Toni Erdmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Toni Erdmann
Réalisation Maren Ade
Scénario Maren Ade
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de l'Autriche Autriche
Genre Comédie dramatique
Durée 162 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Toni Erdmann est un film germano-autrichien réalisé par Maren Ade, sorti en 2016.

En sélection officielle au Festival de Cannes 2016, le film a reçu le prix de la critique internationale. Le film a reçu le Grand Prix 2016 de la FIPRESCI.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Winfried Conradi, un enseignant allemand d'une soixantaine d'années, fantasque et habitué à se grimer, va rendre une visite surprise à sa fille Ines, consultante de haut niveau en poste à Bucarest. Alors qu'elle essaye de négocier un contrat d'externalisation très important pour sa carrière, il s'immisce dans sa vie professionnelle et personnelle afin de la faire réfléchir sur elle-même, dans une série de situations inattendues qui la déstabilisent. Voyant le risque qu'il fait prendre à sa fille, il décide de rentrer en Allemagne. Ines se consacre à fond à sa mission, mais a la surprise, un soir dans un grand hôtel, de retrouver son père, grimé et se présentant sous le nom de Toni Erdmann.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

Défilé de kukeri, des hommes en costume bulgare, semblables à celui porté par Winfried.

Lors de sa présentation à Cannes, le film reçoit un accueil triomphal de la part de la presse, qui en fait rapidement son grand favori pour la Palme d'or. Au point même que Le Monde titre : « À Cannes, Maren Ade sabote la compétition avec Toni Erdmann. »". La revue de presse d'Allociné est d'ailleurs particulièrement élogieuse :

  • Stéphane Delorme dans les Cahiers du Cinéma écrit que « le triomphe à Cannes, qui ne doit surtout pas faire croire à un film consensuel, c’était tout simplement le choc de voir un chef-d’œuvre. »[1]
  • Mathieu Macheret / Le Monde : « Ce glissement est rendu possible par une mise en scène d’une merveilleuse simplicité. Comment décrire cette écriture si peu démonstrative, qui semble ne se distinguer du "petit réalisme" que par la précision de son tempo, la justesse ahurissante de ses comédiens, la clarté de son timbre et de sa lumière, d’une blancheur expansive, comme autant d’éléments qui flottent entre ses personnages ? C’est sans doute cela qu’on appelle la grâce. »
  • Guy Lodge / Variety : « Le film de Maren Ade est une belle et très humaine étude de personnages, sur un père et une fille aussi dépressifs l'un que l'autre. Et c'est aussi un triomphe du rire. »
  • Yannick Vély / Paris Match : « Non seulement le film est irrésistiblement drôle, d’un humour sans frontière, mais il est aussi bouleversant, évoquant avec tendresse les rapports entre un père et sa fille (...) Ce petit chef-d’œuvre d’écriture devrait se retrouver très haut au palmarès dimanche prochain, au moins pour ses deux acteurs principaux, Sandra Hüller et Peter Simonischek. »
  • Steve Pond / The Wrap : « À ce jour, la plus délicieuse surprise de ce festival. La réalisatrice allemande Maren Ade offre un film sur une relation père-fille généreux, terriblement drôle mais aussi profondément touchant, d'une durée de 2 heures et 42 minutes, sans en gâcher un seul moment et dont on ne ressent jamais la longueur. »
  • Sorin Étienne / Le Figaro : « Mais Toni Erdmann surprend à chaque scène et déclenche des rires tonitruants. L'humour allemand existe et il est ravageur. Ce troisième film de Maren Ade dure 2h42 et il n'y a pas grand-chose à enlever. »
  • Bertrand De Saint Vincent / Le Figaro : « Tout est surprenant, inattendu, plein d'audace et de pudeur. Et en même temps infiniment juste, plausible, millimétré : la précision allemande. » [2]

Pour Pascal Gavillet de la Tribune de Genève, « De simple comédie de situation, le film vire au burlesque. Le règlement de comptes devient farce, Ubu et Mack Sennett s’invitent dans la sarabande, et le film prend son envol. Il n’atterrira plus [...] Par l’excès et la folie, Toni Erdmann s’impose alors comme le film choc de Cannes, tout en énonçant une série de faits tout à fait pertinents sur les crises ébranlant nos sociétés actuelles. »[3].

Pour Théo Ribeton des Inrockuptibles, « à l’instar de son héros, Toni Erdmann enlève et renfile sans cesse les costumes dont on l’affuble –, pour s’imposer comme le film le plus trompeur de cette année – mais aussi un des plus intelligents. [...] Toni Erdmann est certes drôle – il l’est vraiment – mais il est beaucoup moins une comédie qu’un film sur le rire, sur sa psychologie, sur sa fonction sociale, sur son pouvoir de dérèglement. »[4].

Toni Erdmann a été élu meilleur film de l'année par les Cahiers du Cinéma[5] et par le British Film Institute[6].

Box-office[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Maren Ade, la réalisatrice du film, a un jour offert à son père un faux dentier qu'elle avait reçu lors de l'avant-première d'Austin Powers à Munich. Ce dernier s'est, selon elle, beaucoup amusé avec, ce qui lui a forcément donné des idées sur ce film[8].
  • D'après la réalisatrice, l'écriture du scénario s'est étalée sur six ans, le montage a duré un an, et le mixage s'est terminé deux jours avant la projection du film au comité de sélection cannois[8].

Projet de remake américaine[modifier | modifier le code]

Le studio Paramount a annoncé avoir acquis les droits pour tourner une remake américaine du film[9]. Les rôles titres d'Ines et de Toni Erdmann seraient repris respectivement par Kristen Wiig et Jack Nicholson. Pour Nicholson, il s'agirait d'un grand retour au cinéma, puisqu'il n'a plus tourné depuis 2010 et la comédie romantique Comment savoir.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses [modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Delorme "Malin Génie", Septembre 2016 n°725 sur le site Cahiers du Cinema.
  2. Bertrand De Saint Vincent, « Exclusif: la bande-annonce de Toni Erdmann, révélation de Cannes », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  3. Pascal Gavillet, « «Toni Erdmann» gagne la Palme du cœur », sur Tribune de Genève, (consulté le 24 août 2016).
  4. Théo Ribeton, « “Toni Erdmann”, la sensation du dernier festival de Cannes », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 24 août 2016).
  5. Top Ten 2016 Décembre 2016 n°728 sur le site Cahiers du Cinema.
  6. (en) « The best films of 2016 », sur http://www.bfi.org.uk,
  7. JP-Boxoffice.com ; page du film Toni Erdmann (2016) consulté le 25 novembre 2016.
  8. a et b Thomas Baurez, « Toni Erdmann - Les Dents du bonheur », Studio Ciné LIve n°81,‎ juillet-août 2016, p. 68 à 70
  9. « Jack Nicholson sort de sa retraite pour le remake de Toni Erdmann », sur Le Figaro.fr, (consulté le 13 mars 2017)
  10. « Palmarès 2016 du 14e Brussels Film Festival »,
  11. http://www.rts.ch/info/culture/cinema/8188125-le-parlement-europeen-prefere-toni-erdmann-a-ma-vie-de-courgette-.html
  12. http://www.rts.ch/info/culture/8234207--toni-erdmann-designe-meilleur-film-europeen-de-l-annee.html
  13. « DIE PREISTRÄGER DES DEUTSCHEN FILMPREISES 2017 SIND », sur Deutscher Filmpreis (consulté le 19 novembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]