Cyril Burt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cyril Burt
Portrait de Cyril Burt
Cyril Burt vers 1930
Biographie
Naissance
à WestminsterVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès (à 88 ans)
à LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité Royaume-Uni Drapeau : Royaume-Uni
Thématique
Formation Jesus College et Christ's HospitalVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession Psychologue, professeur d'université (d) et généticien (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur University College de LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions Prix E. L. Thorndike (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Sir Cyril Lodowic Burt, né le , dans le quartier de Westminster à Londres, ville où il est mort le , est un psychologue britannique. Il est connu pour sa contribution à la psychologie de l’éducation et à la statistique.

Il est notamment connu pour ses études sur l'héritabilité du quotient intellectuel (QI). Peu de temps après sa mort, ses études ont été discréditées par des accusations de falsification de résultats de recherche. Il est maintenant souvent présenté comme un exemple d'imposture scientifique. De nombreux chercheurs ont pourtant pris sa défense et de nombreuses études scientifiques ont depuis confirmé sa thèse d'un haut degré d'héritabilité du quotient intellectuel[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Burt est l'ainé de Cyril Cecil Barrow Burt (né en 1857), médecin, et de sa femme Martha. 

Son père a d'abord tenu un magasin de produit chimiques afin de subvenir aux besoins de sa famille en attendant de finir ses études de médecine. Une fois diplômé, il devint apprenti chirurgien à l'hôpital londonien de Westminster. Le jeune Cyril Burt commence ses études dans un internat près de St James's Park.

Il fut ensuite scolarisé à la King's School de Warwick de 1892 à 1895 où il commença à s'intéresser à la psychologie.

À partir de 1902, il se spécialise en philosophie et en psychologie au Jesus College d'Oxford sous la direction de William McDougall, qui le convint de se concentrer sur l'étude de la psychométrie, malgré l'intérêt déjà présent chez Burt pour les études des tests mentaux, intérêt qui le suivra toute sa vie. Il obtint son diplôme avec mention en 1906, qu'il compléta ensuite par un diplôme d'enseignement.

En 1907, McDougall invita Burt à l'aider à conduire une étude d'ampleur nationale sur les caractéristiques physiques et mentales des britanniques. Il était notamment chargé de la standardisation des tests psychologiques. C'est au cours de cette étude qu'il fit la connaissance des eugénistes Charles Spearman et Karl Pearson.

Au cours de l'été 1908, Burt se rendit dans l'université de Wurtzbourg, en Allemagne où il rencontra le psychologue Oswald Külpe.

Il fut également le professeur du psychologue Hans J. Eysenck, qui publia de nombreux ouvrage à succès destinés aux spécialistes ou au grand public et qui fut l'un des savant les plus influents de son époque selon le Sunday Times.

L’affaire Burt[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, Burt publia de nombreux articles et ouvrages sur des sujets traitant notamment de psychométrie, de parapsychologie ou de philosophie des sciences.

Ce sont ces recherches sur l'héritabilité du quotient intellectuel qui sont les plus controversées, donnant notamment naissance à "l'affaire Burt".

Peu après la mort du scientifique, celui-ci fut accusé d'avoir falsifié des données et d'avoir détruit toutes ses notes de travail. Il fut notamment mis en accusation par les recherches d' Oliver Gillie (1976) et Leon Kamin (1974). En 2007 l' Encyclopaedia Britannica écrit que ses travaux tardifs étaient inexacts et de nombreux universitaires s'accordent à dire que de nombreuses données publiées avaient fait l'objet de falsifications. Ses travaux de jeunesse sont toutefois considérés comme valables.

L'hypothèse d'une falsification, voire d'une invention de ses résultats de recherche fut pour la première fois émise par Kamin, qui étudia les recherches de Burt sur l'hérédité du QI, recherches qui consistaient à étudier les quotients intellectuels de "vrais jumeaux" séparés à la naissance et élevés dans des milieux différents.

L'objectif de ses études étaient de déterminer si l'intelligence dépendait de facteurs "génétiques" ou "environnementaux". Kamin releva que les coefficient de corrélation des scores aux test de QI étaient systématiquement les mêmes (0,77), trois fois de suite, et ce lors de nombreux tests différents, publiés dans plusieurs articles au fur et à mesure.

Leslie Hearnshaw, une amie proche de Burt et sa biographe attitrée, conclut après examen des critiques, que la plupart des données de Burt postérieures à la seconde guerre mondiale étaient erronées et/ou non fiables. D'autres scientifiques conclurent également à la fraude. D'autres prirent sa défense, Jensen faisant par exemple remarquer que Burt n'aurait pas fait l'erreur de reproduire à la virgule près les mêmes chiffres dans plusieurs études différentes s'il avait falsifié les chiffres. Selon Earl B. Hunt, nous ne saurons jamais avec certitude si Burt était a falsifié ses études ou non. Il faut également prendre en compte le fait que de nombreuses études similaires à celles de Burt ont produit des résultats très semblables (0,75 en moyenne, ce qui tend à montrer que le QI est à 75% génétique en moyenne).

En 1976 le Sunday Times va même jusqu'à dire que deux des collaborateurs supposés de Burt (Margaret Howard et J. Conway) n'étaient que des personnages fictifs inventés par le scientifique lui-même. Le journal s'appuie en cela sur le manque de publication des collaborateurs en question. Cependant, plusieurs universitaires témoignèrent se souvenir des collègues en question. D'autres sources prouvaient leur existence réelle, notamment des sources documentaires telles que des listes de membres de sociétés de chercheurs. D'autres professeurs ont témoignés avoir reçu des articles des chercheuses en question.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]