Limeyrat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Limeyrat
Limeyrat
Le bourg de Limeyrat.
Blason de Limeyrat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Haut-Périgord noir
Intercommunalité Communauté de communes du Terrassonnais en Périgord noir Thenon Hautefort
Maire
Mandat
Claude Sautier
2014-2020
Code postal 24210
Code commune 24241
Démographie
Population
municipale
447 hab. (2016 en diminution de 1,76 % par rapport à 2011)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 09′ 38″ nord, 0° 58′ 51″ est
Altitude Min. 143 m
Max. 266 m
Superficie 19,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Limeyrat

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Limeyrat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Limeyrat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Limeyrat
Liens
Site web Site officiel

Limeyrat est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La ligne ferroviaire de Périgueux à Brive, à Limeyrat.

Localisée à l'est du département de la Dordogne, la commune de Limeyrat est située sur les hauteurs entre deux affluents de l'Isle, l'Auvézère et le Manoire.

L'altitude minimale, 143 mètres, se situe au nord, sur la route départementale 68, en limite de la commune de Brouchaud, à côté du Puits de Bontemps où naît la résurgence du Blâme. Le point culminant avec 266 (ou 267 mètres) se trouve tout au sud, au lieu-dit la Fon de la Marquise[1].

Le bourg de Limeyrat, desservi par la gare de Limeyrat sur la ligne ferroviaire Périgueux - Brive mais à l'écart des routes principales, est situé, en distances orthodromiques, huit kilomètres à l'ouest-nord-ouest de Thenon et vingt kilomètres à l'est de Périgueux.

La commune est desservie au nord par la route départementale 68. Elle est également traversée dans sa partie nord par l'autoroute A89 dont les échangeurs les plus proches, 16 Périgueux-Est et 17 Thenon sont éloignés du bourg de Limeyrat d'une quinzaine de kilomètres par la route.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Limeyrat est limitrophe de cinq autres communes.

Communes limitrophes de Limeyrat
Montagnac-d'Auberoche Brouchaud
Limeyrat Ajat
Bassillac et Auberoche Fossemagne

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du lieu est attestée par un pouillé du XIIIe siècle sous la forme Limeyrac[2], latinisée ensuite en 1395 sous la forme Limeracum[3]. Cette appellation dérive d'un nom de personne germanique Lithomar[4], latinisé en Liutmarus avec le suffixe -iacum[3], correspondant au « domaine de Liutmarus ».

En occitan, la commune porte le nom de Limeirac[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIVe siècle Limeyrat (Lymayrac) faisait partie de la châtellenie d'Auberoche[6].

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Limeyrac.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune de Limeyrat a, dès 1790, été rattachée au canton de Thenon qui dépendait du district de Montignac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton dépend de l'arrondissement de Périgueux[7].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du , le canton de Thenon disparaît aux élections départementales de mars 2015[8]. La commune est alors rattachée électoralement au canton du Haut-Périgord noir.

En 2017, Limeyrat est rattachée à l'arrondissement de Sarlat-la-Canéda[9],[10].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1823 1828 Nebout Lapinolie    
1828 1832 Lapinolie    
1832 1837 Monteil    
1837 1843 Duverger    
1843 1851 Duverger fils    
1851 août 1870 Lapinolie    
1870 1874 Duverger    
1874 1878 Eimery    
1878 mai 1884 Théophile Petit    
mai 1884 décembre 1892 Léon Eimery    
décembre 1892 1915 Pierre Daurat[Note 1]    
1915 décembre 1919 Jean Huguet    
décembre 1919 1924 Numa Bonnet    
août 1924 mai 1925 Émile Brout    
mai 1925 1933 Victorin Brout    
avril 1933 1965 René Brassat Lapeyrière    
mars 1965 août 1965 Léopold Moulinier    
1965 mars 2001 Gabriel Moulinier   Retraité de l'agriculture
mars 2001[12] (réélu en mars 2014) En cours Claude Sautier PS Enseignant

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2016, la commune comptait 447 habitants[Note 2], en diminution de 1,76 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
467422440510554527529612555
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
525486504514523485507464523
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
437421425377374365360381351
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
371343394408427436441455447
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Limeyrat est organisée en regroupement pédagogique intercommunal (RPI) avec les communes de Fossemagne et Saint-Antoine-d'Auberoche au niveau des classes de primaire. À la rentrée de septembre 2015, la commune de Saint-Antoine-d'Auberoche n'accueillera plus d'enfant scolarisés, qui seront alors dirigés vers les deux autres communes[16].

Économie[modifier | modifier le code]

Une des carrières de Bontemps.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[17], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 196 personnes, soit 43,6 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (vingt-huit) est resté stable par rapport à 2010 et le taux de chômage de cette population active s'établit à 14,4 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte vingt-six établissements[18], dont onze au niveau des commerces, transports ou services, cinq dans la construction, quatre relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, trois dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et trois dans l'industrie[19].

Entreprises[modifier | modifier le code]

La commune accueille trois entreprises spécialisées dans l'extraction minérale : Bontemps et Occitanie Pierres pour la pierre de taille, et CMC pour des granulats[20].

Installées en 1999 à Limeyrat, « Les Carrières de Bontemps » exploitent la pierre, principalement pour le marché du dallage. Elles emploient près de 60 salariés en 2019 et leur chiffre d'affaires s'effectue à 40 % à l'exportation[21].

Parmi les entreprises ayant leur siège social en Dordogne, tous secteurs confondus, « Les Carrières de Bontemps » (taille, façonnage et finissage de pierres), implantée à Limeyrat, se classe 33e en termes de chiffre d'affaires à l'exportation avec 1 410 k€[22].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le causse de Thenon au nord-est de la commune.

Au nord, limité approximativement par une ligne reliant les hameaux de la Chosédie et de la Pinolie, environ 40 % du territoire de la commune fait partie du causse de Thenon qui s'étend également sur six autres communes. Cette zone calcaire boisée remarquable pour sa flore spécifique est classée comme zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 2[26],[27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Distinctions culturelles[modifier | modifier le code]

Limeyrat est « Village en poésie » depuis mars 2012, label décerné par le Printemps des poètes aux villages qui donnent à la poésie une place prépondérante dans la vie culturelle locale. Ainsi, depuis 2002, Limeyrat organise tous les deux ans une manifestation poétique d'ampleur, festival alliant poésie, arts visuels et spectacle vivant. Le village accueille à cette occasion des poètes en résidence d'écriture.

Limeyrat fait partie des communes ayant reçu en 2010 l’étoile verte espérantiste[réf. nécessaire], distinction remise aux maires de communes recensant des locuteurs de la langue construite espéranto.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Limeyrat Blason D'azur à trois serpents volants posés en pal.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Démissionnaire.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Borne 267 » sur Géoportail (consulté le 4 février 2011).
  2. Vicomte de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, (présentation en ligne), L-Z, LIMEYRAC, sur le site guyenne.fr, consulté le 13 mai 2016.
  3. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, Éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 201-202.
  4. A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2e édition, Librairie Guénégaud, 1989, 1re édition en 1963, (ISBN 2-85023-076-6), p. 404.
  5. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 7 mars 2014.
  6. Abbé Farnier, Autour de l'abbaye de Ligueux, tome II, p. 242, Le livre d'histoire-Lorisse, 2003 (fac-similé de l'édition de 1931), (ISBN 2-84373-342-1)
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Légifrance, « Décret no 2014-218 du portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 1er février 2016).
  9. [PDF] « Arrêté portant modification des limites territoriales des arrondissements de Bergerac, Nontron, Périgueux et Sarlat-la-Canéda du département de la Dordogne », Préfecture de la Dordogne, 30 décembre 2016.
  10. [PDF] Anciens et nouveaux arrondissements au 1er janvier 2017, Préfecture de la Dordogne, 4 janvier 2017.
  11. Sources : listes établies par la mairie de Limeyrat + registres de délibérations (période 1881-1958), consultés en 2012.
  12. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 21 août 2014.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  16. Aimée Faconnier, « À Saint-Antoine-d'Auberoche, l'école, c'est définitivement fini », Sud Ouest édition Dordogne, 4 juillet 2015, p. 14.
  17. Dossier complet - Commune de Limeyrat (24241) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 28 novembre 2018.
  18. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 28 novembre 2018).
  19. Dossier complet - Commune de Limeyrat (24241) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 28 novembre 2018.
  20. Grégoire Morizet, « Mécontentement général », Sud Ouest édition Périgueux, 28 novembre 2014.
  21. Thoma Mankowski, « C'est ça, faire carrière », Sud Ouest édition Dordogne,10 août 2019, p. 14-15.
  22. « Export », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 33.
  23. « Dolmen de Peyrelevade », notice no PA00082615, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 4 février 2011.
  24. « Église de Limeyrat », notice no PA00082616, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 4 février 2011.
  25. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, p. 103, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X)
  26. [PDF] « Causse de Thenon »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 18 octobre 2012.
  27. [PDF] « Carte de la ZNIEFF 2655 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 18 octobre 2012.