Saint-Memmie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Memmie
Saint-Memmie
La mairie.
Blason de Saint-Memmie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Châlons-en-Champagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne
Maire
Mandat
Sylvie Butin
2020-2026
Code postal 51470
Code commune 51506
Démographie
Gentilé Mengeots
Population
municipale
5 473 hab. (2018 en diminution de 2,18 % par rapport à 2013)
Densité 433 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 13″ nord, 4° 23′ 02″ est
Altitude Min. 80 m
Max. 93 m
Superficie 12,64 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Châlons-en-Champagne
(banlieue)
Aire d'attraction Châlons-en-Champagne
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Châlons-en-Champagne-3
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Saint-Memmie
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Saint-Memmie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Memmie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Memmie
Liens
Site web www.mairie-saint-memmie.fr

Saint-Memmie est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Les habitants en sont des Mengeots et Mengeottes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Memmie fait partie de l'agglomération de Châlons-en-Champagne. Elle est traversée par le Mau et la N 44.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Memmie est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Châlons-en-Champagne, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[4] et 57 385 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Châlons-en-Champagne, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 97 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une importante nécropole se trouvait au lieu-dit le Chemin des Dats, sur la limite l'Epine, à droite et en léger surplomb du Mau. Sur ce lieu, plus de cent sépultures ont été fouillées par Bossus (1894-95), l'abbé Favret, Schmit[9] et Lemoine (~1904) et mirent aussi au jour des traces d'habitations, de silos.

Les objets datent du Ve siècle av. J.-C. mais aucune datation, plus ancienne, n'est précisée pour les habitations (néolithiques ?)[10]. Une autre fouille eut lieu rue du Pont-Alips et pourrait être la limite de la tombe à char de Châlons.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Brutus[11].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Memmie

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d'azur à la croix alésée cantonnée au premier d'une lettre S capitale et au quatrième d'une lettre M capitale, le tout d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1876 Giraud[12]    
1877   Pannet[13]    
1929 ? F. Mallet    
mars 1971 mars 1989 André Dosnon    
mars 1989 juin 1995 Marc Hamet DVD Directeur de société
Conseiller général de Châlons-4 (1982 → 1998)
juin 1995 mars 2014 Pierre Faynot[14] UDF puis UMP puis PCD Économiste de la construction
Conseiller général de Châlons-4 (1998 → 2015)
mars 2014[15] En cours
(au 4 juillet 2014)
Sylvie Butin UMP-LR  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2018, la commune comptait 5 473 habitants[Note 3], en diminution de 2,18 % par rapport à 2013 (Marne : −0,45 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
690619588512618607792707672
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6446916836498388279379141 017
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9709528771 0481 2291 3041 4801 6181 604
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2 0322 3556 5916 6546 0705 6705 3955 3565 317
2013 2018 - - - - - - -
5 5955 473-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie communale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église, portail ouest.
  • L'abbaye Saint-Memmie de Châlons.
  • L'église Saint-Memmie (troisième tiers du XIXe siècle). Tombeau de saint Memmie, premier évêque de Châlons-en-Champagne. Ensemble de vitraux XIXe siècle (Vermonet-Pommery et Marquant-Vogel, verriers à Reims). Orgue de tribune de Jean Blési, de 1887. Belles pierres tombales XIIe – XIIIe siècles (MH) (deux d'entre elles désormais recouvertes par une moquette collée) [19].
  • L'hôtel de ville : ancien petit séminaire. Bâtiments des architectes Cl. M. de Granrut puis Vagny et Collin. Grande chapelle (espace culturel) avec de belles pierres tombales provenant de la chapelle de l'Hôtel-Dieu de Châlons.
  • Le Fontenay : intéressante construction des années 1820.
  • L'habitat traditionnel champenois en craie et torchis dans le vieux Saint-Memmie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Châlons-en-Champagne », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 29 mars 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 29 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 29 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 29 mars 2021).
  9. L'Union républicaine du vendredi 26 février et samedi 27 février 1904.
  10. Les objets conservés se trouvent dans les musées Saint-Remi de Reims, d'Epernay, de Châlons et de Penmarc'h.
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Almanach Matot-Braine, Reims 1876, p130.
  13. Almanach Matot-Braine, Reims 1877, p162.
  14. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  15. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 2 septembre 2015).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. Sylvain Mikus, Une basilique pour Saint-Memmie, Etudes Marnaises, Société d'Agriculture, Commerce, Sciences et Arts de la Marne, 2006.
  20. Jean-Paul Barbier Des Châlonnais célèbres, illustres et mémorables, 2000.

Liens externes[modifier | modifier le code]