Patrick Descamps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Descamps.
Patrick Descamps
Description de l'image Defaut.svg.
Naissance (59 ans)
Mons, Province de Hainaut, Belgique
Nationalité Drapeau de la Belgique Belgique Belge
Profession Acteur
Metteur en scène
Films notables Itinéraires
À l'origine
Angélique
Séries notables La Commune
Un village français

Patrick Descamps, né le à Mons, est un comédien, metteur en scène et professeur de théâtre belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir décroché un premier prix de déclamation et de phonétique au Conservatoire de Mons, Patrick Descamps devient professeur de déclamation à l'Académie de Colfontaine (1977-1979). Dès 1988, il est directeur de production et joue au Kollectif Théâtre, puis il préside les "États Généraux d'un Jeune Théâtre" (1994-1999), est chargé de Cours au Conservatoire royal de Mons (1996-2005), et prend les fonctions de directeur artistique du théâtre de l'Ancre à Charleroi (2002-2007)[1].

Sur scène, il est l’interprète de plusieurs pièces du répertoire classique, telles que: Britannicus de Racine, Le Misanthrope de Molière, Kean d'après Alexandre Dumas ou La Nuit des rois et Roméo et Juliette de Shakespeare, mais aussi de nombreuses œuvres d’auteurs contemporains comme La Cerisaie de Tchekhov, La Danse de mort d'August Strindberg, Qui a peur de Virginia Woolf ? d'Edward Albee ou Garde à vue d'après John Wainwright, sur des dialogues de Michel Audiard.

En 1985, il reçoit l’Ève du meilleur comédien pour son interprétation de Mephisto dans Un Faust de Jean Louvet et pour le rôle d'Answald dans La Trilogie du revoir de Botho Strauss. En 1996, il décroche le Prix Tenue de ville du meilleur comédien pour Jasha de Yasmina Reza[2].

En 1981, il signe sa première mise en scène au Théâtre de l'Ancre, plusieurs autres suivront, parmi lesquelles Chambres[3] de Philippe Minyana et L'Indicible de Jean-Marie Piemme[4].

Il aborde le cinéma, en 2002, dans Après la vie et Cavale deux films signés Lucas Belvaux. Acteur de composition remarquable, il a apparaît, entre autres, dans Itinéraires de Christophe Otzenberger, Nue Propriété de Joachim Lafosse, À l'origine de Xavier Giannoli, Mineurs 27 de Tristan Aurouet et La French de Cédric Jimenez. Son rôle dans Versailles de Pierre Schöller lui permet de remporter un double prix d’interprétation au Festival Jean Carmet de Moulins[5].

Pour la télévision, il joue des rôles récurrents dans les séries La Commune et Un village français.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Les contes de Grimm
    • 2009 : La Belle au Bois Dormant ("Dornröschen") d’Oliver Dieckmann
    • 2009 : Les Musiciens de Brême de Dick Regel
  • 2010 : Michael gambon dans l’épisode A Christmas Carol de Doctor Who : Kazran Sardick/Elliot Sardick

Films d'animation[modifier | modifier le code]

Séries d'animation[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Mises en scène[modifier | modifier le code]

Prix et nominations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]