside à la décoration de l’intérieur.

Paul Ambille est présenté en permanence dans les galeries suivantes :

  • en France : galerie Robin Léadouze de Paris et Cannes, galerie Hénot à Enghein-les-Bains ;
  • au Japon : galerie Taménaga à Tokyo et galerie Ashia à Osaka ;
  • aux États-Unis : galerie David B. Findlay à New York, galerie Philipps à Palm Beach et Houston ;
  • En Angleterre : galerie George à Londres ;
  • Aux Pays-Bas : galerie Breughel à Amsterdam ;
  • En Suisse : galerie Valotton à Lausanne.

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Galerie Dauphine, Paris, 1960, 1961, 1962, 1964, 1966.
  • Galerie Jean Hénault, Paris, 1963.
  • Galerie Jacques Hamon, Le Havre, 1967.
  • Galerie du Casino, Cherbourg, 1967.
  • Galerie Dauphine, Paris, 1967.
  • Musée Vivant-Denon, Chalon-sur-Saône, juillet-août 1979.
  • Galerie Robin Léadouze, Paris, 1997.
  • Espace culturel, chapelle de Saint-Memmie, du 15 au 23 juin 2002[11].
  • Rétrospective Paul Ambille, Fondation Taylor, Paris, avril-mai 2013[12].

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • Salon de la jeune peinture, musée d'art moderne de la ville de Paris, 1959, 1960, 1963.
  • Biennale de Paris, 1961.
  • Salon d'automne, Paris, 1965 (Les nouvelles du jour), 1967 (Le dimanche), 1969 (Serre n°3), 1970 (Polo), 1971 (Yachting), 1972 (Les musiciens rouges), 1973 (Au cirque), 1975 (Le canter), 1976 (Aux courses), 1977 (Les musiciens), 1978 (Caprichos), 1979 (Disparate), 1980 (Erronkari), 1981 (Las Fallas, 1983 (Sans titre), 1984 (Automne), 1985 (La despedida), 1986 (El Figon), 1989 (Automne), 1990 (Encierro), 1991 (Au cirque)[13].
  • Les Cinquante derniers premiers prix de Rome chez Picasso-Antibes, musée Picasso, Antibes, 1977.
  • École de Fontainebleau 20ème siècle, Rouen,palais des congrès 1977.organisation Vandi, prix Othon Friesz 1973,catalogue préfacé par Louis Pauwels. Avec les peintres,Limouse,Legueult,Sabouraud, Fontanarosa,Journod,Mancini,Lavina,Vignoles, Peltier,Leonard,Gaignoux,Maufay.
  • Paul Ambille & selected artists, Ginza Art Hall, Tokyo, 1990.
  • Hommage à Dom Pérignon - Paul Ambille, Bernard Conte, Michel Jouenne, Monique Journod, Michel King, Roland Lefranc, Le Relais de gourmets, Caen, 1992.
  • Arts en Yvelines - Douze paysages des Yvelines : Paul Ambille, Michèle Battut, Jacques Bouyssou, Alfred Defossez, Viko, Orangerie du château de Versailles, septembre-.
  • Salon des amis des arts, Colombes, Paul Ambille invité d'honneur, novembre-.
  • Arts et artistes à Montgeron, 1998.
  • Salon de peinture de Thorigné-Fouillard, Paul Ambille invité d'honneur, 1999.
  • Le sport et l'art, musée du Faouët, été 2000.
  • Festival de peinture de Magné, Paul Ambille invité d'honneur, 2001.
  • Les peintres officiels de la Marine font escale à l'Assemblée nationale, Palais Bourbon, Paris, septembre-[14].
  • 6e Biennale de Nevers, 2001-2002.
  • Rencontre d'art contemporain de Calvi, Paul Ambille invité d'honneur, Calvi, 2004.
  • Salon de la Société des beaux-arts de Béziers, 2007.
  • Rencontres d'automne - Grandes signatures (avec Monique Baroni), Landser, [15].
  • Escales en Outre-mer, exposition dans le cadre du Salon de la marine, Musée national de la marine, Paris, - .

Autres salons[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Une peinture au lyrisme habile et "bien élevé". Influencé par l'art monumental de la fresque, par le lyrisme de Legueult, par l'expressionnisme de Goerg et de Clavé, Paul Ambille orchestre ses thèmes (Le sport, Les oiseaux, Les courses, Les paysages d'eau) pour s'en tenir à l'essentiel, pour en effacer peu à peu l'anecdote. Un dessin ferme sous-tend toujours l'action des masses colorées, en souligne le mouvement dans un chemin parallèle. » - Gérald Schurr[16]
  • « Figurative, sa peinture a su intégrer certaines audaces venues du futurisme, aptes à l'expression de mouvements. Elle suggère plus qu'elle ne décrit. Il aime peindre des sujets animés et hauts en couleur, que lui offre généreusement le Midi. » - Jacques Busse[17]
  • « Cavaliers, régates, marines, structures architecturales urbaines deviennent par sa main lignes verticales, horizontales, diagonales. Il tend à la recherche de synthèse simplificatrice en plans suggestifs. Peu à peu, sa matière est devenue mate, limpide, baptismale. Orchestres, matches de rugby, baigneuses, yachting, femmes au repos dans le jardin vous proposent l'évasion par la métamorphose, la pudeur des tons, les plus fines nuances de valeurs... Le jeu des masses peintes, consubstantielles, sert à l'édification esthétique de toute l'œuvre d'Ambille. » - Guy Vignoht[9]

Prix, distinctions, hommages[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Président d'honneur de la Société des artistes français de 1979 à 1981.
  • Nommé peintre de la Marine en 1993.
  • Administrateur du Comité de liaison des salons et syndicats d'artistes auprès du ministère des Affaires culturelles.
  • Membre de la Commission d'achat de l'État.
  • Président de la Fondation Taylor.
  • Vice-président des Arts et Thérapie.
  • Conseiller artistique du Comité national olympique et sportif français.
  • Membre du Conseil national des arts plastiques, du syndicat de la critique parisienne, du comité et du jury de la Société internationale des beaux-arts.
  • Sociétaire du Salon d'automne, de la Jeune Peinture, des Peintres témoins de leur temps.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1955 : premier grand prix de Rome.
  • 1957 : prix San Vito Romano (Italie).
  • 1958 : médaille d'or de la Mostra Internazionale del Arte Comtemporanea (Italie).
  • 1967 : grand prix d'Aquitaine.
  • 1970 : prix Léonie Valmon ; prix Alphonse de Neuville ; prix de la Fondation Sanford Saltus ; prix Dagnan-Bouveret ; grand prix de la 6e Biennale internationale de Cherbourg.
  • 1971 : médaille d'or du Salon des artistes français ; prix Taylor.
  • 1972 : grand prix du conseil général du Val-d'Oise.
  • 1973 : grand prix du Salon Oise 73.
  • 1974 : prix du ministère de la Coopération.
  • 1975 : prix et médaille de vermeil de la ville de Pau ; prix et médailles de Mantes-la-Jolie.
  • 1976 : prix de l'Institut de France.
  • 1977 : médaille de la reconnaissance du département de l'Oise ; médaille d'honneur du Salon des artistes français.
  • 1978 : grand prix Delmas de l'Institut de France ; grand prix de la 4e biennale d'Asnières.
  • 1979 : grand prix Édouard-Marcel Sandoz.
  • 1980 : grand prix de la biennale de Beaugé ; grand prix de la ville de Tours ; grand prix du salon de Mantes-la-Jolie ; grand prix du conseil général des Yvelines.
  • 1983 : grand prix Achille Fould Stirbey de l'Académie des beaux-arts.
  • 1984 : grand prix de la ville de Sannois ; grand prix Eugène Piot de l'Institut de France.
  • 1986 : médaille d'or de la ville d'Agen.
  • 1987 : médaille d'or de la ville d'Arette.
  • 1988 : grand prix du Salon d'Hodenc-l'Évêque ; grand prix et médaille de la reconnaissance du Val-d'Oise.
  • 1990 : grand prix du Salon des artistes du Xe arrondissement de Paris ; médaille d'or de la ville de Clermont-de-l'Oise.
  • 1991 : médaille d'or de la ville du Raincy.
  • 1992 : prix du magazine L'Amateur d'art ; médaille d'or du 33e Salon de la Marine.
  • 1993 : nommé peintre officiel de la Marine.
  • 1994 : grand prix de la Fédération française de boule.
  • 1995 : médaille de la ville de Périgueux.
  • 1997 : médaille d'or Arts Sciences Lettres, hommage de la ville de Senlis ; médaille d'or de la ville de Maubourguet.
  • 1998 : grande médaille de vermeil de la ville de Paris.
  • 2003 : prix Puvis-de-Chavannes.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Roger Boutry a composé une Sonate pour violon seul en trois mouvements dédiée à Paul Ambille (violon : Alexis Galpérine, album Songe, sonates et croquis, L'algarade, 2008).
  • La ville de Clermont a donné à une rue le nom de Paul-Ambille.

Élèves[modifier | modifier le code]

  • Julie Roussin-Bouchard.
  • Catherine Vaudron.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décès de Paul Ambille.
  2. Alain Valtat, Catalogue raisonné du peintre Geoffroy Dauvergne, Sceaux, auto-édition, 1996.
  3. « Décoration pour une salle des mariages », notice sur la base Cat'zArts.
  4. Cité par Art Actuel et Galerie 15 [réf. incomplète].
  5. « Décoration pour une salle de mariage », notice no 50510011570, base Joconde, ministère français de la Culture
  6. « Vue d'Espagne », notice no 00000059415, base Joconde, ministère français de la Culture
  7. « Le château Saint-Ange », notice sur la base Arcade.
  8. Metropolitan Museum of Art, Paul Ambille dans les collections
  9. a et b Guy Vignoht, « Paul Ambille (1930-2010), humaniste au talent reconnu », revue Lions en langue française, n°666, avril 2014, pages 64-65.
  10. « Patrimoine culturel des Lions-Clubs de France », Artflash, n°17, janvier 2017
  11. Peintres en Champagne, Exposition des œuvres de Paul Ambille, 2002
  12. Fondation Talor, Rétrospective Paul Ambille, 2013
  13. Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Arts et Images du Monde, 1992, pages 273-274.
  14. Assemblée nationale, Les peintres officiels de la Marine font escale à l'Assemblée nationale, présentation de l'exposition, 2001
  15. Ville de Landser, Rencontres d'automne - Grandes signatures, présentation de l'exposition, 2008
  16. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996, page 23.
  17. Jacques Busse, Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 1, pages 260-261.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Nacente, The School of Paris - The painters and the artistic climate of Paris since 1910, Oldbourne Press, Londres, 1960.
  • Ouvrage collectif, Ambille, Éditions du musée Denon, Chalon-sur-Saône, 1979.
  • Francis Parent et Raymond Perrot, Jeune Peinture - Une histoire, 1950-1983, Jeune Peinture/Presses des imprimeurs libres, 1983.
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Arts et Images du Monde, 1992.
  • Lydia Harambourg, L'École de Paris, 1945-1965 - Dictionnaire des peintres, Éditions Ides et calendes, 1993.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996.
  • Françoise Py, L'espace par la couleur : Paul Ambille, collection « Expression », Éditions Fragments, 1996.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999 (article de Jacques Busse).
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001.
  • Richard R. Brettell, Paul Hayes Tucker et Nathalie H. Lee, Nineteenth- and Twentieth-Century Paintings in the Robert Lehman Collection, Museum of Modern Art, New York/Princeton University Press, 2009 (lire en ligne, pp. 396-398).
  • Paulette Ambille, Paul Ambille, 1930-2010, Éditions de la Fondation Taylor, 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]