Fonds national d'art contemporain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fonds national d'art contemporain
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Pays
Coordonnées

Le Fonds national d'art contemporain (FNAC) est une collection d'art contemporain appartenant à l'État français. La conservation et la gestion de cette collection a été confiée au Centre national des arts plastiques (CNAP).

Cette collection regroupe plus de 102 500 pièces d'arts plastiques[1], de photographies, d'arts décoratifs ou de design, collectées depuis 1791. Il s'agit donc d'un dépôt et non d'un lieu d'exposition, les œuvres étant prêtées en fonction des demandes des musées, administrations ou autres évènements.

Conservée depuis 1991 dans un bâtiment de 4 500 m2 à Puteaux, sous l'esplanade de La Défense, avec une annexe à Saint-Ouen-l'Aumône, la collection doit déménager avec le CNAP à Pantin[2], en 2024[3].

Le budget annuel du FNAC est de l'ordre de 1,5 million d'euros chaque année[4], répartis entre des acquisitions et des commandes auprès de centaines d'artistes. Le programme d'acquisition est ouvert, n'étant pas réservé aux artistes français ou francophones ; la parité hommes-femmes constitue l'un des objectifs du FNAC.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le principe d'un fonds d'investissement dans l'art contemporain trouve son origine dans un service mis en place en 1791[réf. nécessaire].

Le fonds national d’art contemporain prend son actuelle dénomination en 1976, par un arrêté du [5].

Le Centre national des arts plastiques en assure la garde et la gestion pour le compte de l’État depuis 2003.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Missions | www.cnap.fr », sur www.cnap.fr (consulté le 18 mai 2020)
  2. Le Cnap déménagera à Pantin en 2020, lemonde.fr, 30 janvier 2017. Consulté le 16 mai 2021.
  3. page sur le site du CNAP, consulté le 16 mai 2021.
  4. « Rapports d'activité | www.cnap.fr », sur www.cnap.fr (consulté le 18 mai 2020)
  5. Arrêté du 25 mai 1976 relatif à la gestion des œuvres du fonds national d'art contemporain, JORF no 145 du 23 juin 1976, p. 3769.

Lien externe[modifier | modifier le code]