Meillonnas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Meillonnas
Image illustrative de l'article Meillonnas
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Saint-Étienne-du-Bois
Intercommunalité Bassin de Bourg-en-Bresse
Maire
Mandat
Jean-Paul Neveu
2014-2020
Code postal 01370
Code commune 01241
Démographie
Population
municipale
1 310 hab. (2014)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 45″ nord, 5° 21′ 09″ est
Altitude Min. 232 m – Max. 460 m
Superficie 17,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Meillonnas

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Meillonnas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Meillonnas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Meillonnas
Liens
Site web meillonnas.fr

Meillonnas est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Meillonnas est à cheval entre le Revermont à l'est du bourg et la Bresse à l'ouest.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Val-Revermont Rose des vents
Saint-Étienne-du-Bois N
O    Meillonnas    E
S
Jasseron Drom

Histoire[modifier | modifier le code]

Hôtel Marron de Meillonnas à Bourg

La paroisse de Meillonnas (In villa Miloniaco ; de Mellioniaco ; Mellyona, Mellona, Melionaz, Melionassous) sous le vocable de saint Oyen relevait de la seigneurie de Meillonas qui avait pour centre le château éponyme.

Le prévôt de Saint-Pierre de Mâcon nommait à la cure. L'église de Saint-Oyen de Meillonnas, qui dépendait originairement de la manse archiépiscopale de Lyon, fut donnée, vers 1080[1], par l'archevêque Gébuin aux religieux de Saint-Pierre de Mâcon

En 1110[1], Rolland Brissin, chevalier, sur le point de se croiser pour Jérusalem, confirma ce don et l'augmenta d'un étang, d'une vigne et de tous les bois nécessaires pour construire des maisons. C'est très-probablement vers cette époque que les religieux de Saint-Pierre établirent à Meillonnas, sous le vocable de sainte Agathe, un prieuré de leur ordre, qui était déjà uni à l'église au XVIIe siècle. Par son testament, daté de juillet 1248[1], Humbert, sire de Beaujeu, légua 60 sous forts à l'église paroissiale. Jean de Corgenon, chevalier, y fonda, en 1382[1], la chapelle dédiée à Notre-Dame, ainsi que le constatait l'inscription suivante : « Anno Domini millesimo CCC octuagesimo secundo, dominus Joannes de Corgenone, filius quondam domini Humberti de Corgenone dominusque de Meillonas, fecit fieri opus istud ». La collecte de toutes les dîmes de la paroisse se faisait au nom du chapitre de Saint-Pierre de Mâcon, mais le curé prélevait dessus, pour son entretien, 56 coupes de froment, 56 de blondé, 80 mesures d'avoine, 6 tonneaux de vin et 40 écus d'argent. Il jouissait, en outre, du revenu d'une vigne de 6 ouvrées et de quelques terres.

En 1760, le baron de Marron et son épouse Anne-Marie Carrelet de Loisy[Note 1] ont joué un rôle important, lui dans le développement de la commune puisqu'il est le fondateur à cette date de la fameuse faïencerie qui a fait la renommée du village, elle par son goût des arts et des lettres[2].

Les peintres venaient de loin, jusque de Moustiers, pour découvrir les célèbres faïences du village. Leur originalité est due à la couleur de l'argile utilisée, la terre rouge de Meillonnas, qui va du rose aux tons rougeâtres et les décors floraux aux teintes chaudes ; gamme de rouges, jaunes et violets. Au XXIe siècle, une entreprise artisanale en poursuit la tradition.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1954 Élie Barillot    
1954 1961 Félix Jacquet DvG  
1961 1989 Pierre Joly DvG agriculteur
1989 2010 (démission) Pierre Bailloud DvG  
septembre 2010 en cours Jean-Paul Neveu DvD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 310 habitants, en augmentation de 0,69 % par rapport à 2009 (Ain : 5,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 402 1 409 1 431 1 233 1 265 1 287 1 249 1 260 1 241
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 148 1 125 1 154 1 121 1 103 1 045 980 920 937
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
915 940 853 718 731 684 703 674 611
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
610 630 671 891 1 051 1 204 1 286 1 301 1 310
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évènements[modifier | modifier le code]

Le Comité d'Animation, des Fêtes et Événement de Meillonnas (CAFÉ) organise tous les ans des manifestations dont histoire d'argile... Meillonnas (qui est un marché de potiers avec des conférences et des expositions) et la meillonnaise (qui est une course par équipe de 2 avec un seul VTT que l'on doit se partager).

Économie[modifier | modifier le code]

Les Faïences de Meillonnas fabriquent avec des moules anciens et décorent à la main levée des pièces uniques en faïence depuis 1967. Boutique sur place.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Oyen de Meillonnas ; l'église gothique avec deux chapelles ornées de « peintures à fresque » des XIVe et XVe siècles.
L'église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par arrêté du 7 novembre 2002[7].
  • Château de Meillonnas ; c'est un ancien château fort du XIVe siècle plusieurs fois remanié, centre de la seigneurie de Meillonas, qui se dresse rue de l'Ancienne-Faïencerie. Le château, en partie propriété de la commune, n'est pas ouvert au public, mais il est possible pour les spécialistes de le visiter.
Le château en totalité ainsi que les parcelles sur lesquelles il se trouve ainsi que les parcelles adjacentes et l'ancien lieu-dit le Pré aux Fosses font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 4 juillet 2007[8].
  • Chapelle gothique à Sanciat.
  • Balade dans Meillonnas et ses environs
Le village possède un savoir-faire très ancien en matière de faïencerie, datant de 1760, artisanat reconnu qui a dépassé les frontières de la région. C'est un village qui a conservé de belles maisons de pierre, dont certaines à colombages. Les chemins de randonnées, nombreux aux alentours permettent soit de descendre vers la plaine de Bresse, soit d'aller vers le col de Justice et de France en découvrant les sites naturels des contreforts du Revermont.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Meillonnas Blason D’or à l'assiette de sinople chargée d'une rose de Gautherot (de Goutière) tigée d'argent feuillée de deux pièces du champ, soutenue d'une branche de marronnier feuillée et fruitée de deux marrons de sinople; au chef de gueules chargé à dextre d'une aigle d'argent, becquée, membrée et couronnée d'azur, armée et languée d'or, et à senestre de deux clefs, l'une d'or, l'autre d'argent, passées en sautoir.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ils ont fait édifier à Bourg-en-Bresse un superbe hôtel particulier, l'hôtel Marron de Meillonnas situé au numéro 5 de la rue Teynière qui possède une remarquable bibliothèque et renfermait alors de superbes pièces de faïence provenant bien sûr de la fabrique de Meillonnas. Il a été entièrement rénové au cours des années 2008-2009.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Meillonnas.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire Document utilisé pour la rédaction de l’article Marie-Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg-en-Bresse, Gromier Ainé, (lire en ligne)
  • Visages de l'Ain, Oyonnax, Vailland repose à Meillonnas, monographie de Meillonnas, Tacon, Sonthonnax, Jacquier, 1965
  • Roger Vailland dans ses terres à Meillonnas, Michel Cornaton, revue Le Croquant, 1987

Article connexe[modifier | modifier le code]