Cras-sur-Reyssouze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cras.
Cras-sur-Reyssouze
Église Saint-Jean-Baptiste.
Église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Attignat
Intercommunalité Bassin de Bourg-en-Bresse
Maire
Mandat
Gérard Perrin
2014-2020
Code postal 01340
Code commune 01130
Démographie
Gentilé Crassois(e)
Population
municipale
1 414 hab. (2014)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 18′ 33″ nord, 5° 09′ 59″ est
Altitude Min. 195 m
Max. 229 m
Superficie 13,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Cras-sur-Reyssouze

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Cras-sur-Reyssouze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cras-sur-Reyssouze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cras-sur-Reyssouze
Liens
Site web mairie-cras-sur-reyssouze.fr

Cras-sur-Reyssouze (Crô en francoprovençal bressan) est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cras-sur-Reyssouze fait partie de la Bresse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Malafretaz Foissiat Étrez Rose des vents
N Marboz
O    Cras-sur-Reyssouze    E
S
Saint-Martin-le-Châtel Attignat

Histoire[modifier | modifier le code]

Village mentionné dès le XIIIe siècle. L’époque féodale est une période importante pour la création et la stabilisation de la toponymie.

Ainsi en 1272, la commune s’est appelée CRASSO, puis CRAZ ou CRAS en 1355, et depuis 1867, CRAS-SUR-REYSSOUZE. Le conseil municipal ajouta « sur Reyssouze » pour éviter les erreurs préjudiciables à l’échange des correspondances.

Plusieurs explications sont proposées pour définir le sens du mot Cras :

  • du point de vue géographique, ‘’ crasso’’ veut dire creux ;
  • en langue celte, le ‘’Crag’’ est un caillou ;
  • en latin, ‘’crassus’’ signifie gras, épais, ce qui dans le langage populaire, aboutit à ‘’ crasseux’’, cette ‘’ crasse’’ étant celle de nombreux marécages.

L’histoire de la commune est liée au développement et au destin de quatre fiefs (terre qu’un vassal tenait de son seigneur et en échange de laquelle il devait accomplir le service dû à celui-ci ) : la Beyvière, Lespiney, Langes et Pelachaz. Ce dernier, possession de Bâgé, disparut rapidement. Le fief de la Beyvière possédait une maison forte près de la Reyssouze, en ruine au XVIIe siècle. En 1769, la terre passe à la famille de Langes. Le fief de Langes : Les premiers seigneurs furent les Pelossards. En 1520, Jacques Pelossard échange son fief avec les frères Bon et Claude Curtil, qui possède un domaine à Cuet. Peu à peu, les seigneurs de Langes étoffent leurs possessions par divers achats sur Cras et ‘’Estré’’. Cette seigneurie fut érigée en baronnie en 1583. La fille aînée de Claude Curtil hérita de Langes qui revint ainsi à Jacques de Focrand, son mari ; leurs enfants vendirent cette terre à Pierre de Joly, seigneur de Choin dont les descendants restèrent barons de Langes jusqu’à la Révolution. L’Espiney possédait une maison forte. Antoine de Montferrand, seigneur d’Attignat, vendit cette terre à Guillaume du Bois, secrétaire du Duc de Savoie ; à son tour, son fils l’aliéna en 1490 à Louis d’Etrez ; ses héritiers revendirent cette terre à Claude de Pollia. En 1577, sa petite fille en hérite et épouse le seigneur de Cornaton, Marc Marie de Rissé. Le baron de Langes reprit cette terre en 1769.

À la fin de l’Ancien Régime, l’aisance est générale sauf pour les journaliers et les veuves, ce qui entraîna cet article du cahier de doléances de 1789 : “ le ¼ des dîmes suffira à soulager le sort des pauvres, c’est-à-dire ceux qui sont dans l’impossibilité de vivre de leur travail à cause de leur vieillesse et de leur cras moulin de la verne 2 800x0 infirmité. Pour ceux qui sont en état de vivre de leurs travaux, ce serait injustice que de favoriser leur paresse, ainsi il faudra les emprisonner jusqu’à ce qu’ils reprennent l’amour du travail ”. Cette âpreté entre-t-elle dans la légende faite aux gens de Cras, réputés batailleurs : “ Les chats de Cras ” ne trouvaient leurs maître qu’à Marboz… Vieilles traditions si chères à Prosper Convert, né au moulin de la Verne à Cras sur les bords de la Reyssouze : poète du terroir, il est devenu le « barde bressan ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1794 Dumas    
1794 1795 Gabriel Berger    
1795  ???? Perrin   agent
1796 1799 Chanel   agent
1799  ???? François Perrin   agent
1800 1812 Chanel Du Pugeat    
1812 1814 Jean Caillot    
1814 1816 François Perrin    
1816 1822 Antoine Vavre    
Les données manquantes sont à compléter.
1983 1989 André Nicolaï RPR  
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2008 Claude Marandet   Réélu en 2001
2008 En cours Gérard Perrin DVG Réélu en 2014

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Cras-sur-Reyssouze.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 414 habitants, en augmentation de 17,25 % par rapport à 2009 (Ain : 5,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 370 1 270 1 313 1 229 1 251 1 200 1 230 1 213 1 217
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 215 1 189 1 165 1 190 1 156 1 137 1 150 1 155 1 114
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 080 1 043 996 936 922 888 835 760 702
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
719 679 693 807 846 907 1 091 1 307 1 414
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église néo-romane Saint-Pierre-Chanel du XIXe siècle.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Culture régionale[modifier | modifier le code]

Cras se dit « Crô » en bressan (francoprovençal). Le nom apparaît dans une chanson en patois intitulée « Le felye de Crô » (Les filles de Cras).[réf. nécessaire]

Associations sportives[modifier | modifier le code]

Il existe un club de basket, le Sporting Club Cras (SCC) et un club de rugby, le Ballon Oval Cras (BOC), les Boules Lyonnaise (ABC).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]