Daisy Duck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Daisy Duck
Personnage Disney
Autres noms Fantomialde (ou Super Daisy)
(Paperinika en VO)
Espèce Canard anthropomorphe
Sexe Féminin
Conjoint Donald Duck
Lieu de résidence Donaldville
1re apparition
dans

dans Don Donald
(Donna Duck)

dans L'Entreprenant M. Duck
(Daisy Duck)
Univers Mickey Mouse, Donald Duck

Daisy Duck est un personnage de fiction de l'univers des canards créé par les studios Disney. Contrepoint féminin et petite amie de Donald Duck, elle apparaît pour la première fois dans le dessin animé Don Donald en 1937 sous le nom de Donna Duck[1]. Ce n'est qu'en 1940 dans L'Entreprenant M. Duck (Mr. Duck Steps Out) qu'elle acquiert son nom définitif[1].

Même si Carl Barks a ensuite fait de Donna la sœur de Daisy dans une bande dessinée en 1953 (ce qui explique leur ressemblance), sa version cinématographique — seule apparition cinématographique de Donna Duck — est considérée comme une ébauche de Daisy, et non de sa sœur, personnage très secondaire. De même les ébauches de Pluto et de Dingo sont apparues avant de recevoir leur nom définitif.

Historique[modifier | modifier le code]

1937 : Donna Duck[modifier | modifier le code]

L'histoire de Daisy débute avec celle de Donna Duck dans le court-métrage d'animation Don Donald (1937). Dans ce film réalisé par Ben Sharpsteen, Donald courtise une cane quelque part au Mexique mais malgré ses efforts elle le repousse et part finalement sur un monocycle. Ce film est le premier dans lequel Donald éprouve de l'intérêt pour le sexe féminin. Donna Duck précède également Daisy en bandes dessinées. Sa première apparition se fait dans l'histoire courte "Don Donald" publiée dans le magazine Good Housekeeping en janvier 1937 et dessinée par Tom Wood, chef du département publicité des studios Disney de 1933 à 1940. Elle réapparaît dans une série d'histoires courtes du Mickey Mouse Weekly entre le 15 mai et le 21 août 1937, dessinées par William A. Ward.

1940-1942 : premières de Daisy Duck[modifier | modifier le code]

Daisy apparaît sous son nom et son graphisme définitif le dans L'Entreprenant M. Duck. Ce court métrage réalisé par Jack King sur un scénario de Carl Barks met en scène le premier rendez-vous galant de Donald avec sa fiancée. Au début, Daisy minaude et renvoie son visiteur. Mais Donald remarque que les plumes de sa queue l'invitent à rester. Leur romance est interrompue par Riri, Fifi et Loulou qui ont suivi leur oncle et rivalisent pour accaparer l'attention de Daisy. L'oncle et les neveux entament un jitterbug endiablé avec elle, chacun essayant d'évincer l'autre. Pour finir, les canetons font avaler à leur oncle du maïs qui, transformé en popcorn, transforme Donald - malgré lui - en danseur survolté au grand plaisir de Daisy, qui le couvre de baisers. Côté bande dessinée, Daisy fait son entrée le en tant que nouvelle voisine de Donald et flirt potentiel. La série est alors scénarisée par Bob Karp et illustrée par Al Taliaferro.

Daisy partage avec Donna, en plus du simple fait d'être des canes, un caractère proche de celui de Donald : on peut dire qu'elles ont du tempérament. Mais les ressemblances s'arrêtent là. La voix de Donna était une version plus aiguë de celle de Donald, toutes deux interprétées par Clarence Nash alors que Daisy sera dotée d'une voix "personnelle" assez rapidement.

Bien que la notion d'"idylle récurrente" soit fermement établie, Daisy n'apparaît pas aussi régulièrement que Donald. Elle est retrouvée dans Donald à la kermesse (), tentant de délester Donald de ses économies.

Dans The Nifty Nineties réalisé par Riley Thompson () et mettant en vedette Mickey et Minnie Mouse, elle ne fait qu'une brève apparition aux côtés de Donald, Riri, Fifi et Dingo dans un décor Belle Époque.

1943-1954 : carrière dans les courts métrages[modifier | modifier le code]

Sa première participation à une histoire longue en bande dessinée a lieu dans "The Mighty Trapper" dessinée par Carl Barks et publiée dans Walt Disney's Comics and Stories #36 en septembre 1943. Il faut attendre "Donald Tames His Temper" en janvier 1946 pour la retrouver. "Biceps Blues" (juin 1946) inaugure une nouvelle dimension dans la relation entre Donald et Daisy : la jalousie. Donald doit désormais redoubler d'efforts pour acquérir les qualités qui attirent Daisy chez les autres canards. Dans "Wintertime Wager" (janvier 1948), elle est la voix de la raison entre Donald et Gontran Bonheur, désormais sur les rangs lui aussi. Leur rivalité monte d'un cran dans "Donald's Love Letters" (décembre 1949) qui fixe le cadre de leur triangle amoureux.

Il faut attendre Donald's Crime () pour la retrouver dans un court métrage d'animation. Dans Cured Duck (), Daisy prouve qu'elle peut perdre son sang-froid tout comme Donald. Leur relation houleuse s'exprime également dans Donald's Double Trouble (). Mais elle sait également faire preuve de compassion : dans Sleepy Time Donald (), elle tente de sauver Donald atteint de somnambulisme et dans Donald's Dilemma (), d'une crise d'amnésie. Dans Donald's Dream Voice (), elle l'encourage même à prendre des leçons de diction. Mais dans Crazy Over Daisy (), elle prend la défense de Tic et Tac contre Donald.

En février 1953, dans Walt Disney's Comics and Stories #149 elle devient la tante des triplettes Lili, Lulu et Zizi[1],[2] dans l'histoire Donald piloufaciste ![3]

Donald's Diary () constitue sa dernière apparition de l'"ère classique". Comme la plupart des personnages de Disney d'alors Daisy poursuit sa carrière en bandes dessinées.

1955-1983 : carrière en bande dessinée[modifier | modifier le code]

En 1973, le dessinateur italien Guido Martina[4] fait de Daisy une super-héroïne : Fantomialde (Paperinika en VO), pendant féminin du Fantomiald incarné par Donald (Paperinik en VO). Elle collabore également ponctuellement avec Super-Dingo, Super-Gilbert et Super-Popop. Mais l'ascendant systématique de la super-cane sur le super-canard lors de leurs confrontations déplaît au public et le personnage est finalement abandonné (sauf au Brésil).

1983-1999 : un début de renaissance[modifier | modifier le code]

Elle est de retour en 1983 dans un long métrage d'animation Le Noël de Mickey dans le rôle d'Isabelle, l'ancienne fiancée d'Ebenezer Scrooge (joué par Balthazar Picsou). Elle fait également une apparition auprès des autres personnages Disney dans Qui veut la peau de Roger Rabbit ? en 1988.

Le , le français Claude Marin dessine le personnage de Daisy sous l'apparence d'un bébé pour la série Bébés Disney dont la publication a débuté dans le numéro 1769 du Journal de Mickey[5].

Si elle est curieusement absente de la série La Bande à Picsou, elle est en revanche la vedette de sa série dérivée, Couacs en vrac produit en 1996. Elle y incarne une cane libérée employée comme grand reporter pour une chaîne de télévision. Elle est également dotée d'un animal de compagnie, un iguane nommé « Knuckles ».

Depuis 1999 : un retour sur tous les fronts[modifier | modifier le code]

À partir de 1999, Daisy voit sa présence se développer sur plusieurs supports. Cette année-là, un magazine à son nom est lancé aux Pays-Bas. Elle joue le rôle de la femme de Donald, l'assistant de Noé dans la section Pomp and Circumstance du long-métrage Fantasia 2000 ainsi que dans Mickey, il était une fois Noël (1999). Elle est également dans la série d'animation Mickey Mania (1999-2000).

Parmi les films, Daisy apparaît à nouveau dans Mickey, il était deux fois Noël (2004) et Mickey, Donald, Dingo : Les Trois Mousquetaires (2004), côté séries télévisées dans Disney's tous en boîte (2001-2004) et La Maison de Mickey (2006-2007).

Elle est aussi présente dans le premier opus de la série de jeux vidéo Kingdom Hearts (2002), comme une comtesse résidant dans le Château Disney. Ses relations avec Donald restent identiques, principalement dans Kingdom Hearts 2 (2005) lorsqu'elle est vue en train de le réprimander.

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Voix internationales[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de la France France : Sybille Tureau (depuis 2000)

Les œuvres avec Daisy Duck[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Depuis 1940, Daisy Duck est apparue dans plusieurs milliers d'histoires ou de gags. Le site INDUCKS recense en 2011 selon les pays et les producteurs[6]:

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Analyse du personnage[modifier | modifier le code]

Si elle peut être aussi râleuse et caractérielle que Donald, Daisy est cependant plus sophistiquée. Proche amie de Minnie Mouse, elle recherche la bonne compagnie, aime les activités culturelles et surveille son paraître devant les dames de la bonne société de Donaldville.

Daisy fait également partie de la "Chit-Chat Society", un club féminin qui dispense charité et commérages et dont les autres membres principaux sont Clarabelle Cow et Clara Cluck. Barks modernise le personnage dans "The not-so-ancient mariner" et "Hall of the mermaid queen", en lui faisant essayer différentes coiffures et tenues.

Dans les années 1970, Daisy endosse une tenue de super-héroïne et devient Fantomialde (Paperinika en VO). Dans un dessin[7] de Don Rosa datant de 1991, Donald et Daisy sont montrés, âgés et portant des alliances.

Dans les parcs Disney, Daisy est souvent un personnage secondaire qui n'apparaît qu'en cas de grande affluence.

Position dans la famille Duck[modifier | modifier le code]

Daisy est, selon les histoires, la fiancée de Donald ou hésitant entre lui et son cousin le chanceux Gontran Bonheur.

D'après la chronologie non officielle de Don Rosa, Daisy serait née en 1920, la même année que Donald. Ils auraient donc vingt ans lors de leur première rencontre.

Daisy a trois nièces, Lili, Lulu et Zizi, créées par Carl Barks en février 1953, filles de sa sœur Donna. Elles sont parfois sous la garde de Daisy, pour donner des contreparties féminines à Riri, Fifi et Loulou.

Il existe différentes versions de l'arbre généalogique de Donald Duck. La plupart placent Daisy et ses nièces hors de la famille Duck. Certaines font de Daisy la sœur du mari de Della Duck, sœur jumelle de Donald. Daisy est donc la sœur du fameux « ? Duck », père de Riri, Fifi et Loulou. Riri, Fifi et Loulou s'adressent d'ailleurs à elle comme « Tante Daisy », mais cela peut aussi venir de son statut de fiancée de Donald, ou être un surnom affectueux.

D'autres versions font aussi de Daisy une cousine de Donald et Gontran[8], mais ces généalogies ont été largement contredites dans La Jeunesse de Picsou.

Don Rosa préfère considérer qu'ils n'ont pas de lien de parenté[9]. Pour lui « Duck » est le nom de famille le plus courant de la région, l'exemple le plus flagrant étant le père de Riri, Fifi et Loulou — et éventuel frère de Daisy — dont rien n'est connu sinon qu'il s'appelle « Duck » — Rosa censure son visage et son prénom dans son arbre généalogique[9].

Évolution graphique[modifier | modifier le code]

Dans ses premières apparitions cinématographiques, Daisy porte une robe rouge et un nœud dans les cheveux. Al Taliaferro la dessinera parfois avec un tailleur noir pour ses sorties en ville. Sa tenue évolue dans l'histoire The not-so-ancient mariner dessinée par Carl Barks. Alors que dans les parcs à thème, elle est habillée d'une robe rose et d'un nœud indigo, dans la série Mickey Mania, sa robe est jaune et le nœud vert. Dans Disney's tous en boîte, elle porte une tenue de serveuse avec un nœud bleu et une longue queue-de-cheval alors que dans La Maison de Mickey, elle retrouve sa robe rose, agrémentée de boucles d'oreilles jaunes et d'une petite queue-de-cheval. Enfin dans la série Couacs en vrac (1996) où elle a gagné en maturité, elle possède une garde-robe et des coiffures variées.

Daisy Duck à travers le monde[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 128
  2. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 32
  3. (en) Base INDUCKS : W WDC 149-01 Flip Decision Première publication en France en 1956, puis sous les titres Donald piloufaceur ! en 1984 et À pile ou face en 2003.
  4. C'est en effet en Italie à partir des années 1960 que sont produites la plupart des histoires destinées à l'Europe.
  5. (en) Base INDUCKS : Disney Babies
  6. (en) Base INDUCKS : Daisy Duck
  7. http://blog.francetvinfo.fr/case-a-part/2013/01/09/lintrigante-mort-de-picsou.html
  8. The D.O.N.A.L.D.istic Duck Family Trees
  9. a et b L'arbre généalogique de Don Rosa (en français)

Liens externes[modifier | modifier le code]