Xavier Giannoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Xavier Giannoli
Description de cette image, également commentée ci-après
Naissance (50 ans)
Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)
Nationalité Flag of France.svg Française
Profession réalisateur, scénariste, producteur
Films notables Quand j'étais chanteur
À l'origine
Marguerite
L'Apparition
Illusions perdues

Xavier Giannoli, né le [1] à Neuilly-sur-Seine, est un réalisateur, producteur et scénariste de cinéma français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Paul Giannoli, journaliste, et petit-fils de Roger Frey, ministre du général de Gaulle, puis président du Conseil constitutionnel[2].

Après l'obtention d'un diplôme de lettres à l'université de la Sorbonne, Xavier Giannoli se dirige, à partir du début des années 1990, vers le cinéma et commence à réaliser des documentaires et des courts métrages. Après un passage à L'Express, sur les conseils d'Angelo Rinaldi et Jean-Pierre Dufreigne, il crée sa société de production, Elisabeth Films et se lance dans la réalisation de courts métrages[3].

En 1993, il réalise son premier court métrage Le Condamné avec Philippe Léotard et Christine Boisson, adapté d'une nouvelle de Jean-Paul Dubois. Il réalise J'aime beaucoup ce que vous faites en 1995 avec Mathilde Seigner, Dialogue au sommet, en 1996, avec François Cluzet. En 1998, L'Interview avec Mathieu Amalric remportera la Palme d'Or du court métrage ainsi qu'un César.

Xavier Giannoli réalise en 2003 son premier long métrage, Les Corps impatients, interprété notamment par Laura Smet et Nicolas Duvauchelle, deux acteurs qu'il inclura au casting de son second film, Une aventure en 2005 avec Ludivine Sagnier. Xavier Giannoli dirige ensuite Cécile de France et Gérard Depardieu dans Quand j'étais chanteur en 2006. Inspiré d'un fait divers survenu dans le Nord de la France, À l'origine voit François Cluzet incarner un escroc reprenant à son compte la construction d'un chantier d'autoroute.

Producteur associé du deuxième film de Valérie Donzelli, La guerre est déclarée en 2011, Xavier Giannoli réalise Superstar en 2012. Il y dirige Kad Merad.

En 2015, il met en scène son sixième film, Marguerite, long métrage historique inspiré de la vie de la cantatrice américaine Florence Foster Jenkins qui avait cette particularité notable de chanter faux, rôle interprété par Catherine Frot.

En 2015, Luc Besson le nomme parrain de la quatrième promotion de l'École de la Cité.

Dans L'Apparition (2018), il confie à Vincent Lindon le rôle d'un journaliste mandaté par Le Vatican pour enquêter sur l'apparition de la Vierge à une jeune fille.

César du cinéma[modifier | modifier le code]

Il reçoit en 1999 le César du meilleur court métrage pour L'Interview.

Il a été nommé trois fois au César du meilleur réalisateur (en 2010, 2016 et en 2022), quatre fois au César du meilleur film (2007, 2010, 2016, et 2022), et son film Marguerite a reçu quatre César en 2016, dont celui de la Meilleure actrice pour Catherine Frot .

Il reçoit le César du meilleur film pour Illusions perdues en 2022, ainsi que le César de la meilleure adaptation. Pour le même film, Vincent Lacoste reçoit le César du meilleur second rôle masculin et Benjamin Voisin du Meilleur espoir masculin.

Décoration[modifier | modifier le code]

Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres ()[4]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Série[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Césars du cinéma[modifier | modifier le code]

Lumières de la presse internationale[modifier | modifier le code]

Sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Société RECTANGLE PRODUCTIONS à PARIS 2 (Chiffre d'affaires, bilans, résultat) avec Verif.com - Siren 448176768 », sur verif.com (consulté le ).
  2. Voir sur la-croix.com.
  3. « Xavier Giannoli ou la religion du cinéma », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  4. « Nomination ou promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres, arrêté du 4 janvier 2010 », sur culture.gouv.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]