Quartier de Plaisance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Plaisance.
Quartier de Plaisance
Place de Séoul, au nord du quartier.
Place de Séoul, au nord du quartier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Ville Paris
Arrondissement municipal 14e
Démographie
Population 57 229 hab. (1999)
Densité 32 061 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 50″ nord, 2° 18′ 51″ est
Superficie 178,5 ha = 1,785 km2
Transport
Métro (M)(13)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quartier de Plaisance

Géolocalisation sur la carte : Paris

Voir la carte administrative de Paris
City locator 14.svg
Quartier de Plaisance

Géolocalisation sur la carte : Paris

Voir la carte topographique de Paris
City locator 14.svg
Quartier de Plaisance

Le quartier de Plaisance est le 56e quartier administratif de Paris situé dans le 14e arrondissement.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les quartiers du 14e arrondissement.

Le quartier de Plaisance se situe entre le boulevard Brune et les abords de la gare de Paris-Montparnasse et entre la rue Vercingétorix et l'avenue du Maine. Il est traversé par la rue d'Alésia.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un bal dans un lavoir du quartier Plaisance à l’occasion de la Mi-Carême 1874[1].

Plusieurs hypothèses expliquent le nom du quartier, dont la présence de lieux de plaisirs à partir du XVIIIe siècle et le nom d'un château qui s'y dressait.

Dès 1830, un début d'urbanisation apparaît le long de la chaussée du Maine, relancé ensuite par l'établissement du chemin de fer en 1840 (ligne Paris-Versailles)[2]. Entre les anciens chemins du Moulin-du-Beurre et de la chaussée de Vanves, de petits lotissements sont créés. C'est l'amorce du quartier de Plaisance. D'autres opérations prolongent le quartier vers Montrouge, jusqu'à la route de Transit - actuelle rue d'Alésia -, en limite de Vanves. Il s'agit d'une forme d'urbanisation peu structurée, effet de l'initiative d'une multitude de petits spéculateurs dont certains sont passés à la postérité par le nom des rues qu'ils ont ouvertes (Bénart, Boyer-Barret, Guilleminot, etc.). Pour attirer les acheteurs, les lotisseurs donnent le nom de Plaisance à ce lieu propice à la villégiature. L'un de ces lotisseurs, Alexandre Chauvelot, renvendiquera la paternité du nom. Il est à l'origine des plus grands lotissements : le village de Plaisance (structuré par la rue de l'Ouest) et le village des Thermopyles (autour de l’actuelle rue des Thermopyles), qui forment une partie importante de l'actuel quartier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gravure de Vierge parue dans Le Monde Illustré, 21 mars 1874.
  2. Pour ce paragraphe, la source principale est : Catherine Bruant, Jean-Christophe Tougeron, "Alexandre Chauvelot, lotisseur des limites" in Jacques Lucan (dir.), Paris des faubourgs. Formation, transformation, éditions du Pavillon de l'Arsenal, 1996

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie

Jean-Louis Robert, Plaisance près Montparnasse, quartier parisien - 1840/1985, Publications de la Sorbonne, 2012

Articles connexes[modifier | modifier le code]