Marboz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marboz
Marboz
La mairie avec le monument à Joseph Pochon.
Image illustrative de l’article Marboz
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Intercommunalité CA du Bassin de Bourg-en-Bresse
Maire
Mandat
Christelle Moiraud
2020-2026
Code postal 01851
Code commune 01232
Démographie
Population
municipale
2 268 hab. (2021 en augmentation de 2,39 % par rapport à 2015)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 20′ 33″ nord, 5° 15′ 30″ est
Altitude Min. 194 m
Max. 240 m
Superficie 40,14 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Bourg-en-Bresse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Étienne-du-Bois
Législatives 1re circonscription de l'Ain
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Marboz
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Marboz
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
Marboz
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Marboz
Liens
Site web https://marboz.grandbourg.fr/

Marboz (prononcer Marbo) est une commune française située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Marboz fait partie de la Bresse et est située à 15 kilomètres au nord de Bourg-en-Bresse.

Cette commune très étendue s'étire sur plus de douze kilomètres dans le sens nord-sud.

Le Sevron la traverse, presque en parallèle avec la route départementale 996 et l'A39.

Communes Limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Attignat, Bény, Cras-sur-Reyssouze, Étrez, Foissiat, Pirajoux, Saint-Étienne-du-Bois, Villemotier, Viriat et Bresse Vallons.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Bourgogne, vallée de la Saône, caractérisée par un bon ensoleillement (1 900 h/an), un été chaud (18,5 °C), un air sec au printemps et en été et des vents faibles[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,3 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,7 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 090 mm, avec 12,1 jours de précipitations en janvier et 8,2 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Julien - Sa », sur la commune de Val Suran à 16 km à vol d'oiseau[3], est de 10,6 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 349,8 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Marboz est une commune rurale[Note 1],[7]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bourg-en-Bresse, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 80 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (83,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (50,8 %), terres arables (20,2 %), forêts (13,7 %), zones agricoles hétérogènes (12 %), zones urbanisées (3,3 %), mines, décharges et chantiers (0,1 %)[12].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 1 081, alors qu'il était de 1 060 en 2013 et de 988 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 90,4 % étaient des résidences principales, 2,7 % des résidences secondaires et 6,8 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 80,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 16,8 % des appartements[I 1].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Marboz en 2018 en comparaison avec celle de l'Ain et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (2,7 %) inférieure à celle du département (5,5 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 73,2 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (72,3 % en 2013), contre 62,4 % pour l'Ain et 57,5 % pour la France entière[I 2].

Le logement à Marboz en 2018.
Typologie Marboz[I 1] Ain[I 3] France entière[I 4]
Résidences principales (en %) 90,4 86,3 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 2,7 5,5 9,7
Logements vacants (en %) 6,8 8,1 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Temps modernes[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle : Melchior-Esprit de La Baume (né en 1679 et décédé à Mâcon le 13 janvier 1740), marquis de Saint-Martin, treizième comte de Montrevel et baron de Lugny, est baron de Marboz[Note 3]. Lui succédera son fils, Florent-Alexandre-Melchior de La Baume (1736-1794), quatorzième comte de Montrevel et dernier seigneur baron de Marboz.

La gare des Tramways de l'Ain au tout début du XXe siècle.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le village est desservi de 1914 à 1936 par la ligne Bourg-en-Bresse - Treffort - Montrevel-en-Bresse - La-Madeleine des Tramways de l'Ain, un réseau de chemin de fer secondaire organisé par le département de l'Ain

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Bourg-en-Bresse du département de l'Ain[13].

Elle faisait partie depuis 1802 du canton de Coligny[14]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Saint-Étienne-du-Bois[13]

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription de l'Ain depuis le dernier découpage électoral de 2010[15].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Marboz était membre de la petite communauté de communes du canton de Coligny, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 1994 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines[16] pour former, le , la communauté d'agglomération du Bassin de Bourg-en-Bresse, dont est désormais membre la commune[13].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[17]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1944 1947 Émile Gauthier   Président du Comité local de Libération
1947 1957 Maurice Jacques   Médecin
Mort en fonction
1957 mars 1983 Joseph du Marché
(1913-1994)
  Propriétaire
mars 1983 mars 2008 Raymond Favier
(1941- )
UMP Chef d'entreprise
mars 2008 mai 2020[18] Alain Gestas
(1954- )
DVG Cadre territorial
Conseiller général de Coligny (2011 → 2015)
Président de la CC du Canton de Coligny (? → 2016)
Vice-président de la CA du Bassin de Bourg-en-Bresse (2017 → 2020)
mai 2020[19],[20] En cours
(au 18 juillet 2023)
Christelle Moiraud
(1968- )
  Chargée de communication

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

En 2014, Marboz est labellisée « ville fleurie » avec « trois fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[21].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[23].

En 2021, la commune comptait 2 268 habitants[Note 4], en augmentation de 2,39 % par rapport à 2015 (Ain : +4,96 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 9732 5742 5022 3482 3302 4112 6642 6202 580
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5602 5072 5332 5562 5332 5502 6142 6022 558
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5412 5562 5752 2012 2012 0602 0522 0101 855
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 7331 6801 7011 9262 0262 1642 1952 1852 226
2021 - - - - - - - -
2 268--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Marboz compte deux fêtes patronales :

  • La féria qui se déroule fin juillet ;
  • La Saint-Crépin qui se déroule en automne. Cette fête était l'occasion d'une foire aux "commis", apprentis ouvriers agricoles.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

L'ESB Marboz est le club de football de Marboz. Il a été créé en 1966 par Fernand Piguet. Il débute au niveau le plus bas (4e série de Bresse) avec 2 équipes de seniors pour monter en honneur régional.

Vie associative[modifier | modifier le code]

L'association ACOST milite pour la qualité de vie des habitants[réf. nécessaire].

Économie[modifier | modifier le code]

Gisement de sel et stockage de gaz naturel[modifier | modifier le code]

L'usine chimique Solvay de Tavaux dans le Jura, a exploité, à partir de 1930, un important gisement souterrain de sel à Poligny (Jura).

À partir de 1977, c'est de la saumure diluée, pompée à Étrez (Ain), qui a servi à la dissolution dans le sous-sol. Le gisement s'épuisant, cette saumure est envoyée, depuis 2007 (par saumoduc), vers le gisement de sel découvert à Marboz où sont exploitées 2 couches :

  • la couche supérieure (entre 750 m et 1120 m de profondeur) dite couche de Marboz exploitée par Solvay.
  • la couche inférieure (entre 1300 m et 1960 m de profondeur) ou couche d’Étrez utilisée par Storengy, filiale d'Engie, comme réservoir de stockage de gaz[Note 5].

Un autre saumoduc, long de 110 kilomètres, relie Marboz à Tavaux où le sel est extrait et transformé. Quotidiennement, les 7 000 m3 de saumure saturée arrivant à l'usine, fournissent 2 000 tonnes de sel.

Commerces[modifier | modifier le code]

Marboz compte quelques commerces.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin.
  • Église Saint-Martin, restaurée en 1859.
  • Chapelle des Couhardes.
  • Motte dite « poype des Devins »[25].
  • Anciennes maisons fortes de Malatrait citée au XVe siècle, et de Malval citée en 1277[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Pochon, ancien sénateur de l'Ain, (IIIe République), né le , élu le , décédé au cours de son second mandat le .
  • Louis Robin, député de l'Ain, est né à Marboz en 1923.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Mestre de camp de cavalerie en 1704 puis brigadier des armées du roi en 1719 et maréchal de camp en 1734 (il avait épousé en 1731 Marie-Florence du Châtelet de Lomont).
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  5. S'étendant sous 5 communes, dont Étrez et Marboz, c'est le 1er stockage en cavités salines en France et le 5ème en Europe. La quantité stockée correspond à la consommation annuelle de la ville de Lyon.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Marboz - Section LOG T2 » (consulté le ).
  2. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Marboz - Section LOG T7 » (consulté le ).
  3. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans l'Ain - Section LOG T2 » (consulté le ).
  4. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière - Section LOG T2 » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Marboz et Val Suran », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Saint-Julien - Sa », sur la commune de Val Suran - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Saint-Julien - Sa », sur la commune de Val Suran - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « Zonage rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Marboz », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  14. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. « Découpage électoral de l'Ain (avant et après la réforme de 2010) », sur politiquemania.com (consulté le ).
  16. « Le visage de la nouvelle communauté d’agglomération se dessine : Mardi soir, le bureau de la communauté de communes du canton de Coligny a convié les élus municipaux des 9 communes et le personnel, à une réunion d’information sur le projet de schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. [PDF] « Inventaire des archives 1497-2016 : Liste des maires », sur archives-communales-ain.fr (consulté le ).
  18. Jacky Moiraud, « Après 30 ans de service, Alain Gestas ne briguera pas de nouveau mandat : Élu conseiller municipal sur la liste de Raymond Favier en 1989, il y a 30 ans, Alain Gestas a été pendant 13 ans, adjoint aux affaires scolaires et à la vie associative, puis 1er adjoint. Élu maire en 2008, il a décidé de ne pas se représenter aux prochaines élections municipales de mars 2020 », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. Jacky Moiraud, « Christelle Moiraud conduira la liste « Passionnément Marboz » : Conseillère municipale élue sur la liste d’Alain Gestas, Christelle Moiraud se présente. Alors que le maire s’arrête, elle a décidé de constituer une liste », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Marboz : Christelle Moiraud succède à Alain Gestas », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Marboz sur le site des villes et villages fleuris » (consulté le ).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  25. a et b Charles-Laurent Salch et Joseph-Frédéric Finó (photogr. Dominique Martinez), Atlas des châteaux forts en France, Strasbourg, Éditions Publitotal, , 19e éd. (1re éd. 1977), 834 p., p. 22 (cf. Marboz).