Théâtre des Martyrs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Théâtre des Martyrs
Lieu Bruxelles
Coordonnées 50° 51′ 08″ nord, 4° 21′ 22″ est
Inauguration 1998
Nb. de salles 2
Capacité 366 places (grande salle)
74 à 100 places (petite salle).

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Théâtre des Martyrs

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Théâtre des Martyrs

Le Théâtre des Martyrs est une salle de spectacle bruxelloise située place des Martyrs. Dirigée par le metteur en scène Daniel Scahaise entre 1998 et 2015, elle est désormais sous la direction artistique du metteur en scène Philippe Sireuil, depuis le 1er janvier 2016[1].

Trois compagnies sont actuellement associées au théâtre dans le cadre d’une politique de compagnonnage : Théâtre en Liberté, la compagnie Biloxi 48, animée par Christine Delmotte-Weber et La Servante, animée par Philippe Sireuil.[réf. nécessaire]

Ce théâtre, construit à l’emplacement de l’ancien cinéma Etoile et inauguré en 1998, est le premier théâtre bâti par la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale (Cocof), à l’initiative du ministre Didier Gosuin.[réf. nécessaire]

Avant les travaux de rénovation, il était occupé, par le metteur en scène Henri Ronse (Le Nouveau Théâtre de Belgique).[réf. nécessaire]

Le théâtre est décoré des œuvres de trois artistes contemporains belges : le hall d’entrée est orné d’une fresque monumentale de Pierre Alechinsky : "Main courante", le foyer est bordé d’une sculpture de Félix Roulin : "Mur, muses et Orphée" et le rideau de scène, peint par Alexandre Obolensky, forme une harmonie de rouges avec la grande salle et ses fauteuils.[réf. nécessaire]

Le Théâtre des Martyrs comprend la grande salle de 356 places (équipée grâce à la Cocof d’un système de sonorisation destiné aux malentendant) et la petite salle d’une capacité variable de 74 à 100 places, d’abord destinée à accueillir les répétitions, conférences et expositions, mais vite transformée en salle de spectacle destinée à accueillir des productions plus intimistes.[réf. nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catherine Makereel, « Philippe Sireuil à la tête des Martyrs », sur Le Soir, (consulté le 1er octobre 2015)

Lien externe[modifier | modifier le code]