Arthur Van Hecke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arthur Van Hecke
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 78 ans)
Hondschoote
Nationalité
Activité

Arthur Van Hecke est un peintre français du Groupe de Roubaix. Il est né à Roubaix le 24 mars 1924 et mort à Hondschoote, le 25 janvier 2003.

Biographie[modifier | modifier le code]

Arthur Van Hecke fut l'un des principaux protagonistes du Groupe de Roubaix aux côtés de Jean Roulland, Eugène Dodeigne, Eugène Leroy, Paul Hémery, Pierre Hennebelle, Jacky Dodin, Marc Ronet. Après s'être installé près de Dunkerque, il fondera avec Raymond Picque, Jean Bertaux et Jean Castanier, le Groupe de Gravelines en 1961.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Arthur Van Hecke s'engage dans les troupes de la France Libre et participe à la libération de la poche de Dunkerque.

Peintre autodidacte, il commence à peindre dès la fin de la guerre, à Roubaix, sa ville natale, où il expose ses toiles au Salon des Artistes Roubaisiens puis dans les galeries roubaisiennes, les galeries Dujardin, Parenthou, et l'enseigne Création de Léon Renar. Une rencontre décisive va rapidement accélérer le cours de sa carrière. Alors qu'il peint dans le parc du château de Jean Masurel, célèbre industriel et collectionneur du Nord - à l'origine du musée de Villeneuve d'Ascq -, il y croise Roger Dutilleul, oncle de Jean Masurel, et lui aussi collectionneur (Braque, Picasso, Modigliani), qui incite son neveu à aider le jeune artiste, en particulier en mettant à sa disposition un atelier à Roubaix. Dès lors, Roger Dutilleul et Jean Masurel suivent de près son travail, et exposent ses toiles aux côtés de Picasso, Léger, Braque, Lanskoy. "Les contacts avec Jean Masurel donnent à sa carrière toute son envergure. Van Hecke rencontre Léger, Buffet, Lanskoy, Leroy, Pignon, Dodeigne, Gadenne..."[1]

L'un des Collèges de Dunkerque porte son nom. Il fut l'ami du poète Emmanuel Looten : "C'est une poésie physique, charnelle. C'est la musique des résonances"[2].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Galerie Raphaël Mischkind, Lille, novembre 1976[3].
  • Bibliothèque municipale de Roubaix, octobre-novembre 1984[4].
  • Galerie Robert Tuffier, Les Andelys, avril-mai 1989, catalogue préfacé par Jean-Marie Drot[5].
  • « Arthur Van Hecke - Portraits, fleurs, compositions inspirées du jardin de Claude Monet à Giverny », Galerie Expression, Saint-Tropez, juillet-août 1989[6].
  • « Van Hecke intime » : la ville de Marquette-lez-Lille souhaitait depuis quelque temps rendre un hommage mérité à celui qui donna jadis son nom à l'une des écoles de la ville. Du 19 novembre au 4 décembre 2011, l'église Notre-Dame de Lourdes, transformée en lieu d'exposition, a été le théâtre de cet événement qui eut pour fil conducteur l'intimité du peintre. Une nouvelle occasion pour le public d'appréhender l'art de ce peintre et de découvrir des œuvres peu ou jamais vues pour la plupart. Un catalogue a été édité pour l'occasion.
  • La Piscine, Musée d'Art et d'Industrie André Diligent de Roubaix a organisé du 2 juillet au 4 septembre 2011, une exposition intitulée « La Galerie Dujardin (1905-1980) - L'art au XXe siècle à Roubaix », qui se proposait de revenir sur l'histoire de cette institution roubaisienne fondée en 1905. Face aux grands noms de l'art moderne (Germaine Richier, André Lanskoy, Alexandre Calder, Henri Laurens, Bernard Buffet, Pablo Picasso...), les artistes du Groupe de Roubaix, dont la galerie a initié les accrochages collectifs, seront représentés, et entre autres Arthur Van Hecke.
  • « Arthur Van Hecke ici, chez lui » : la ville de Gravelines, qui a récemment acquis en salle des ventes une œuvre majeure de l'artiste, La Mort du Capitaine Simon, a organisé dans son Musée du dessin et de l'estampe originale de Gravelines, du 26 juin au 12 octobre 2011 une importante exposition consacrée à l'artiste, et qui a réuni près d'une centaine d'œuvres connues pour certaines, totalement inédites pour les autres. Un catalogue rassemblant toutes les œuvres exposées est le témoin de cet événement majeur.

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Une peinture puissante et frémissante au lyrisme contrôlé, un dialogue furieux entre ciel et mer, entre brume et vent, toujours heureusement et subtilement éclairé de bleus sombres et de roses tendres. Explosives dans leur pâte généreuse, ces architectures violentes et méditées marquent la ferveur et la rage de vivre d'un grand expressionniste. » - Gérald Schurr[3]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Bergues, école Charles Perault, Le cirque, 1969 (H. 2,50 m ; L. 6 m)
  • Bergues, collège Cobergher, Mosaïque.
  • Bergues, Piscine, Peinture murale.
  • Cambrai, cathédrale Notre-Dame-de-Grâce, Vitraux d'Henry Lhotellier d'après des cartons d'Arthur Van Hecke, 1982.
  • Dunkerque, école Saint-Joseph, Vitraux d'après des cartons d'Arthur Van Hecke, 1973.
  • Dunkerque, église Saint-Éloi, Vitraux d'Henry Lhotellier d'après des cartons d'Arthur Van Hecke, 1979.
  • Dunkerque, Hôtel de ville.
  • Dunkerque, cimetière, crématorium, Triptyque, 1992.
  • Dunkerque, Office de tourisme, Scène de carnaval, 1985.
  • Lille, station de métro Canteleu, Paysage marécageux, 1988, céramique.
  • Grand-Fort-Philippe, école maternelle, Vitraux.
  • Grande-Synthe, C.E.S., Mosaïque.
  • Gravelines, collège Pierre et Marie Curie, Totem.
  • Lambersart, école Albert Samain, Fresque de l'enfance, 1956.
  • Landrecies, Lycée Dupleix, Mosaïque.
  • Lille, Inspection Académique, Fresque.
  • Lille, Rectorat, Fresque, Les racines du ciel, 1975 (H. 3,50 m ; L. 13 m)
  • Lille, Communauté urbaine, Mosaïque.
  • Marquette-lez-Lille, école maternelle publique Van Hecke, Le Cirque.
  • Maubeuge, immeuble d'habitations (architecte : André gaillard), Fresque de galets (H. 250 ; L. 900 cm), 1963.
  • Osséja, La perle cerdane.
  • Petit-Fort-Philippe, AFEJI "L'enfance à la mer", Fresques, 1967.
  • Petit-Fort-Philippe, Centre Paul Machy, Fresques, 1971.
  • Petite-Synthe, C.E.S. du torpilleur, Mosaïque.
  • Roubaix, Maternité Paul Gellé, Le bonheur, 1988, huile sur toile.
  • Tourcoing, C.E.S. Branly, Mosaïque, 1974 (Longueur : 8 mètres)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bruno Vouters, « Arthur Van Hecke a fermé les yeux », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189)
  2. Dominique Neirynck, « Emmanuel Looten », Plein Nord - La Gazette,‎ de juin à novembre 1979
  3. a et b Gérald Schurr, « Arthur Van Hecke », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°40, 19 novembre 1976, page 33.
  4. Gérald Schurr, « Les expositions », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°38, 2 novembre 1984, page 47.
  5. Gérald Schurr, « Les expositions en provine : Les Andelys », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°17, 28 avril 1989, page 56.
  6. Bruno Jaubert, « L'art contemporain en province », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°29, 21 juillet 1989, page 32.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Van Hecke Intime, Marquette-lez-Lille, Église Notre-Dame de Lourdes, 2011 (catalogue d'Exposition)
  • Germain Hirselj, Paul Ripoche, Arthur Van Hecke Ici, chez lui, Gravelines, Musée du dessin et de l'estampe originale, 2011 (catalogue d'Exposition)
  • Les Van Hecke de La Piscine, Éditions Invenit & La Piscine, 2009
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999
  • Arthur Van Hecke œuvres 1946-1998, Musée des Beaux-Arts de Dunkerque, 1998 (catalogue d'Exposition)
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993
  • Thierry Tuffier, Arthur Van Hecke, Galerie Tuffier Éditions, 1991
  • Arthur Van Hecke, Parcours, Musée d’art moderne de Villeneuve-d’Ascq, 1988 (catalogue d'Exposition)
  • Gérald Schurr, Arthur Van Hecke, Édition Galerie du Verger, 1978
  • Van Hecke Peintures, Galerie de Paris, 1967 (catalogue d'Exposition)
  • Van Hecke peintures 1953-1956, Musée des Beaux-Arts de Tourcoing, 1956 (catalogue d'Exposition)
  • Jean-Marie André, Côte d'Opale Magazine, article dans le numéro de mars 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]