Montracol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Montracol
Montracol
L'église Saint-Didier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Attignat
Intercommunalité Bassin de Bourg-en-Bresse
Maire
Mandat
Thierry Druguet
2014-2020
Code postal 01310
Code commune 01264
Démographie
Population
municipale
1 021 hab. (2015 en augmentation de 5,58 % par rapport à 2010)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 55″ nord, 5° 07′ 19″ est
Altitude Min. 211 m
Max. 258 m
Superficie 14,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Montracol

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Montracol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montracol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montracol
Liens
Site web montracol.com

Montracol (prononciation mɔ̃.ra.kɔl) est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte des hameaux.

Localisation[modifier | modifier le code]

Montracol se situe en Bresse, à une dizaine de kilomètres de Bourg-en-Bresse et à 40 kilomètres à l'est de Mâcon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vandeins Montcet Buellas Rose des vents
Chaveyriat N Saint-Rémy
O    Montracol    E
S
Condeissiat Saint-André-sur-Vieux-Jonc

Points extrêmes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • Le Vieux Jonc traverse l'est de la commune, une partie du cours d'eau fait office de frontière entre le village et Buellas.
  • L'Irance passe brièvement au nord vers le hameau de Grillon.
  • Au sud-est, le Cône se jette vers le Moulin Cuzin.
  • Le Bief de Culotte ou de Pré Vieux traverse la commune du sud au nord et passe près du bourg. Avant d'entrer dans le village, ce bief est le ruisseau des Granges. Il se jette dans le Vieux Jonc à la frontière avec Buellas.
  • Le Bief des Guillets qui porte le nom de Bief du Moulin au sud de la commune traverse l'ouest. Il se jette dans l'Irance à Grillon.
  • Le Bief du Chafaut traverse du sud au nord et se jette dans le Bief des Guillets au Capot.

Plans d'eau[modifier | modifier le code]

Puisque la commune est située proche de la Dombes, on trouve quelques étangs dans le territoire.

  • Le plus grand plan d'eau est l'étang de Curtioux situé entre Curtioux et La Côte.
  • Près du hameau de La Corbine, on trouve l'étang Machard qui est traversé par le bief du Chafaut.
  • Au nord de l'étang Machard se situe l'étang de la Pochonne.
  • À Biclos, l'étang de Biclos est un petit plan d'eau.
  • À l'ouest de Montracol, au sud de la route D937 est localisé l'étang des Guillets.
  • Au sud de l'étang de Curtioux, l'étang Gentil longe le bief de Culotte ou de Pré Vieux.
  • Un étang dont le nom est inconnu se situe à Grande Métairie.

Climatologie[modifier | modifier le code]

Le climat est tempéré à légère tendance continentale. Les données climatologiques sont celles de Mâcon qui est la station de référence pour toutes les données. Les valeurs climatiques de 1981 à 2010 sont les suivantes.

Relevés Mâcon 1981-2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 1 3,5 6 10 13,5 15,5 15 11,5 8 3,5 1 7,5
Température moyenne (°C) 2 4,5 8 11 15 19 21 20,5 17 12 7 3,5 12
Température maximale moyenne (°C) 5,5 8 12 16 20 24 27 26 22 16,5 10 6 16
Ensoleillement (h) 61,9 91,5 154,9 182 212,9 245,3 267,7 242,4 185,6 116,9 70,3 50,5 1 881,9
Précipitations (mm) 59 53 49 75 88 75,5 71 72 79,5 85,5 84 70 861,5
Source : Météo-France/Infoclimat : Mâcon (1981-2010)[1]
Temperature down.svg
Temperature up.svg
Rain icon.svg
Rain icon.svg
Sun01.svg
Sun01.svg
Température

minimale

Température

maximale

Hauteur de

précipitations

Nombre de jours

avec précipitations

Durée

d’ensoleillement

Nombre de jours avec

bon ensoleillement

7,4 °C 16,1 °C 859,3 mm 113,9 j 1881,9 h 73,25 j

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Carte des axes de communication.

Routes[modifier | modifier le code]

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

En 1898, la ligne de Jassans à Bourg, gérée par la Compagnie des Tramways de l'Ain et longue de 47 km fut ouverte. Les trains s'arrêtaient à la gare du village le long de l'actuelle route D936. Victime du progrès, la ligne fermera en 1937.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est reliée au réseau départemental des bus car.ain.fr par l'intermédiaire de deux lignes. La première est la ligne 119[2] qui fait la liaison entre Villefranche-sur-Saône et Bourg-en-Bresse. La ligne 120[3] relie quant à elle Bourg-en-Bresse à Belleville. Les deux lignes desservent les deux mêmes arrêts que sont Capitale et L'Étoile étant donné que les lignes empruntent la route D936.

Montracol est aussi relié au réseau de transport de l'agglomération de Bourg-en-Bresse par le biais des lignes 41 et 45.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée du village.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La paroisse apparaît sous le nom de Monte Raculfo. Monte vient de mons et Raculfo vient de l’anthroponyme germanique Raculf[4].

Anciens noms[modifier | modifier le code]

La première mention du village date de 1119 dans l'Histoire de Tournus sous le nom de Monte Raculfo. En 1265, Monracol est le nom de la paroisse selon les archives de la Côte-d'Or. mais on a la première référence au nom actuel de Montracol en 1272.

Le pouillé de Lyon évoque Monrancol en 1325 et Monracoz en 1350. En 1378, les archives de la Côte-d'Or mentionnent Mont Racol, Montera Raçollum en 1417 et Mont Racoul en 1447. Le pouillé de Lyon cité Monrancol en 1587.

On trouve le nom de la commune sous sa forme actuelle à partir du XVIIIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1601, après la fin de la guerre franco-savoyarde qui se termine par le Traité de Lyon, Saint-Cyr-sur-Menthon appartient à la France avec l'acquisition de celle-ci de la Bresse, du Bugey, du Valromey et du pays de Gex. Elle est par la suite intégrée à la province bourguignonne.

Entre 1790 et 1795, Montracol était une municipalité du canton de Bourg, et dépendait du district de Bourg.

Jadis, à la mi-janvier, on honorait Saint Bonnet pour que les veaux profitent bien et deviennent gros et gras.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé du maire, de ses trois adjoints et de onze autres conseillers municipaux[5].

Maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Jean-Claude Brunet    
mars 2008 14 décembre 2010[6] Jean-Claude Simonet    
janvier 2011 mars 2014 Janine Estrat    
mars 2014 en cours Thierry Druguet SE Ingénieur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2015, la commune comptait 1 021 habitants[Note 1], en augmentation de 5,58 % par rapport à 2010 (Ain : +6,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
494378561406442468537501530
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
518574590588612569623586582
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
558576603545538511496473479
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
4474294505845516197879571 013
2015 - - - - - - - -
1 021--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Depuis 1975[11], l'école de la commune forme avec celles de Vandeins et Montcet un RPI. Elle accueille les maternelles des trois communes et sont répartis dans quatre classes[12]. Celle de Montcet accueille les niveaux CP, CE1 et CE2 tandis que les CM1 et CM2 vont à Vandeins.

Les élèves de ce RPI passant en 6e sont dirigés au collège Yves Morandat de Saint-Denis-lès-Bourg.

Médias locaux[modifier | modifier le code]

  • Le journal le Progrès propose une édition locale aux communes de l'Ain. Il paraît du lundi au dimanche et traite des faits divers, des évènements sportifs et culturels au niveau local, national, et international.
  • Le journal Voix de l'Ain est un hebdomadaire publié les vendredis qui propose des informations locales pour les différentes régions du département de l'Ain.
  • La chaîne France 3 Rhône Alpes Auvergne est disponible dans la région.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.
  • L'église Saint-Didier, construite à la fin du XIe siècle, (évêque de Langres au IIIe siècle) fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [13].
  • L'ancienne mairie fut construite en 1850, une nouvelle fut construite en 2015[14].
  • Le Presbytère fut construit avant 1811 et agrandi en 1888 : la première partie sert pour 3 logements et la deuxième accueillait la bibliothèque intercommunale et le cabinet d’infirmières.
  • Le monument aux morts fut érigé en 1920 à l'intersection entre la route D67 et la route de Palordet. Il faut déplacé en 2015 en face de la nouvelle mairie[15].
  • La salle polyvalente a été construite en 1979.
  • La Maison de la Peyrouse est ancienne maison noble du XVIIe siècle qui comporte une chapelle désaffectée.
  • La ferme du Colombier est un ancien relais pour les chevaux qui se situait sur l’ancienne route de Châtillon-sur-Chalaronne à Bourg-en-Bresse. La partie la plus ancienne en torchis et croisillons de bois date du XVIIe siècle.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Les spécialités culinaires sont celles de la région bressane, c'est-à-dire la volaille de Bresse, les gaudes, la galette bressane, les gaufres bressanes, la fondue bressane[16].

La commune se situe dans l'aire géographique de l'AOC Crème et beurre de Bresse[17] et de l'AOC Volailles de Bresse[18].

Elle a aussi l'autorisation de produire le vin IGP Coteaux de l'Ain (sous les trois couleurs, rouge, blanc et rosé)[19].

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

Panneau Village fleuri avec une fleur.

En 2014, la commune de Montracol bénéficie du label « ville fleurie » avec « une fleur » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[20].

Événements[modifier | modifier le code]

Tous les 3e week-end de mai, la fête patronale ou vogue mêle jeux, fête foraine, repas et feu d’artifice.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1981-2010)
  2. Horaires ligne 119 sur car.ain.fr
  3. Horaires ligne 120 sur car.ain.fr
  4. Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs », sur henrysuter.ch
  5. Le conseil municipal, sur montracol.fr.
  6. « Jean-Claude Simonet, maire de Montracol », nécrologie parue dans Le Progrès du 15 décembre 2010.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. L'école de Vandeins, sur vandeins.fr.
  12. L'école de Montracol, sur le site de la commune.
  13. Notice no PA00116437, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. Montracol - Une nouvelle bibliothèque et une mairie enfin accessibles, sur leprogres.fr
  15. Montracol - Le monument aux morts est enfin de retour et flambant neuf, sur leprogres.fr.
  16. Bourg-en-Bresse, ville départ, sur letour.fr.
  17. « Aire géographique de l'AOC Crème de Bresse. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  18. « Aire géographique de l'AOC Volaille de Bresse. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  19. « Montracol, commune viticole », sur Vin Vigne (consulté le 3 juin 2016).
  20. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]