Domaine de Rochevilaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Domaine de Rochevilaine
DomainedeRochevilaine.jpg
Localisation
Localisation Pointe de Pen Lan
Billiers
France
Coordonnées
géographiques
47° 30′ 53″ N 2° 30′ 06″ O / 47.514708, -2.501644 ()47° 30′ 53″ Nord 2° 30′ 06″ Ouest / 47.514708, -2.501644 ()  
Équipements
Étoiles 4/4 starsStar full.svgStar full.svgStar full.svg
Chambres 34 chambres, 4 suites
Restaurants 1
Compagnies
Propriétaire(s) Bertrand Jaquet
Site officiel www.domainerochevilaine.com

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Domaine de Rochevilaine

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Domaine de Rochevilaine

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
Domaine de Rochevilaine

Le Domaine de Rochevilaine est un Relais & Châteaux situé sur la Pointe de Pen Lan à Billiers, dans le Morbihan, France. L'établissement obtint le label officiel de quatre étoiles de l'Atout France le 7 septembre 2011[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La Pointe de Pen Lan située à l’embouchure de la Vilaine, est longtemps demeurée exempte de toute présence humaine. La construction, vers le XVIe siècle, d’un corps de garde destiné à la surveillance des côtes n’a guère entamé cette sérénité qui s’est prolongée jusqu’au XIXe siècle, date à laquelle sont apparus un phare et quelques maisons de vacances désertées à la veille de la seconde guerre mondiale.

Au lendemain du conflit, le site abandonné sert de décharge. L’industriel Henri Dresch, fondateur de la société Dresch Motors, armateur à Lancieux dans les Côtes d’Armor qui possède l’Ile Dumet, à quelques encablures de la côte de Billiers achète les lieux entre 1950 et 1955 et entame des travaux de remise en valeur. Il lui faut près de cinq années pour ôter les détritus et niveler les trous laissés par la guerre. En 1956, la maison de vacances du Vicomte de Saint Belin est restaurée. Puis, il installe des chambres d’hôte et son complexe hôtelier se met alors peu à peu en place.

Dresch se lance dans un vaste projet où sa passion pour les vieilles pierres imprime sa marque. Les constructions s’enchaînent : manoir de l’Orient, logements pour le personnel, boutique de souvenirs, bâtiments annexes. En 1965, un projet vise à construire une nouvelle salle de restaurant et à reconstituer un manoir de style Renaissance. La première est rapidement achevée et offre une vue sur l’océan. Le second met plus de temps à être terminé car il faut démanteler le manoir de Lieuzel à Pleucadeuc, transporter ses pierres à Pen Lan et le reconstituer selon les servitudes du site.

D’autres manoirs de style néo-breton apparaissent : le manoir des Cardinaux, la closerie de la Mine d’Or, puis le loft des Artistes vers 1973-1975. Un portail monumental provenant du manoir de Coëtby en Guégon est remonté à l’entrée du complexe hôtelier qui s’est agrandi et auquel a été donné le nom de « Domaine de Rochevilaine ».

Pour donner du cachet à ses nouvelles constructions, Dresch les appuie sur des remparts. Ces protections à l’aspect féodal sont conçues dans le but de vieillir l’ensemble et nombre de visiteurs s’y trompent, alimentant ainsi la légende évoquant le passage de Sébastien Vauban, commissaire général des fortifications du roi Louis XIV, sur cette pointe stratégique.

Pendant ses travaux de terrassement, Dresch découvre une pierre sculptée enterrée dans le sol, qui évoque la représentation d’une déesse carthaginoise de l’Antiquité. Fervent collectionneur de pierres anciennes, il en assure la restauration et l’installe sur le site. Cette pièce inaugure la venue de nombreux objets que le nouveau propriétaire des lieux rassemble autour du corps de garde, créant ainsi un musée lapidaire à ciel ouvert : statues, pierres sculptées, puits, fonts baptismaux, cheminées, portes, lucarnes, fontaine, calvaire ou ossarium.

À la mort d'Henri Dresch en 1978, le Domaine de Rochevilaine est vendu à Pierre Le Corre mais celui-ci dépose le bilan en 1986. Jean-Pierre Liégeois et quelques-unes de ses relations font l’acquisition de Rochevilaine. Médecin et propriétaire de cliniques, Liégeois a aussitôt pensé joindre à l’ensemble hôtelier un centre de soins de balnéothérapie et de remise en forme original. Ce projet, nommé Aqua Phénicia, voit le jour en 1995.

En 1997, Bertrand Jaquet arrive à Pen Lan. Le centre de soins devient le premier Spa d’hôtel en France.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • 34 chambres et quatre suites
  • Le « Jardin Prodigue »
  • Deux piscines chauffées, l’une en eau de mer et l’autre en eau douce
  • Un grand salon avec vue sur la baie de Vilaine
  • Un restaurant, décliné en trois salles ouvertes sur la mer, sous la direction du Chef Patrice Caillault, une étoile au Guide Michelin 2010
  • Espace aquatique et spa marin Aqua Phenicia de 1 300 m²
  • 14 cabines de soins et salon de détente
  • Institut d’esthétique Maria Galland
  • Salle de fitness
  • Galerie d’art

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Une étoile au guide Michelin 2010 ;
  • Trois toques au guide Gault et Millau 2010 ;
  • Trois points du guide Champérard 2010 ;
  • Spa trophy Relais et Châteaux 2007 ;
  • Worldwide Hospitality Awards, Meilleur concept bien-être, spa et fitness.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Le Domaine de Rochevilaine a fait l’objet d’une étude commanditée par Bertrand Jaquet et confiée à Cécile Perrochon, historienne de l’art et chercheur en sciences humaines. Ses résultats ont été publiés sous la plume de François Cuel dans un ouvrage intitulé Sous les vents de Pen Lan, paru aux Editions Terre Bleue en 2009 (ISBN 978-2-9099-5323-6).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel de l'Atout France