Communauté de communes des Vallées de la Brèche et de la Noye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Communauté de communes des Vallées de la Brèche et de la Noye
Communauté de communes des Vallées de la Brèche et de la Noye
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Forme Communauté de communes
Siège Froissy
Communes 41
Date de création 29 décembre 1992
Date de disparition 31 décembre 2016
Code SIREN 246000608
Démographie
Population 20 065 hab. (2014)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Superficie 319,43 km2
Localisation
Localisation dans l'Oise.
Localisation dans l'Oise.
Liens
Site web http://www.oise-picarde.com
Fiche Banatic Données en ligne

La communauté de communes des Vallées de la Brèche et de la Noye (CCVBN) est une ancienne communauté de communes française, située dans le département de l'Oise.

Elle fusionne avec une autre intercommunalité pour former, le , la communauté de communes de l'Oise picarde (CCOP)

Histoire[modifier | modifier le code]

L'intercommunalité a été créée par un arrêté préfectoral du [1].

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[2], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités[3], et notamment celle de Crèvecœur-le-Grand et celle des Vallées de la Brèche et de la Noye, soit une intercommunalité de 61 communes pour une population totale de 27 196 habitants[4].

Après avis favorable de la majorité des conseils communautaires et municipaux concernés[5], cette intercommunalité est créée au [6].

Territoire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes membres[modifier | modifier le code]

En 2016, la communauté de communes regroupait les 41 communes suivantes[1] :


Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Froissy
(siège)
60265 6,56 877 (2014) 134
Abbeville-Saint-Lucien 60003 Abbevillois 5,26 499 (2014) 95
Ansauvillers 60017 Ansauvillois 6,95 1 220 (2014) 176
Bacouël 60039 Bacouëlois 5,48 466 (2014) 85
Beauvoir 60058 10,27 270 (2014) 26
Bonneuil-les-Eaux 60082 18,29 819 (2014) 45
Bonvillers 60085 Bonvillois 5,86 221 (2014) 38
Breteuil 60104 Brituliens 17,27 4 533 (2014) 262
Broyes 60111 4,80 180 (2014) 38
Bucamps 60113 Bucampois 5,82 182 (2014) 31
Campremy 60123 Camprenois 10,21 490 (2014) 48
Chepoix 60146 Chepoisiens 8,86 398 (2014) 45
Esquennoy 60221 Esquenouillards 9,79 736 (2014) 75
Fléchy 60237 Fléchissois 4,77 96 (2014) 20
Gouy-les-Groseillers 60283 Gouyens 3,07 32 (2014) 10
Hardivillers 60299 Hardivillois 9,63 567 (2014) 59
La Hérelle 60311 5,15 223 (2014) 43
La Neuville-Saint-Pierre 60457 4,11 172 (2014) 42
Le Mesnil-Saint-Firmin 60399 4,14 182 (2014) 44
Le Quesnel-Aubry 60520 4,75 216 (2014) 45
Maisoncelle-Tuilerie 60377 7,72 305 (2014) 40
Montreuil-sur-Brêche 60425 Montreuillois 10,53 523 (2014) 50
Mory-Montcrux 60436 4,66 99 (2014) 21
Noirémont 60465 6,37 179 (2014) 28
Noyers-Saint-Martin 60470 Nucériens 13,27 775 (2014) 58
Oroër 60480 Oratoriens 9,06 568 (2014) 63
Oursel-Maison 60485 6,97 240 (2014) 34
Paillart 60486 14,18 589 (2014) 42
Plainville 60496 4,25 159 (2014) 37
Puits-la-Vallée 60518 4,31 206 (2014) 48
Reuil-sur-Brêche 60535 Reuillois 12,58 324 (2014) 26
Rocquencourt 60544 Rocquencourtois 9,81 188 (2014) 19
Rouvroy-les-Merles 60555 4,06 50 (2014) 12
Saint-André-Farivillers 60565 11,35 517 (2014) 46
Sainte-Eusoye 60573 Eusébiens 8,48 304 (2014) 36
Sérévillers 60615 3,26 132 (2014) 40
Tartigny 60627 6,98 281 (2014) 40
Thieux 60634 Théodosiens 9,18 422 (2014) 46
Troussencourt 60648 Troussencourtois 5,33 354 (2014) 66
Vendeuil-Caply 60664 10,84 482 (2014) 44
Villers-Vicomte 60692 5,20 160 (2014) 31

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique du territoire communautaire
tel qu'existant au
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013
14 046 14 259 14 686 15 710 16 992 18 506 19 233
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes.
(Source : INSEE RGP 2013[7].)

Organisation[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

Le siège administratif de la communauté de communes était Z.I., route de Noyers CEDEX 209 - 60480 Froissy.

Le siège social était situé en Mairie de Breteuil.

Élus[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération était administrée par son Conseil communautaire, composé, de 27 conseillers municipaux représentant les 19 communes membres.

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1993 avril 2014[8] Alain Vasselle   Maire d'Oursel-Maison (1974 → )
Sénateur de l'Oise (1992 → 2011)
Conseiller général de Froissy (1974 → 2015)
15 avril 2014[8],[9] décembre 2016 Jacques Cotel   Maire (1995 → 2014) puis 1er maire-adjoint de Breteuil
Président de la Communauté de communes de l'Oise picarde (2017 → )

Compétences[modifier | modifier le code]

L'intercommunalité exerçait des compétences qui lui ont été transférées par l'ensemble des communes qui la composent, dans les conditions définies par le code général des collectivités territoriales.

Régime fiscal et budget[modifier | modifier le code]

La Communauté de communes était un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Afin de financer l'exercice de ses compétences, la communauté de communes percevait une fiscalité additionnelle aux impôts locaux des communes, avec fiscalité professionnelle de zone (FPZ ) et sans fiscalité professionnelle sur les éoliennes (FPE)[1].

Elle collectait également la redevance d'enlèvement des ordures ménagères, qui finançait le coût de ce service public[1].

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]

  • Complexe Aquatique Philippe Loisel, rue du Général Leclerc à Breteuil.
  • Musée Archéologique de l'Oise situé à Vendeuil-Caply.
  • Parc d'activités de la Belle Assise situé à Hardivillers.
  • Déchèterie de Breteuil, Froissy et Ansauvillers.
Château de la Butte

La communauté de communes s'est rendue propriétaire du Château de la Butte (XIXe siècle) à Breteuil en 1997, en vue, à l'époque, d'y installer le musée archéologique (qui a été en fait construit près du théâtre antique de Vendeuil-Caply). Elle a décidé, en 2014, de l'aménager en gite de groupes labellisé tourisme et handicap pour 16 à 17 places réparties dans 9 chambres. L'ouverture est escomptée à l'automne 2015 ou au-delà[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « CC des Vallées de la Brèche et de la Noye (N° SIREN : 246000608) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 1er février 2017).
  2. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  3. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise, (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  4. « La nouvelle carte intercommunale de l'oise : intercommunalité à fiscalité propre au  », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers,‎ , p. 15.
  5. R. Th., « La fusion des communautés de communes est définitive », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3417,‎ , p. 6 « Les 6 projets de fusion de communautés de communes ou d’agglomération ont tous recueilli une majorité favorable ; ils pourront ainsi tous être conduits à leur terme ».
  6. Sylvie Godin, « Naissance de l'Oise picarde : Jacques Cotel dirige un territoire de 26 500 habitants », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3430,‎ , p. 17.
  7. INSEE, Recensement général de la population 2013, Document mentionné en liens externes.
  8. a et b « J. Cotel préside la Cté de communes », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3288,‎ , p. 23
  9. « Vallées de la Brèche et de la Noye : L’alternance profite à Jacques Cotel : Alain Vasselle, président sortant de la communauté de communes, s’efface derrière le représentant de Breteuil », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  10. Sylvie Godin, « Le château de la Butte, un bel écrin pour le gîte de groupe », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3295,‎ , p. 18

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]