Lent (Ain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lent.
Lent
La maison à pans de bois ; au second plan, le clocher de l'église de Lent.
La maison à pans de bois ; au second plan, le clocher de l'église de Lent.
Blason de Lent
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Ceyzériat
Intercommunalité Bassin de Bourg-en-Bresse
Maire
Mandat
Marie-Claire Panabières
2014-2020
Code postal 01240
Code commune 01211
Démographie
Gentilé Lentais
Population
municipale
1 426 hab. (2014 en augmentation de 11,67 % par rapport à 2009)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 07′ 13″ nord, 5° 11′ 47″ est
Altitude Min. 240 m
Max. 296 m
Superficie 31,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Lent

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Lent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lent
Liens
Site web lent-01.fr

Lent est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants s'appellent les Lentais et les Lentaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Lent se situe aux portes de la Dombes, à environ 10 km au sud de Bourg-en-Bresse et 50 km au nord de Lyon.
La Veyle traverse les terres de ce village.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Péronnas Rose des vents
Servas
Saint-Paul-de-Varax
N Certines
La Tranclière
O    Lent    E
S
Saint-Nizier-le-Désert Dompierre-sur-Veyle

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.


Armes de Lent

Les armes de Lent se blasonnent ainsi[2] : d'argent à la lettre L capitale d'azur entourée d'un collier de perles du même en orle.

Les origines et l'époque féodale[modifier | modifier le code]

Les plus anciens documents mentionnant l'existence d'un village sur les terres actuelles de Lent remontent à 855 et parlent de Lentis Villa.

En 1244[3], la seigneurie est vendue (en partie ou en totalité) par Jocelin de Morestel à Humbert V de Beaujeu.

Jusqu'au XIIIe siècle, il y avait peu de villes en Bresse et en Dombes, mais ces terres étaient peuplées par des paysans vivant dans des hameaux éloignés les uns des autres et ce, vraisemblablement parce que la région n'était que peu touchée par les guerres.

En 1269, afin de peupler la ville de Lent, Renaud, comte de Forez, seigneur de Beaujeu et prince de Dombes et sa femme Isabelle de Beaujeu, édictent une charte qui assure une certaine sécurité aux habitants de Lent. Il semblerait que les murailles de la ville aient été construites à cette époque ; certains pensent qu'elles existaient déjà. Durant le siècle qui suivit furent creusés les étangs.

Le 23 juin 1400[3], Édouard II, sire de Beaujeu, donne la seigneurie à Louis II, duc de Bourbon.

La ville de Lent et la Dombes étant sorties de la maison de Beaujeu ; Édouard II, sire de Beaujeu n'ayant pas d'héritiers, teste Le 23 juin 1400[3] en faveur Louis II, duc de Bourbon, les habitants de Lent font confirmer en 1402 les droits acquis en 1269 par le nouveau seigneur.

Au début du XVe siècle, on signale de nombreux différends entre la Bourgogne et les États de Savoie, au sujet de la Dombes et de la Bresse. Par exemple, la ville de Bourg instaura des foires les mêmes jours que celles de Lent (plus anciennes) afin de réduire les revenus des Lentais.

L'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Durant le XVIe siècle, à la suite de différents fléaux comme la peste ou des famines, Lent se désertifie. Les troupes bressanes du marquis de Treffort ravagent la ville de Lent et massacrent les populations des environs[Quand ?]. En 1598, les envoyés du prince Henri de Bourbon, alors souverain de la Dombes, déclarent que la population de Lent était restreinte à deux habitants.

Petit à petit, durant les XVIIe et XVIIIe siècles, la vie reprend à Lent ; le village se repeuple et les souverains encouragent au retour des six foires annuelles.

Le , Louis Charles, comte d'Eu, cède la souveraineté de Dombes à la France. Devenue française, Lent est intégrée au département de l'Ain lors de sa création en 1790.

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

À la suite de la Révolution, les principaux notables de l'époque sont établis au Conseil municipal. Peu de personnes furent guillotinées à Lent car peu de nobles y vivent. Dans les années qui suivent, l'église, endommagée pendant la Révolution, est restaurée.

Lors de la prise du pouvoir par Napoléon Bonaparte, de nombreux habitants sont enrôlés pour partir à la guerre. Dans les années 1830, le village possède une bonne vitalité et compte 1 050 habitants. Cette bonne vitalité est due à la position du village sur l'axe Lyon-Strasbourg. Cette localisation permet au village de vivre grâce au trafic routier et à ses foires. Cependant, dans les années suivantes, le chemin de fer ne dessert pas Lent et l'axe routier Lyon-Strasbourg passe par Servas, ce qui a pour conséquence de limiter l'avenir économique du village. Ceci est accentué par l'absence de perspectives industrielles à Lent. Lent connait alors, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, l'exode d'un certain nombre d'habitants. Ceux-ci seront, en partie, remplacés par des personnes travaillant à Bourg.

Source : Il était une fois... Lent, Gérard Clerc-Noyellon[4]

Aux portes du village, existait une paroisse qui fut rattachée à Lent après la Révolution : Longchamp.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Lent[4]
Période Identité Étiquette Qualité
2014 En Cours Marie-Claire Panabières Sans étiquette  
1995 2014 Michel Buellet UMP  Président de la communauté d'agglomération de Bourg-en-Bresse de 2002 à 2008
1979 1995 René Gauthier    
1977 1979 Daniel Blanc    
1965 1977 Albert Bonnefoy    
1963 1965 Auguste Guillemot    
1944 1963 Charles Bardet   Président du Comité de Libération
1929 1944 Joseph Bret    
1920 1929 Henri Viallier    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2014, la commune comptait 1 426 habitants[Note 1], en augmentation de 11,67 % par rapport à 2009 (Ain : +6,33 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
830 941 931 1 039 1 062 1 051 1 039 1 173 1 159
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 087 1 155 1 234 1 181 1 253 1 227 1 186 1 184 1 121
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 107 1 108 1 051 921 851 814 781 750 729
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
721 778 801 976 1 043 1 145 1 239 1 253 1 266
2013 2014 - - - - - - -
1 413 1 426 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Répartition par âge et sexe (1999)
Age Hommes Femmes
Nombre % Nombre %
Tous 577 100,0 % 571 100,0 %
0-14 ans 128 22,2 % 108 18,9 %
15-29 ans 100 17,3 % 106 18,6 %
30-44 ans 127 22,0 % 136 23,8 %
45-59 ans 118 20,5 % 104 18,2 %
60-74 ans 76 13,2 % 78 13,7 %
75-94 ans 28 4,9 % 39 6,8 %
95 ans et plus 0 0,0 % 0 0,0 %

Économie[modifier | modifier le code]

La majorité des actifs travaille à l'extérieur du village, notamment dans l'agglomération burgienne (98 des 515 Lentais actifs travaillaient à Lent lors du recensement de 1999).

Les activités tertiaires représentaient 44,4 %, la construction 27,8 % et l'agriculture 22,2 % des 144 personnes travaillant à Lent en 1999[9].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

La plupart des équipements essentiels sont disponibles sur la commune. On comptait notamment, lors de l'inventaire communal de 1998 de l'Insee, un garagiste, deux maçons, une épicerie, une boulangerie-pâtisserie, une boucherie-charcuterie, un bureau de poste, un salon de coiffure, deux cafés/débits de boissons, un bureau de tabac, un restaurant, une école maternelle et primaire, un dentiste, trois infirmiers, deux médecins généralistes et une pharmacie[11]. Les autres services tels que collèges, lycées, grandes surfaces... se situent à Bourg-en-Bresse, Péronnas ou encore Saint-Denis-lès-Bourg.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé, sur habitants.fr
  2. Banque de blason, sur labanquedublason2.com (section “communes de France” puis “01” puis “Lent”)
  3. a, b et c Marie-Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg-en-Bresse, Gromier Ainé, (lire en ligne), p. XXXVIII.
  4. a et b Il était une fois... Lent, Gérard Clerc-Noyellon, Éditions de Trévoux, 1982, (ISBN 2-85698-024-4)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  9. Lent sur le site de l'Insee.
  10. Notice no PA00116419, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. Les résultats de l'inventaire communal de 1998 pour la commune : Lent, sur le site de l'Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]