Garde à vue (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garde à vue.
Garde à vue
Réalisation Claude Miller
Scénario Claude Miller
Jean Herman
Michel Audiard (dialogues)
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Policier
Durée 84 minutes
Sortie 1981

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Garde à vue est un film français de Claude Miller, sorti en 1981.

Il obtient huit nominations lors de la 7e cérémonie des César et décroche quatre récompenses (dont celui du meilleur acteur pour Michel Serrault et pour le meilleur scénario).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le corps d’une fillette étranglée et violée a été retrouvé dans les dunes. Huit jours plus tôt, on avait trouvé dans la même région une autre fillette ayant subi le même sort.

Cherbourg, six semaines plus tard, le soir de la Saint-Sylvestre : l’inspecteur Antoine Gallien (Lino Ventura), secondé par son adjoint Belmont (Guy Marchand), reçoit au commissariat le notaire Martinaud (Michel Serrault), notable local. Martinaud connaissait bien l’une des fillettes, et un certain mystère plane sur sa vie privée. Le huis clos oppressant et implacable commence…

L’inspecteur Gallien croit d'abord ne pas avoir affaire au meurtrier mais l’attitude ambiguë de Martinaud, dont la colère monte au fur et à mesure que des indices s’accumulent contre lui, le fait changer d'avis : de témoin, le notaire devient suspect et Gallien le met en garde à vue pour l'empêcher de quitter le commissariat. L’inspecteur demeure cependant gêné par l’absence de preuves, et en fait part à son supérieur. Il retrouve Martinaud passé à tabac par son adjoint mais refuse de dénoncer son collègue. L’arrivée de la femme de Martinaud (Romy Schneider) va semer le trouble : selon elle, son mari (envers lequel les relations sont au point mort) a fait preuve d'un penchant inconvenant vis-à-vis de sa nièce, une fillette nommée Camille. L'épouse du notaire fournit à l’inspecteur un indice accablant son mari pour un des meurtres. Informé, Martinaud craque et passe aux aveux.

Le coup de théâtre survient lorsque le cadavre d'une enfant est retrouvée fortuitement dans le coffre d'une voiture volée la veille et remorquée au commissariat durant la nuit. Gallien et Madame Martinaud assistent à la découverte de la petite victime. Venu récupérer son bien, le propriétaire du véhicule est arrêté et avoue être le meurtrier.

Libéré, Martinaud demande tout de même à Gallien s'il aurait éventuellement fini par solliciter le témoignage de la petite Camille. Le policier fait mine de ne pas comprendre la question et le notaire s'en va rejoindre son épouse, puis s'aperçoit qu'elle s'est suicidée en se tirant une balle dans la tête. Martinaud appelle Galien en hurlant. Le film se clôt sur le visage accablé de l'inspecteur.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

En 1981, Claude Miller a tourné deux longs-métrages, La Meilleure Façon de marcher et Dites-lui que je l'aime. Si le premier est bien reçu par la critique et le public[1], le second connaît un échec commercial[1]. De plus, son nouveau et ambitieux projet, La Java, qui aurait mis en vedette Patrick Dewaere et Miou-Miou, n'aboutit pas en raison du financement et d'autres perspectives dont une collaboration avec Jean-Paul Belmondo sont avortées[1]. Miller se tourne alors vers la publicité[2],[3]. Un jour, le réalisateur reçoit un appel de la société de production indépendante Les Films Ariane, qui lui propose de mettre en scène l'adaptation du roman À table! de John Wainwright, publié dans la collection Série noire[1].

Miller découvre le livre, qu'il apprécie et trouve des similitudes avec La Meilleure Façon de marcher notamment la question de l’intolérance vis-à-vis des pratiques sexuelles « déviantes »[1]. Le scénario doit être écrit par Michel Audiard, qui a présenté le livre à Ariane bien que Miller n'a pas d'affinités culturelles avec le cinéma d'Audiard[1],[4]. Depuis quelques années, Audiard n'écrit quasiment plus de scénarios, commandant des trames narratives à d’autres auteurs, puis réécrivant intégralement les dialogues à sa manière[1]. Yves Montand fut le premier choix pour incarner l'inspecteur Gallien[4], qui décline la proposition[5]. Lino Ventura rencontre Miller et, séduit par le réalisateur et le scénario, accepte le rôle[5]. Sur France Inter, en juin 1981, l'acteur dira que « c'est une gageure, ce film, un pari, en quelque sorte »[5].

Pour le rôle de l'ambigu maître Martinaud, c'est Michel Serrault qui est pris pour l'incarner[4]. Depuis L'Ibis rouge, Serrault réussit à casser son image de comique pour incarner des personnages troubles[1], bien qu'ayant du mal à se défaire de cet image de trublion[5]. L'autre rôle central, celui de l'épouse de Martinaud, est confié à Romy Schneider par le réalisateur[5].

Avec Jean Herman, Miller envoie pendant plusieurs mois des pages de scénario à Audiard, tout en sachant qu'il va les remanier[1]. Toutefois, Miller se permet de refuser certaines tirades du célèbre dialoguiste, qu'il juge sur écrites, ce qu'il provoque une certaine tension entre Miller et Audiard[1]. Mais Miller tient bon et reçoit le soutien de Ventura[1]. Selon l'épouse de Ventura, Odette, l'acteur poussa même Audiard poliment, pris par un autre film et tardant à finir les dialogues, pour finir le travail[5]. La ténacité de Miller inspirera le respect d'Audiard, qui va finalement se lier d'amitié avec le réalisateur[1]. Serrault, à la lecture du roman, avait eu le sentiment que le personnage accusé, un quidam un peu quelconque, manquait de superbe, et que son face-à-face avec l’inspecteur de police chargé de l'interroger serait plus marquant s'il avait d'emblée une position à défendre[1], qui devient un notaire arrogant, vêtu d’un élégant smoking, ce qui allait conférer au film une perspective sociale singulière[1]. Une autre différence notable entre le roman et l'adaptation est que le film a recours à cette spécificité policière française qu’est la garde à vue, que des dispositifs similaires existent dans d’autres pays, mais aux États-Unis, par exemple, ils autorisent la présence continue d’un avocat lors des confrontations - à tel point que le suspect y est encouragé à se taire[1].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage de Garde à vue sur près de deux mois, du au [6]. Selon Miller, le tournage fut très difficile, comme il le dira dans le livre Serrer sa chance en 2007, il avait « l'impression de monter sur un ring chaque matin, d'enjamber des cordes pour arbitrer un match de boxe entre Lino Ventura et Serrault »[5], mais ajoute qu'il pouvait compter sur « la bienveillance et l'affection de Lino et Romy Schneider »[5]. Serrault dira même que ses relations avec Ventura, qui est pourtant réputé aussi pour sa chaleur et sa cordialité, étaient tout au long du tournage restées assez froides, comme si la distance maintenue entre eux servait l’opposition entre leurs personnages[1]. L'épouse de Ventura, Odette, notera dans son livre Lino, que les deux acteurs ne se parlaient pas en dehors des prises, car Ventura « tenait à éviter toute forme de complicité, qui, à son avis, eût pu altérer la violence de leur tête à tête »[5].

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Garde à vue sort dans les salles françaises le . Salué par la critique, notamment par Jean de Baroncelli du journal Le Monde, qui écrit que le long-métrage est « une réussite, une gageure brillamment tenue, dont le succès prévisible sera dû à l'intérêt du sujet et à la qualité de la mise en scène tout autant qu'à la réputation des interprètes et à la verve du dialoguiste »[7], Garde à vue rencontre également un succès public grâce à un bon bouche-à-oreille, puisqu'il prend la deuxième place du box-office parisien pendant trois semaines avec plus de 388 000 entrées derrière Les Aventuriers de l'arche perdue[8],[9]. Dans Paris et sa banlieue, le film réunit 726 359 entrées en fin d'exploitation[9]. Le succès se confirme en province, qui lui permet d'enregistrer un total de 2 098 038 entrées sur le territoire français[9].

Le succès de Garde à vue permet à Claude Miller d'obtenir son meilleur résultat au box-office et son premier film millionnaire (La Meilleure façon de marcher avait frôlé les 600 000 entrées en 1976 et Dites-lui que je l'aime seulement plus de 531 000 entrées l'année suivante[10]) avant d'être dépassé par L'Effrontée en 1985 (près de 2,8 millions d'entrées)[10]. De plus, le bon accueil public permet à Lino Ventura de renouer avec le succès, qui n'avait plus connu de film ayant atteint le seuil du million d'entrées depuis le milieu des années 1970 avec Adieu poulet (1,9 million d'entrées en 1975) et Cadavres exquis (1 million d'entrées en 1976)[11].

Autour du film[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Le film, très bien accueilli par la critique au moment de sa sortie, a également séduit le public puisqu'il totalise un peu plus de 2,1 millions d'entrées en salles.
  • C'est le célèbre dialoguiste Michel Audiard qui a découvert le livre de John Wainwright, À table ! (Brainwash), sur lequel est basé le scénario. Il en parle alors au producteur Georges Dancigers.
  • Les réalisateurs Yves Boisset et Costa-Gavras furent le premier choix du producteur, mais ils refusèrent le projet. Georges Dancigers proposa alors le projet à Claude Miller qui, à ce moment-là, ne tournait plus que des publicités, suite au cuisant échec de son précédent film Dites-lui que je l'aime, sorti quatre ans plus tôt. Claude Miller, au tout début de sa carrière de réalisateur, avait été l'assistant de Robert Bresson, Jean-Luc Godard et Jacques Demy, puis le directeur de production de François Truffaut, tous figures emblématiques de la Nouvelle Vague. Le succès de Garde à vue relance complètement la carrière du réalisateur, et reste son second meilleur score au Box-office français de sa carrière derrière L'Effrontée.
  • La future chanteuse Elsa Lunghini apparaît ici pour la première fois au cinéma, dans le rôle de Camille, la petite fille sous le charme de laquelle tombe Jérôme Martinaud, déclenchant ainsi la jalousie de son épouse.
  • Ici, Michel Audiard, réputé pour ses dialogues comiques et son sens détonant de la formule, abandonne quelque peu sa verve habituelle pour privilégier une approche plus profonde et plus subtile des personnages, ce qui lui vaudra le seul et unique César venu récompenser sa pléthorique filmographie.
  • Réminiscence fortuite, certaines scènes de la garde à vue rappellent Quai des Orfèvres... y compris l'homonymie du nom Martinaud (Maurice Martineau interprété par Bernard Blier).
  • Garde à vue est l'avant-dernier film de la carrière de Romy Schneider. Elle mourra huit mois après la sortie de Garde à vue.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

1981 :

1982 :

Nominations[modifier | modifier le code]

1982 :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o et p « Garde à vue (1981) de Claude Miller », sur dvdclassik.com (consulté le 7 septembre 2019).
  2. Thomas Sotinel, « Le cinéaste Claude Miller est mort », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. Léo Bonneville, « Rencontre avec Claude Miller », Séquences : La revue de cinéma, no 124,‎ , p. 22-27 (lire en ligne)
  4. a b et c « Garde à vue : secrets de tournage », sur AlloCiné (consulté le 7 septembre 2019).
  5. a b c d e f g h et i Il y'a 100 ans naissait Lino Ventura, Hors-série La Voix du Nord, juin 2019, p.45.
  6. Garde à vue sur le site Ciné-Ressources (Cinémathèque française)
  7. Jean de Baroncelli, « "GARDE A VUE", de Claude Miller », sur Le Monde, (consulté le 7 septembre 2019).
  8. « Garde à vue (1981) », sur JPBox-Office (consulté le 7 septembre 2019).
  9. a b et c Renaud Soyer, « Garde à vue - Box-office Romy Schneider 1981 », sur Box Office Story, (consulté le 7 septembre 2019).
  10. a et b « Claude Miller: Box-office français », sur JPBox-Office (consulté le 7 septembre 2019)
  11. « Lino Ventura : box-office français », sur JPBox-Office (consulté le 7 septembre 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]