Barbara Hendricks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hendricks.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Barbara Hendricks (femme politique).
Barbara Hendricks
Description de cette image, également commentée ci-après

Barbara Hendricks à La Haye en 2008.

Naissance (67 ans)
Stephens, Arkansas (États-Unis)
Activité principale Artiste lyrique
soprano
Conjoint Martin Engström (divorcés)
Ulf Englund (2ndes noces)
Distinctions honorifiques Commandeur des Arts et des Lettres
Chevalier de la Légion d'honneur
Creu de Sant Jordi
Prix Princesse des Asturies en arts

Barbara Hendricks est une cantatrice (soprano), née le à Stephens en Arkansas[1]. Afro-américaine et citoyenne des États-Unis de naissance, elle est de nationalité suédoise par mariage.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Vivant en Europe depuis 1977, elle se marie en premières noces à Martin Engström, son agent, avec qui elle a trois enfants[2] et qui est le fondateur du Verbier Festival. Divorcée de Martin Engström en 1998, Barbara Hendricks s'est remariée avec Ulf Englund en 2003, un concepteur lumière lui aussi suédois[3].

Elle a chanté dans les plus grands opéras du monde, comme à la Scala de Milan. Elle est surtout connue au sommet de sa carrière dans les années 1975-1985, comme une grande mozartienne.

Lors de la première historique de Turandot à la Cité interdite de Pékin en 1998, Barbara Hendricks a interprété le rôle de Liù, l'œuvre étant dirigée par Zubin Mehta dans une mise en scène de Zhang Yimou.

En 1986, elle reçoit le titre de Commandeur des Arts et des Lettres par le gouvernement français et inaugure à Paris la Statue de la Liberté en chantant les deux hymnes nationaux avec Line Renaud.

En 1993, elle est élevée au rang de chevalier de la Légion d'honneur par François Mitterrand. Elle devient chanteuse de jazz à partir du festival de Montreux de 1994.

Barbara Hendricks au festival de Cannes 1999.

En 1996, elle chante à la cérémonie religieuse pour le repos de l'âme de François Mitterrand, à la cathédrale Notre-Dame de Paris. Elle reçoit, le 18 novembre de la même année, le titre de docteur honoris causa de l'université Stendhal-Grenoble 3[4].

En janvier 2006, Barbara Hendricks quitte le label EMI et crée Arte Verum pour lequel elle enregistre dès lors en exclusivité. Elle reçoit cette même année la Creu de Sant Jordi, distinction décernée par la Generalitat de Catalogne.

En novembre 2010, Barbara Hendricks a publié son autobiographie, Ma Voie - Mémoires aux éditions Les Arènes.

Engagements[modifier | modifier le code]

C'est aussi une personnalité très engagée, puisqu'elle a été nommée en 1987 ambassadrice itinérante[5] du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Après presque 20 ans d'infatigables services pour la cause des réfugiés en collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Réfugiés, elle a reçu le titre d'Ambassadrice Honoraire à Vie de l'UNHCR ; elle remplit encore des missions spéciales faisant appel à sa longue expérience dans le domaine. En 1991 et en 1993, elle a donné deux concerts de solidarité à Sarajevo et Dubrovnik alors que la guerre faisait rage au sein de l'ancienne République Yougoslave. En 1998, elle fonde la Fondation Barbara Hendricks pour la Paix et la Réconciliation qui soutient son combat pour la prévention des conflits dans le monde, facilite la réconciliation et le renforcement de la paix dans les zones de conflits.

Barbara Hendricks a reçu de nombreux prix et récompenses, aussi bien pour son travail artistique que pour son engagement humanitaire. Elle est ainsi docteur honoris causa des universités de Louvain-la-Neuve (Belgique) et de Grenoble (France), doctor in law de l'université de Dundee (Écosse), doctor of music de la Nebraska Wesleyan University, et honorary doctor of Music de la Juilliard School of Music de New York. Elle est également membre de l'Académie de musique de Suède. Enfin, elle a reçu le prix Prince des Asturies (Espagne), le titre de commandeur des Arts et Lettres du gouvernement français et a été promue au rang de chevalier de la Légion d'honneur par François Mitterrand.

En 2015, elle a reçu le prix Jean-Pierre Bloch de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA) des mains du président François Hollande[6].

Hommages[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guillaume Tion, « Barbara Hendricks, éprise de justesse » sur Libération, 7 décembre 2015
  2. Site officiel
  3. http://www.femmes.com/culture/musique/interview-de-barbara-hendricks-6861
  4. Université Stendhal-Grenoble 3.
  5. http://www.unhcr.fr/cgi-bin/texis/vtx/help/opendoc.htm?tbl=HELP&id=426383574
  6. (fr) « Cérémonie de remise du Prix Jean Pierre-Bloch à Mme Barbara Hendricks », sur www.elysee.fr, https://plus.google.com/101228679424639151504 (consulté le 15 décembre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :