Harry Harlow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Harry Harlow
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président de l'Association américaine de psychologie
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
TucsonVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Forest Hill Cemetery (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Harry Frederick HarlowVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Margaret Kuenne Harlow (en) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Distinctions

Harry Frederick Harlow, né le à Fairfield (Iowa) et mort ) à Tucson (Arizona), était un professeur de psychologie à l'université de Madison (Wisconsin). Il est célèbre pour ses expériences d'isolement de bébés singes rhésus, qui ont souligné l'importance des relations mère-enfant dans la petite enfance pour un développement normal des enfants et qui ont contribué à consolider la théorie de l'attachement initiée par John Bowlby. Ses méthodes ont été condamnées par de nombreux défenseurs de la cause animale. Elles ont contribué à l'essor des mouvements de libération des animaux de laboratoire aux États Unis.

Au-delà de ses études controversées sur les bébés singes, Harlow fut d'abord un pionnier de la primatologie. Il a créé le premier laboratoire d'élevage de primates et inventé les protocoles d'hébergement et de soins qui seront reproduits en d'autres lieux. Il a notamment fait très attention aux conditions sanitaires des singes entrants pour éviter les épidémies. Il a hébergé jusqu'à 500 singes dans son laboratoire. Il a été un des premiers à tester systématiquement les capacités d'apprentissage, de mémoire et de curiosité des singes, en faisant des modèles utiles des capacités cognitives et comportementales des humains. Il a abordé le domaine de la neurologie en recherchant les corrélations entre la localisation des atteintes cérébrales et la perte des capacités cognitives ou comportementales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Harry Frederick Israel[1] était le troisième d'une fratrie de quatre frères nés de Mable Roda Rock et de Alonzo Israel. Il est né et a grandi à Fairfield (Iowa). On connait peu de choses de son enfance, sinon que sa mère était peu affectueuse. Il a fait une année universitaire à Portland (Oregon), avant d'être admis à l'université Stanford en 1924. Après un semestre catastrophique en Anglais, il s'est orienté vers la psychologie[2]. Il a travaillé sous la supervision de Lewis Terman[3], qui lui a conseillé de changer son nom "Israël" en "Harlow", par peur des appréciations négatives que pourraient entrainer son nom alors qu'il n'était pas juif[4]. Harlow a soutenu sa thèse à Stanford en 1930 sur les capacités cognitives du rat albinos de laboratoire. Tout de suite après sa thèse, il a été nommé professeur-assistant de psychologie à l'université de Madison où il est resté 44 ans.[5].

Le laboratoire des primates[modifier | modifier le code]

Arrivé à Madison, Harlow a demandé à l'université un espace de laboratoire pour poursuivre ses recherches sur les capacités cognitives des rats, ce qui lui a été refusé. C'est devant l'impossibilité de poursuivre ses recherches sur le rat et sur la suggestion de l'épouse du directeur du département de psychologie qu'il a décidé de s'intéresser aux singes qui étaient hébergés au Zoo Henry Vilas de Madison[6]. Il s'est rapidement rendu compte que les singes et les grands singes avaient des capacités mentales bien plus développées que les rats. Ses tests, conçus pour les rats, étaient sans intérêt pour les singes. Il lui a fallu concevoir d'autres tests plus exigeants et créer un laboratoire adapté aux singes. C'est alors que l'université a mis à sa disposition, en 1932, un pavillon vacant en mauvais état qui avait été le Laboratoire des produits forestiers[7]. Il a aménagé avec ses étudiants et ses maigres ressources (c'était la période de la Grande Dépression) ce qui est devenu le Laboratoire des primates, le premier du genre au monde. En 1953, le laboratoire des primates a pu être transféré dans un espace plus grand, une ancienne laiterie, et l'élevage des singes rhésus a pu être organisé. Il n'y avait pas de précédent d'élevage de singes en laboratoire. Harlow et son équipe ont dû inventer les aménagements, les dispositions matérielles et les procédures pour que l'animalerie fonctionne et que les singes grandissent en bonne santé. Cette expérience a été consignée dans un article qui a servi de guide à d'autres laboratoires et même à des zoos[8],[9].

Famille[modifier | modifier le code]

Harlow s'est marié en 1932 avec Clara Mears, une de ses plus brillantes étudiantes. Le couple a eu deux fils, Robert et Richard. Harry et Clara ont divorcé en 1946 parce que Harry était "workalcoholic". Harlow s'est remarié la même année avec Margaret Kuenne. Margaret avait obtenu un bachelor's degree ainsi qu'un master's degree à l'université de Washington où elle était membre de Phi Béta Kappa, la plus sélecte des fraternités étudiantes. Elle a soutenu sa thèse de doctorat en psychologie à l'université de l'Iowa en 1944. Sa thèse, dirigée par Kenneth Spence, visait à tester les théories behavioristes de Clark Hull sur les enfants et à envisager comment on pourrait les appliquer aux singes. Avec un tel sujet de thèse, Harlow l'a engagée comme assistante-professeure de psychologie à l'université de Madison pour mener des recherches sur les enfants en parallèle de ses propres recherches sur les singes.

En raison des règles strictes de l'université sur le népotisme, Margaret a dû abandonner son poste de professeur lorsque son mariage avec Harlow fut connu de l'administration. Elle a cependant pu avoir un poste de chercheuse au laboratoire de son mari. Ils ont eu deux enfants, Pamela (1950) et Jonathan (1953). Ils habitaient dans une maison située à proximité de l'université et du laboratoire des primates. Margaret a activement participé à l'activité du laboratoire. Elle a retrouvé une fonction d'enseignement en 1965 et, en 1970, un poste de professeur en psychologie de l'éducation. Margaret est morte le 11 août 1971 d'un cancer diagnostiqué en 1967[10]. Harlow a fait une dépression à l'annonce du cancer de sa femme[11]. En 1972, il s'est remarié avec sa première femme Clara Mears, qui s'était elle-même remariée et était veuve[12]. Il a pris sa retraite deux ans plus tard. Le couple s'est retiré à Tucson où Harlow, avec l'aide de Clara, a continué à écrire des articles scientifiques jusqu'à son dernier gros ouvrage The Human Model, A Primate Perspective[13]. Harry Harlow est mort à Tucson le 6 décembre 1981 et a été inhumé au cimetière de Forest Hill à Madison. Clara Mears a publié une sélection des articles de Harlow intitulée From learning to love[14]. Elle est morte à Tucson le 13 octobre 1989 à l'âge de 80 ans.

Caractère[modifier | modifier le code]

Harlow, enfant, était timide. Jeune homme, il était un bon joueur de tennis et un très bon joueur de bridge. Il avait un défaut d'élocution, ce qui présentait une difficulté majeure pour parler en public. À la fin de ses études, ses professeurs lui ont conseillé de briguer un poste de professeur de premier cycle universitaire. Il n'a pas suivi ces conseils et a candidaté à l'université de Madison. Il a dû faire le cours d'introduction à la psychologie trois fois par semaine devant 300 étudiants: il a réussi à vaincre sa timidité et à son défaut de parole, si bien que, par la suite, il a été un remarquable orateur. Il a même été un conférencier recherché. Il illustrait ses conférences de pointes d'humour et de poèmes de son cru. C'était aussi un écrivain prolifique qui a écrit environ 350 articles et ouvrages. Il a aidé ses collègues et ses étudiants qui voulaient établir un laboratoire des primates dans une autre université. Il accordait généreusement son temps à ses collègues et étudiants, notamment lors de longues marches qui étaient célèbres[15].

Harry Harlow aimait remettre en cause les théories établies. En particulier, il n'était pas d'accord avec la théorie béhavioriste de Kenneth Spence, qui avait été le directeur de thèse de son épouse Magaret, et de Clark Hull, qui avait débuté sa carrière à l'université de Madison avant de la poursuivre à Yale. Ces professeurs affirmaient que la pulsion première du nourrisson envers sa mère était la faim et que l'attachement des enfants pour leur mère n'était qu'une pulsion secondaire. Harlow a pris un malin plaisir à démolir leur théorie. Lorsqu'il a découvert le rôle des poupées-mères de substitution, il a choisi de parler "d'amour", terme scientifiquement suspect, et nom "d'attachement", terme plus neutre et scientifiquement plus établi.

Il était provocateur et choisissait les termes les plus rudes comme "demoiselle de fer" pour désigner ses poupées de fil de fer, "puits de désespoir" pour nommer ses cages d'isolement total. Il avait un côté bravache vis-à-vis des critiques de ses expériences d'isolement que certains trouvaient cruelles. Dans une interview de 1974, il déclarait: « La seule chose qui m'importe est de savoir si les singes font ce qu'il faut pour que je puisse publier. Je n'ai pas d'amour pour eux. D'ailleurs, je n'aime pas les animaux. Je déteste les chats. Je hais les chiens. Comment voulez-vous que j'aime les singes ?[16] »

Recherche sur les primates adultes (1930-1950)[modifier | modifier le code]

« Dans les années 1930, Harlow, comme la plupart des primatologues de son époque, n'avait que deux options: soit observer les singes dans un zoo, soit acheter des singes comme des animaux de compagnie pour pouvoir les étudier. Les chercheurs n'avaient aucune expérience de l'élevage des primates, ce qui entrainait une forte mortalité dans les laboratoires. Maintenant, si vous achetez cher des animaux et qu'ils meurent au bout de deux semaines, vous n'allez pas tenir très longtemps. Si vous observez les publications de Harlow pendant ses dix premières années à Madison, vous remarquerez qu'elles sont centrées sur l'apprentissage des orang-outans, des gibbons, des langurs, des rhésus et des capucins. Ce qui veut dire que Harlow a expérimenté de nombreuses espèces de singes. Mais certaines espèces disparaissent des publications au fil du temps et, seuls, les rhésus et les capucins demeurent. Ce sont les deux espèces qui semblent avoir pu survivre dans ce premier laboratoire pendant des mois ou des années.[17] »

Pour pouvoir interroger les singes et explorer leurs capacités d'apprentissage, de compréhension et de mémoire, Harlow a mis au point un dispositif expérimental nommé le Wisconsin General Test Apparatus (WGTA). Son dispositif permettait d'appliquer de nombreux protocoles d'expériences standardisées sur de nombreux singes, ce qui produisait des données en nombre qui pouvaient être soumises aux statistiques[18]. Avec ses étudiants, Harlow a mis au point des tests ciblant soit l'intelligence, soit la mémoire. C'est au cours de ces tests qu'Harlow a découvert que les singes avaient des "dispositions pour apprendre" (learning sets) et développaient des stratégies pour résoudre les problèmes qui leur étaient soumis, ce qu'il qualifiera de stratégies pour "apprendre à apprendre[19].

En fait, il était habituel, lorsque l'on procédait à des tests de comportement sur des rats, de n'utiliser les rats qu'une seule fois pour éviter les interférences. Mais avec les singes, qui coûtaient beaucoup plus cher, Harlow a dû réutiliser les mêmes individus dans différentes batteries de tests. Et précisément, il y avait des interférences. Harlow s'est aperçu que les singes qui avaient travaillé sur certains tests gardaient la mémoire de l'expérience et la mettait en œuvre dans le nouveau contexte qu'on leur proposait. Ils étaient capables d'une certaine abstraction et, en fait, procédaient comme les enfants humains qui apprennent. Il a donc mis en évidence chez les singes des capacités d'intelligence que l'on pensait réservées aux hommes[20].

Dans les années 1940, les psychologues les plus célèbres, Kenneth Spence et Clark Hull notamment, professaient que les singes étaient mus par des réflexes physiologiques et des instincts que l'on pouvaient "conditionner" par des pratiques répétées. Harlow a montré que les singes pouvaient agir poussés par la curiosité et le désir de manipuler les choses. Ils ne se laissaient pas "conditionner" par les tests, ils étaient capables de réfléchir à une situation nouvelle pour trouver une solution, par simple intérêt pour le problème, sans attendre de récompense. Ce qui permettaient de comparer leurs réactions avec celles de jeunes sujets humains[20]. Les expériences de Harlow sont citées dans tous les manuels de psychologie. Ces découvertes lui ont valu d'être élu à l'Académie nationale des sciences des États Unis en 1951[19].

Parallèlement, Harlow s'est engagé dans des études neurophysiologiques pour déterminer le rôle des différentes régions du cortex dans les processus de mémorisation et d'apprentissage. Il a pratiqué des ablations de certaines régions du cerveau des singes pour voir, avec sa batterie de tests, quelles fonctions mentales étaient altérées[21]. C'était une approche expérimentale originale qui est toujours d'actualité[6]. Harlow et son laboratoire ont été célèbres avant que les recherches sur les effets de la séparation des bébés singes de leur mère ne leur apportent une nouvelle notoriété.

Recherches sur les bébés macaques rhésus (1951-1974)[modifier | modifier le code]

Isolement partiel des bébés singes(1951-1958)[modifier | modifier le code]

Les recherches sur les capacités d'apprentissage des singes ont conduit naturellement Harlow et ses chercheurs à s'intéresser à la manière dont ces capacités apparaissaient chez les jeunes singes. Les expériences sur les jeunes étant impossibles à conduire en présence de leur mère, il a fallu retirer les petits de leur mère et les élever au laboratoire dans des cages individuelles. Les chercheurs ont jugé qu'ils étaient capables de soigner correctement les bébés singes, sans se poser la question des effets de la séparation et de l'isolement. Mais ils se sont rapidement aperçu que les bébés singes avaient un comportement bizarre: ils avaient le regard fixe, ils tournaient dans leur cage, ils suçaient les doigts de leurs mains et de leurs pieds. De plus ils s'accrochaient au tapis, disposé au fond de la cage pour récolter l'urine et les fèces, lorsqu'on voulait le retirer pour en mettre un propre. William Mason, l'étudiant responsable de ces expériences, a émis l'hypothèse que le tapis leur servait de doudou. Il a donc confectionné des poupées sans tête, avec le même tissu que le tapis du fond de la cage, poupées qu'il a données aux singes, qui les ont saisies avec avidité[22],[23].

Poupées substituts de la mère (1955-1961)[modifier | modifier le code]

Poupées en fil de fer sans et avec habillage

C'est alors que Harrow a eu l'idée de mettre une tête sur les poupées, pour en faire des mères de substitution, de façon à savoir si l'amour du bébé singe pour sa mère était motivé par le fait qu'elle lui donnait du lait ou par le fait qu'elle était pour lui un abri confortable. Cependant William Mason s'est opposé à mettre une tête avec un visage sur ses poupées parce qu'il ne voulait pas aborder l'étude de ce qui pourrait ressembler à de l'affection. Il a donc quitté le programme. Un autre étudiant a pris la suite[24].

« Je pense vraiment que l'idée d'ajouter une tête avec un visage à la mère de substitution [...] a permis à Harlow de transformer quelque chose qui était initialement un test de portée théorique en un tout nouveau domaine de recherche qui avait une réelle signification pour les vraies mères et les vrais bébés[25]. »

L'opinion courante dans la bourgeoisie, et donc dans les milieux universitaires, était que l'amour des bébés pour leur mère était purement alimentaire. Cependant, Harlow connaissait (probablement par son épouse Margaret) le rapport que John Bowlby avait écrit pour l'OMS en 1951, Soins maternels et santé mentale, rapport qui attirait l'attention sur le caractère indispensable des relations affectueuses des mères pour leurs enfants dans les premières années pour assurer la bonne santé mentale des enfants[26]. Le débat n'était pourtant pas clos. L'idée que le contact physique entre la mère et l'enfant était dangereux pour l'enfant restait vive. Les chercheurs ont donc fabriqué deux types de poupée: les unes constituées d'un squelette en fil de fer et les autres avec le squelette recouvert de mousse élastique et de tissu éponge. Ils ont mis les singes en présence des deux types de poupée, avec un biberon rempli tenu soit par l'une, soit par l'autre. Les bébés singes préféraient systématiquement la poupée habillée. Quand ils avaient faim, ils allaient se nourrir auprès de la poupée en fil de fer si c'était elle qui tenait le biberon, mais revenaient aussitôt se blottir contre l'autre poupée, habillée. Harlow en conclut que la nécessité de se nourrir n'était pas la motivation principale de l'attachement des bébés singes à leur mère et qu'ils avaient avant tout besoin d'un "contact confortable" avec elle pour retrouver un comportement proche de la normale.

Harlow a lancé une nouvelle série de tests appelés "tests en champ ouvert" ou "tests en situation étrange". Il plaçait les bébés singes dans une pièce en présence de jouets et d'objet divers, avec ou sans leur poupée-mère de substitution. Sans la poupée, les singes restaient blotti dans un coin, suçant leur pouce et n'osant pas explorer la pièce. En présence de la poupée, ils se hasardaient à explorer timidement et revenaient se blottir contre elle. Après quelques tentatives, ils osaient s'éloigner d'elle, en regardant souvent dans sa direction, et osait toucher les objets inconnus. Harlow en a déduit que la mère de substitution était "une source de sécurité, une base d'opérations" qui permettaient au bébé d'explorer les alentours en sécurité[27].

Cette hypothèse a été renforcée par le "test de la peur": un objet effrayant, par exemple un ours en peluche qui tapait sur un tambour. Là encore, en présence de la poupée en fil de der, les singes se tenaient tremblant le plus loin possible de l'objet. En présence de la poupée-mère habillée, après les premiers moments d'effroi, le bébé pouvait aller jusqu'à toucher, étudier et même attaquer l'ours. Ce comportement confirmait l'idée initiale de Bowlby et de Mary Ainsworth que la mère était un refuge pour l'enfant[28].

« Une des fonctions de la mère réelle, humaine ou primate, et probablement de la mère de substitution, est de fournir au bébé, dans les moments de peur et de danger, un refuge (haven of safety). L'enfant effrayé ou malade s'accroche à sa mère, pas à son père, et cette réponse sélective dans les moments de détresse, de perturbation ou de danger peut être une mesure de la force du lien affectif.[29] »

Harlow présenta l'ensemble de ces résultats au 66ème Congrès de l'Association américaine de psychologie, à Washington le 31 août 1958, dans une conférence célèbre intitulée La nature de l'amour[30]. Les conclusions de Harlow étaient totalement opposées aux conceptions des behavioristes, les psychologues les plus en vue aux États Unis à cette époque, pour lesquels les émotions n'avaient pas d'importance. L'originalité de ses conclusions venait de ce qu'elles contredisaient les conseils habituels donnés aux mères d'éviter une trop grande promiscuité avec leurs bébés sous peine de perturber gravement leur devenir. Harlow proposait que lorsqu'une mère donne le sein, le plus important n'est pas la nourriture, le lait, mais le contact physique intime qu'il permet entre elle et son bébé. Il décrivait ses expériences comme une étude de l'amour. Il suggérait que le "contact confortable" pouvait aussi être le fait du père. Bien que ces idées soient acceptées aujourd'hui, elles étaient révolutionnaires en 1958[31],[29].

Études du comportement des singes isolés partiellement[modifier | modifier le code]

L'invention de la poupée-mère de substitution permettait à Harrow de reprendre ses études comportementales avec des animaux isolés moins stressés que les premiers singes testés. Comparés aux animaux élevés avec leur mère, les bébés isolés étaient socialement moins performants. Cependant lorsqu'on les remettaient ensemble, en l'absence des adultes, les enfants singes jouaient entre eux et regagnaient des capacités d'interactions sociales normales. Certaines données montraient même que les relations sociales entre pairs étaient plus importantes que celles qui régissaient la relation mère-enfant. Harlow a trouvé qu'un des paramètres les plus importants qui déterminait le comportement sexuel normal était le jeu entre individus du même âge pendant l'enfance. D'autre part, les femelles élevées en isolement étaient dépourvues de comportement maternel envers leurs propres enfants et souvent les maltraitaient[32],[33].

Isolement total des bébés singes: le puits de désespoir (1962-1970)[modifier | modifier le code]

Il est probable que, en plus des études de John Bowlby sur l'attachement, Harlow connaissait aussi les travaux de René Spitz sur les bébés placés en orphelinat[34],[35]. Au début des années 1960, Harlow a commencé à étudier les effets psychiques de l'isolement en eux-mêmes. Jusque là, les bébés singes avaient été placés en isolement partiel: ils étaient seuls dans leur cage mais ils étaient en contact visuel et sonore avec leur congénères abrités dans la même pièce. Maintenant, les singes étaient placés en isolement complet: seuls dans une cage, sans contact visuel ni sonore avec les congénères, depuis la naissance jusqu'à l'âge de 3 mois, ou de 6 mois ou de 1 an, ou bien entre 6 mois et 1 an. Leur comportement était comparé à celui d'autres bébés singes, soit élevés par leur mère, soit élevés en isolement partiel. Il est apparu très vite que les singes complètement isolés avaient un comportement sévèrement anormal que les auteurs ont caractérisé avec les catégories: "protestation", "désespoir" et "détachement" que John Bowlby avait établies avec les enfants séparés de leur mère dans leur premier âge[36],[37].

« Aucun singe n'est mort pendant la période d'isolement. Cependant, quand ils ont été extraits de l'isolement total, ils étaient dans en état de choc émotionnel caractérisé par des balancements d'avant en arrière et une manière autistique de se recroqueviller sur eux-mêmes. Sur les six singes isolés pendant 3 mois, un a refusé de manger quand il a été relâché et est mort cinq jours plus tard. L'autopsie a conclu à une mort par anorexie émotionnelle [...] Les effets d'un isolement social total pendant 6 mois étaient si dévastateurs et débilitants que l'on supposait qu'un isolement de 12 mois ne pourrait pas produire d'effets pires. Cette hypothèse s'est révélée fausse : 12 mois d'isolement anéantissaient toute sociabilité animale[38]. »

Re-socialisation des singes isolés (1970-1974)[modifier | modifier le code]

Vers 1970, Harlow, qui venait de faire une dépression après l'annonce du cancer de son épouse et qui avait été soigné à la Mayo Clinic, a décidé d'utiliser les singes totalement isolés comme modèle de dépression humaine. Il a proposé à Stephen Suomi d'en faire le sujet de sa thèse de doctorat[39]. Il lui a parlé de John Bowlby, qu'il connaissait depuis 1958, et lui a confié ses publications sur l'attachement. Le projet consistait à tenter de resocialiser les bébés singes placés à l'isolement total pendant 6 mois en les plaçant avec d'autres singes élevés par leur mère[40]. La tentative n'a pas été couronnée de succès. L'isolement total pendant les 6 premiers mois provoquait des anomalies sévères dans pratiquement tous les aspects du comportement social[41]. Les isolés, mis en présence de congénères du même âge élevés normalement, ne retrouvaient que très partiellement un comportement normal. Lorsque les isolés de 6 mois étaient mis en présence de bébés normaux de 3 mois, ils retrouvaient un comportement presque normal dans toutes les situations testées[41],[42]. Ces résultats ont été confirmés par d'autres chercheurs qui n'ont pas trouvé de différences entre les isolés réhabilités par le contact avec leurs pairs et les bébés élevés par leur mère alors que les poupées-mères de substitution avaient très peu d'effet[43].

Critiques des expériences d'isolement[modifier | modifier le code]

Arguments à charge[modifier | modifier le code]

Les expériences d'isolement total ont attiré les critiques virulentes des défenseurs des animaux aussi bien pour la façon dont elles ont été menées que pour la manière dont Harlow en parlait. Gene Sackett, qui avait été étudiant de Harlow et tuteur de Suomi au début des années 1970, et était professeur à l'université de Washington, a déclaré que les expériences de Harlow ont donné l'élan initial du mouvement de libération des animaux aux États Unis, People for Ethical Treatment of Animals (PETA)[44]. Suomi, qui a succédé à Harlow comme professeur de psychologie à l'université de Madison avant de participer aux programmes de recherches du National Institute of Health, a été critiqué par PETA et des membres du Congrès des États Unis [45],[46]. William Mason, un autre de ses doctorants, qui a continué les expériences après avoir quitté Madison, considérait que Harlow « poursuivait ses expériences jusqu'au point où il était clair pour beaucoup de monde qu'elles violaient les sensibilités communes et que quiconque avait le moindre respect pour la vie trouvait cela choquant[47],[48]. » Bien qu'une loi de protection des animaux exista en Grande Bretagne depuis 1876, ce n'est qu'à partir de 1960 que les premiers projets de loi pour protéger les animaux ont été présentés au Congrès des États Unis. La loi Animal Welfare Act a été promulguée en 1966[49].

Arguments en défense[modifier | modifier le code]

Harlow était persuadé que l'étude du comportement des singes pouvait donner des informations utiles sur le comportement des humains, informations qu'il n'était pas possible d'obtenir avec des rongeurs et qu'il n'était pas possible d'obtenir non plus avec des sujets humains pour des raisons pratiques ou éthiques. En particulier, il était exclu de conduire certaines expériences avec les enfants parce que les parents ou les instituteurs s'y opposeraient. Harlow a donc réalisé qu'il était possible d'obtenir beaucoup plus d'informations avec des singes que nous ne pourrions en tirer avec des individus humains[50].

Harlow reconnaissait que c'était les écrits de John Bowlby qui l'avait conduit à s'intéresser aux problèmes d'attachement des bébés singes pour leur mère. Il a avoué à Suomi que « c'est réellement Bowlby qui m'a lancé sur ce sujet[51] ». « Si vous voulez poursuivre les études sur la dépression, partez de Spitz et Bowlby ». À partir du moment où Harlow et Bowlby se sont rencontrés régulièrement, au début des années 1960, aux Symposiums Ciba, Bowlby s'est beaucoup intéressé aux recherches de Harlow sur les singes, se rendant compte qu'il pouvait faire des expériences que lui, Bowlby, ne pouvait pas faire sur les enfants. Les observations sur les singes complétaient celles qui avaient été faites sur les enfants[52]. Il n'y avait donc pas lieu d'opposer le bon médecin, Bowlby, à Harlow, le vilain bourreau des animaux.

Deborah Blum, journaliste, qui avait pourtant été très critique du travail de Harlow, reconnaissait qu'il avait été le premier psychologue à s'être intéressé à l'étude des sentiments d'amour et d'affection[53]. Harlow lui-même justifiait sa démarche:

« En raison de sa nature intime et personnelle, l'amour est considéré par certains comme un sujet inapproprié pour la recherche expérimentale. Mais, quels que soient nos sentiments personnels, notre mission, assignée en tant que psychologues, est d'analyser toutes les facettes du comportement humain et animal [...] En matière d'amour ou d'affection, les psychologues ont échoués dans cette mission. Le peu que nous savons sur l'amour ne dépasse pas la simple observation, et le peu que nous en écrivons a été mieux écrit par des poètes ou des romanciers. Mais le plus préoccupant est le fait que les psychologues ont tendance à accorder de moins en moins d'attention à une motivation qui imprègne toute notre vie.[30] (cité et traduit par[53]) »

Frans de Waal, professeur d'éthologie des primates au département de psychologie de l'université Emory d'Atlanta, écrit: « Harry Harlow, dont le nom est devenu synonyme d'expériences cruelles sur les singes, a en fait contribué à mettre fin aux pratiques cruelles d'éducation des enfants[54]. (cité par[53]) »

Postérité[modifier | modifier le code]

Attachement entre pairs[modifier | modifier le code]

La théorie de l'attachement a été établie à partir de l'observation des conséquences négatives sur les enfants des carences en amour maternel pendant les premières années. Les travaux de Harlow ont montré que les interactions sociales avec les jeunes du même âge, le jeu, le contact physique, avaient aussi un caractère bénéfique sur leur équilibre psychologique. Cette recherche a beaucoup intéressé John Bowlby. À un congrès de psychologie à New York, en 1975, Suomi a fait une présentation sur l'influence des relations autres que maternelles sur la santé mentale des enfants[55]. Après sa présentation, Bowlby est venu le voir et lui a dit: « Les relations développées par ces jeunes singes élevés ensemble m'intéressent beaucoup. Que peuvent-elles nous apprendre sur l'attachement ? En quel sens peut-on les considérer comme des substituts des relations avec la mère ? Sont-elles différentes des relations ordinaires des jeunes entre eux dans les conditions normales?[56] »

Impacts neurophysiologiques de l'isolement[modifier | modifier le code]

Quand Harlow a comparé les singes élevés soit en présence d'une poupée-mère en fil de fer, soit en présence d'une poupée-mère habillée, il a constaté que, si tous les singes grandissaient et prenaient normalement du poids, ceux qui étaient "élevés" en présence d'une poupée en fil de fer digéraient mal le lait et avaient souvent la diarrhée. Harlow en a déduit que l'absence d'une mère "confortable" provoquait un stress psychologique qui perturbait la digestion et, peut-être, d'autres fonctions physiologiques. Il était conscient des interactions entre la biochimie et le comportement. Il a organisé, en 1958, un symposium sur le sujet avec son confrère Clinton Wolsey, professeur de neurophysiologie à Madison[57]. Ce domaine a connu un développement important[58].

Des travaux récents ont montré que les contacts physiques entre enfants sont essentiels pour la bonne santé mentale et que la privation de contact est désastreuse[59],[60],[61],[62].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Joseph B. Sidowski and Donald B. Lindsley, « Harry Frederick Harlow (1905-1981) - A biographical memoir », PNAS, nos 219-257,‎ (lire en ligne [PDF])
  2. [Comme l'article est en HTML, les références renvoient aux numéros des paragraphes.] Stephen J. Suomi, Frank C.P. van der Horst, F.C.P. and René van der Veer, « Rigorous Experiments on Monkey Love: An Account of Harry F. Harlow’s Role in the History of Attachment Theory », Integrative psychological and behavioral science, vol. 42, no 4,‎ , p. 354-369 (DOI 10.1007/s12124-008-9072-9)
  3. William T McKinney, « Love at Goon Park: Harry Harlow and the Science of Affection », American Journal of Psychiatry, vol. 160, no 12,‎ , p. 2254–2255 (DOI 10.1176/appi.ajp.160.12.2254)
  4. Duane M. Rumbaugh, « The psychology of Harry F. Harlow: A bridge from radical to rational behaviorism », Philosophical Psychology, vol. 10, no 2,‎ , p. 197 (DOI 10.1080/09515089708573215)
  5. Suomi et al. 2008, p. 34.
  6. a et b S. J. Suomi et H. A. Leroy, « In memoriam: Harry F. Harlow (1905–1981) », American Journal of Primatology, vol. 2, no 4,‎ , p. 319–342 (PMID 32188173, DOI 10.1002/ajp.1350020402)
  7. Sidowski & Lindsley 1989, p. 221.
  8. Sidowski & Lindsley 1989, p. 228.
  9. (en) H.F. Harlow and A.J. Blomkist, « The infant rhesus monkey program at the university of Wisconsin primate laboratory », Proceedings in animal care panel, vol. 11,‎ , p. 57-64
  10. Deborah Blum, Love at Goon Park: Harr Harlow and the science of affection, New York, Basic Books, (ISBN 978-0-465-02601-2), p. 228
  11. Suomi et al. 2008, p. 5.
  12. Sidowski & Lindsley 1989, p. 235.
  13. (en) Harry Harlow and Clara Mears, Human model : Primate perspective, Hoboken, NJ, Wiley and sons, , 320 p. (ISBN 978-0-470-26642-7)
  14. (en) Harry Harlow, edited by Clara Mears, From learning to love. The selected papers of H.F. Harlow, Westport, CT, Praeger Publishers Inc., , 328 p. (ISBN 978-0-275-92224-5)
  15. Sidowski & Lindsley 1989, p. 225.
  16. (en) John P. Gluck, « Harry F. Harlow and Animal Research: Reflection on the Ethical Paradox », Ethics and Behavior, vol. 7, no 2,‎ , p. 149-161 (PMID 11655129, DOI 10.1207/s15327019eb0702_6)
  17. Suomi et al. 2008, p. 26.
  18. Sidowski & Lindsley 1989, p. 222.
  19. a et b Suomi et al. 2008, p. 29.
  20. a et b Sidowski & Lindsley 1989, p. 223.
  21. Sidowski & Lindsley 1989, p. 226.
  22. Suomi et al. 2008, p. 18.
  23. (en) Mason, W. A., Blazek, N. C., & Harlow, H. F., « Learning capacities of the infant rhesus monkey », Journal of Comparative and Physiological Psychology, vol. 49,‎ , p. 449-453
  24. Suomi et al. 2008, p. 19.
  25. Suomi et al. 2008, p. 20.
  26. John Bowlby, Soins maternels et santé mentale. Contribution de l'Organisation Mondiale de la Santé au Programme des Nations Unies pour la protection des enfants sans foyer, Genève, OMS, , 208 p. (lire en ligne)
  27. Suomi et al. 2008, p. 31.
  28. Suomi et al. 2008, p. 32.
  29. a et b Christopher D. Green, « The Nature of Love », Classics in the History of Psychology,
  30. a et b Harry F. Harlow, « The nature of love. », American Psychological Association (APA), vol. 13, no 12,‎ , p. 673–685 (ISSN 0003-066X, DOI 10.1037/h0047884, S2CID 10722381, lire en ligne)
  31. Duane Rumbaugh, « The psychology of Harry F. Harlow: A bridge from radical to rational behaviorism », Philosophical Psychology, vol. 10, no 2,‎ , p. 197–210 (DOI 10.1080/09515089708573215)
  32. Sidowski & Lindsley 1989, p. 230.
  33. (en) Seay B., Alexander B.K. and Harlow H.F., « Maternal behavior of socially deprived rhesus monkeys », Journal of abnormal social psychology, vol. 69,‎ , p. 345-354
  34. Suomi et al. 2008, p. 24.
  35. (en) René Spitz, « Hospitalism : An inquiry into the genesis of psychiatric conditions in early childhood », Psychoanalytic Study of the Child, vol. 1, no 1,‎ , p. 53-74
  36. Suomi et al. 2008, p. 25.
  37. (en) Seay, B., Hansen, E. and Harlow H.F., « Mother-infant separation in monkeys », Journal of Child Psychology and Psychiatry, vol. 3,‎ , p. 123-132
  38. (en) Harlow, H. F., Dodsworth, R. O., Harlow, M. K., « Total social isolation in monkeys », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 54, no 1,‎ , p. 90-97 (DOI 10.1073/pnas.54.1.90)
  39. Suomi et al. 2008, p. 7.
  40. SJ Suomi, R Delizio et HF Harlow, « Social rehabilitation of separation-induced depressive disorders in monkeys », American Psychiatric Association Publishing, vol. 133, no 11,‎ , p. 1279–1285 (ISSN 0002-953X, PMID 824960, DOI 10.1176/ajp.133.11.1279)
  41. a et b Harry F. Harlow et Stephen J. Suomi, « Social Recovery by Isolation-Reared Monkeys », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 68, no 7,‎ , p. 1534–1538 (PMID 5283943, PMCID 389234, DOI 10.1073/pnas.68.7.1534 Accès libre, Bibcode 1971PNAS...68.1534H)
  42. Stephen J. Suomi, Harry F. Harlow et William T. McKinney, « Monkey Psychiatrists », American Journal of Psychiatry, vol. 128, no 8,‎ , p. 927–932 (PMID 4621656, DOI 10.1176/ajp.128.8.927)
  43. Mark S. Cummins et Stephen J. Suomi, « Long-term effects of social rehabilitation in rhesus monkeys », Primates, vol. 17, no 1,‎ , p. 43–51 (DOI 10.1007/BF02381565, S2CID 1369284)
  44. ,Deborah Blum, Love at Goon Park: Harry Harlow and the Science of Affection, Perseus Publishing, , p. 225
  45. Jessica Firger, « Questions raised about mental health studies on baby monkeys at NIH labs », sur CBSNew.com, CBS, (consulté le )
  46. Bridgett Novak, « Animal research at NIH lab challenged by members of Congress », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  47. John P. Capitanio et William A. Mason, « Cognitive style: Problem solving by rhesus macaques (Macaca mulatta) reared with living or inanimate substitute mothers. », American Psychological Association (APA), vol. 114, no 2,‎ , p. 115–125 (ISSN 1939-2087, PMID 10890583, DOI 10.1037/0735-7036.114.2.115)
  48. Deborah Blum, The Monkey Wars, New York, Oxford University Press, (ISBN 0-19-509412-3, OCLC 30474839), p. 96
  49. Benjamin Adams et Jean Larson, « Legislative History of the Animal Welfare Act: Introduction » [archive du ], USDA National Agricultural Library, Animal Welfare Information Center
  50. Suomi et al. 2008, p. 10.
  51. Suomi et al. 2008, p. 21.
  52. Suomi et al. 2008, p. 23.
  53. a b et c Brigitte Axelrad, « Les expériences de Harry Harlow et de Mary Ainsworth sur l'amour maternel », Science et pseudo-sciences, vol. 341,‎
  54. Franz de Waal, Sommes-nous trop bête pour comprendre l'intelligence des animaux ?, Paris, Les liens qui libèrent,
  55. (en) Stephen J. Suomi, Factors affecting responses to social separation in rhesus monkeys. In G. Serban, & A. Kling (Eds.), Animal models in human psychobiology, New York, Plenum Press, , p. 27-36
  56. Suomi et al. 2008, p. 36.
  57. (en) Harry F. Harlow and Clinton N. Wolsey, Biological and biochemical bases of behavior, Madison, University of Wisconsin Press, , p. 3-23
  58. Antonio R. Damasio, L'erreur de Descartes - La raison des émotions, Paris, Odile Jacob, (ISBN 978-2-7381-9726-9)
  59. N. Jutapakdeegul, Stefano O. Casalotti, P. Govitrapong et N. Kotchabhakdi, « Postnatal Touch Stimulation Acutely Alters Corticosterone Levels and Glucocorticoid Receptor Gene Expression in the Neonatal Rat », Developmental Neuroscience, vol. 25, no 1,‎ , p. 26–33 (PMID 12876428, DOI 10.1159/000071465, S2CID 31348253, lire en ligne)
  60. Saul Schanberg et Tiffany Field, Stress and Coping Across Development, Hillsdale, N.J., L. Erlbaum Associates, (ISBN 0-89859-960-1, OCLC 16681815), « Maternal deprivation and supplemental stimulation »
  61. ML Laudenslager, KLR Rasmussen, CM Berman, SJ Suomi et CB Berger, « Specific antibody levels in free-ranging rhesus monkeys: relationships to plasma hormones, cardiac parameters, and early behavior », Developmental Psychology, vol. 26, no 7,‎ , p. 407–420 (PMID 8270123, DOI 10.1002/dev.420260704)
  62. Stephen J Suomi, Touch in Early Development, Mahwah, N.J., Lawrence Erlbaum Associates, (ISBN 0-8058-1890-1, OCLC 32236161), « Touch and the immune system in rhesus monkeys »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]