Drom (Ain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Drom
Drom (Ain)
La Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bassin de Bourg-en-Bresse
Maire
Mandat
Michel Guillot
2020-2026
Code postal 01250
Code commune 01150
Démographie
Gentilé Dromniers
Population
municipale
214 hab. (2019 en diminution de 1,83 % par rapport à 2013)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 08″ nord, 5° 21′ 55″ est
Altitude Min. 310 m
Max. 505 m
Superficie 7,78 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Bourg-en-Bresse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Étienne-du-Bois
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Drom
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Drom
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Drom
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Drom
Liens
Site web drom.fr

Drom est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants de Drom s'appellent les Dromniers.

Histoire[modifier | modifier le code]

En l’an 640, on lit, dans les archives religieuses jurassiennes : « Il est, dans la dernière vallée du Jura, la paroisse de Drunc ».

Situé au centre d’une vallée sèche, le village de Drom doit avoir des origines remontant entre le IVe siècle et le VIIe siècle[réf. souhaitée].

Étymologiquement, son nom viendrait de l’eau : Hydris ou les eaux stagnantes. En effet, pendant des siècles, les occupants de ce site ont ainsi été alternativement victimes de sécheresses et d’inondations. Pas de rivière, peu de sources et de puits, mais une eau toujours présente dans les profondeurs de son sous-sol karstique.

L’église est citée à partir de 1184, et son chœur est reconstruit en 1475, dans la tradition du gothique flamboyant. À son côté subsiste un campanile, seul vestige de la chapelle primitive.

Géographie[modifier | modifier le code]

Drom se situe dans le Revermont.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Drom est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bourg-en-Bresse, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 80 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (51 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (50,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (49,2 %), zones agricoles hétérogènes (30,4 %), prairies (15,4 %), zones urbanisées (3,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,8 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Drom est membre de la communauté d'agglomération du Bassin de Bourg-en-Bresse, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Bourg-en-Bresse. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[7].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Bourg-en-Bresse, au département de l'Ain et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[8]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Saint-Étienne-du-Bois pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[8], et de la première circonscription de l'Ain pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[9].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1790   Antoine Caillat    
juin 1800 avril 1820 Claude Benoît Gaillard    
avril 1820 septembre 1824 Pierre Caillat    
septembre 1824 juin 1827 Claude Benoît Caillat    
juin 1827 octobre 1831 Claude Caillat    
octobre 1831 août 1843 Joseph Marie Gaillard    
août 1843 décembre 1871 Hippolyte Gouilloux    
décembre 1871 juin 1876 César Auguste Gaillard    
octobre 1876 janvier 1878 Jules Malessard    
janvier 1878 avril 1886 Hippolyte Gouilloux    
avril 1886 juillet 1917 Albert Gaillard    
décembre 1919 mai 1925 Modeste Larruat    
mai 1925 août 1925 Auguste Corretel    
août 1925 novembre 1932 Auguste Grenodon    
novembre 1932   Aimé Caillat    
octobre 1944 mars 1959 Marius Corretel    
mars 1959 mars 1971 Aimé Jacquemet    
mars 1971 mars 1983 Marcel Raffin    
mars 1983 juin 1995 Noël Larruat    
juin 1995 mars 2001 Jean Carrier    
2001 2014 Daniel Brochier    
2014 2020 Yves Guillemot    
mai 2020 novembre 2020 Florence Blatrix Contat[10],[Note 3]   Professeure, profession scientifique
novembre 2020 En cours Michel Guillot[11] SE Technicien

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2019, la commune comptait 214 habitants[Note 4], en diminution de 1,83 % par rapport à 2013 (Ain : +5,32 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
427436552436455420436417431
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
427441427418436425405402328
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
322327292237220194193170181
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
147146153139146160163166205
2014 2019 - - - - - - -
222214-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L’activité économique a longtemps reposé sur la polyculture, avec une prédominance de la vigne, qui recouvrait un quart du territoire[réf. souhaitée].

Longtemps, la pierre a aussi pu assurer quelque revenu aux habitants de la vallée. Aujourd’hui, une carrière subsiste encore pour la pierre de taille et une pour la production de matériaux concassés, qui fonctionnent épisodiquement.

Après la crise du phylloxéra, l’agriculture s’est spécialisée dans l’élevage laitier : fondée en 1881, la coopérative est la plus petite du département. Située dans la zone AOC du Comté, elle en produit quotidiennement une dizaine de meules. De plus, elle est à l’origine de la renaissance du « clon », le fromage produit dans la Bresse pendant tout le Moyen Âge.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Tunnel d'écoulement des eaux long de 900 m, creusé en 1860 pour assainir la commune.
  • Église gothique du XVIIe siècle.
  • Grotte de Luy.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Florence Blatrix Contat abandonne son mandat en novembre 2020, non cumulable avec sa nouvelle fonction de sénatrice.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. « communauté d'agglomération du Bassin de Bourg-en-Bresse - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  8. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Drom », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  9. « Découpage électoral de l'Ain (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  10. « Répertoire national des élus (RNE) - version octobre 2021 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le )
  11. « Michel Guillot, élu 26e maire de Drom », sur lavoixdelain.fr (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]