Gaston Sébire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Gaston Sébire
Defaut 2.svg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
RouenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Gaston Sébire (Saint-Samson (Calvados), Rouen, [1]) est un artiste-peintre figuratif français[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Gaston Sébire, Le Village enneigé, huile sur toile 82 x 65 (coll. privée).

Après ses études à Saint-Evode, il travaille de 1936 à 1944, la nuit aux PTT pour pouvoir peindre le jour. Réalisant ses premières expositions dans la région de Rouen vers 1945, il s'installe à Paris en 1951 et va très vite exposer dans les galeries : Visconti, Charpentier, Drouant et par la suite Findlay.

Sa première grande réalisation va être la conception des costumes et des décors de L'Ange gris, ballet de Claude Debussy pour le marquis de Cuevas en 1953. Cette même année, il est lauréat de la Casa de Velázquez à Madrid, dont il fait partie de la 24e promotion artistique[3], et part pour l'Espagne[4].

Gaston Sébire est nommé peintre de la Marine en 1973. Il devient membre de l'académie de Rouen en 1973.

Pendant toute la seconde moitié du XXe siècle, il expose dans les principaux Salons parisiens, et fait notamment partie du groupe de Maurice Boitel au salon Comparaisons, pendant quarante-cinq ans.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Ses œuvres sont conservées, entre autres, au musée d'art moderne de la ville de Paris et au musée des beaux-arts de Rouen.

Livres illustrés[modifier | modifier le code]

  • Jean Giono, Le Chant du Monde, Paris, Pierre de Tartas, 1976, ill. couleurs

Expositions[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Galerie Gosselin à Rouen en 1944
  • Galerie Visconti à Paris en 1952
  • Galerie Charpentier, « L'École de Paris », de 1952 à 1956, et en 1958 et 1962
  • Galerie Combes à Clermont-Ferrand en 1961
  • Galerie Drouant à Paris 1962
  • Musée de Rouen en 1964
  • Galerie Drouant à Paris en 1965
  • Wally Findlay Gallery à New York et Chicago en 1965 et 1971
  • Galerie Drouant à Paris en 1968
  • Wally Findlay Gallery à Paris en 1976
  • Rétrospective au musée des beaux-arts de Rouen en 1986
  • Rétrospective à Paris au musée de la Marine en 1991
  • Ville de Montfermeil en 1992
  • Rétrospective à Paris au Grand Palais en 1993
  • Exposition à Paris à l'Assemblée nationale, « Les Peintres de la Marine », en 2001
  • Galerie Katia Granoff à Honfleur (Calvados), en permanence depuis 2002

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Etat civil de Rouen.
  2. Bell, Quinten. "Young Painters in Paris". The Listener, v. 52 p. 140.
  3. Avec ceux qui resterons ses amis : Jacques Berland, Marcelle Deloron et son mari Jean Joyet, Sauveur Galliéro, Lucien Guezennec graveur, Jacques Hirtz, Roger James, Henriette Lambert, André Nonès, Olivier Pettit sculpteur, Ernest Risse et Geoffroy Dauvergne
  4. Alain Valtat, Catalogue raisonné du peintre Geoffroy Dauvergne, éd. Levana, Sceaux, pp. 32 à 37, 483 p.
  5. « Années 1950, l'alternative figurative », Un, deux, quatre, p. 91, 102.
  6. Notice sur la base Joconde.
  7. Notice sur la base Joconde.
  8. Notice sur la base Joconde.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Amateurs rouennais d'arts
    Ouvrage collectif 200 œuvres illustrant la biographie de l'artiste.
  • Alain Valtat, Catalogue raisonné du peintre Geoffroy Dauvergne (1922-1977), Sceaux, 1996
  • Le Grand Livre des Rouennais (préf. Guy Pessiot), éd. du P'tit Normand, , 253 p., p. 199

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]