Criquebeuf-sur-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Criquebeuf.

Criquebeuf-sur-Seine
Criquebeuf-sur-Seine
Le viaduc de Criquebeuf dans sa partie euroise.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Les Andelys
Canton Pont-de-l'Arche
Intercommunalité Communauté d'agglomération Seine-Eure
Maire
Mandat
Thierry Delamare
2014-2020
Code postal 27340
Code commune 27188
Démographie
Gentilé Criquebeuvien
Population
municipale
1 390 hab. (2015 en augmentation de 16,9 % par rapport à 2010)
Densité 94 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 23″ nord, 1° 05′ 54″ est
Altitude Min. 3 m
Max. 124 m
Superficie 14,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Criquebeuf-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Criquebeuf-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Criquebeuf-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Criquebeuf-sur-Seine

Criquebeuf-sur-Seine est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située en limite de la rive gauche de la Seine.

Communes limitrophes de Criquebeuf-sur-Seine[1]
Freneuse (Seine-Maritime), Sotteville-sous-le-Val (Seine-Maritime) Igoville
Martot Criquebeuf-sur-Seine[1] Pont-de-l'Arche
Terres de Bord (comm. dél. de Tostes)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'Eure, affluent de la Seine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Crichebof de super Sequanam[2] ou Criquebot de super Sequanam en 1063, Crikboe en 1198, Criquebuef en 1277, Criquebotum en 1483[3].

François de Beaurepaire s'appuyant sur les travaux de Marie Fauroux, écrit -bof dans la forme la plus ancienne[4], alors qu’Ernest Poret lit -bot[5]. L'un et l'autre sont toutefois compatible avec l'explication traditionnelle, reprise par François de Beaurepaire de voir dans cet élément le scandinave buth / both auquel il donne le sens de « maison, village ». Il faut comprendre le vieux norrois búð cf. islandais búð, féroien búð et sa variante de l'est (vieux danois) bóð (cf. anglais booth). Ils peuvent avoir les sens aussi divers que « barraque, échoppe, boutique, stand, cabine.. ». François de Beaurepaire propose le sens de « village » qui en réalité ne semble pas attesté, mais qui a pu s'affirmer en Normandie sous l'influence de l'ancien scandinave býr « établissement > village » (toponymes en -by au Danemark et en Grande-Bretagne). Il compare en effet les noms en -beuf avec les noms de lieux en -by d'Angleterre : Kirkby, Kirby / Criquebeuf; Welby / Elbeuf (anciennement Welle-); Dalby / Daubeuf (anciennement Dal-).

Le premier élément Crique- représente l'ancien scandinave kirkja « église » (cf. islandais kirkja, même sens) déjà reconnu dans les Criquetot et les Kirkby britanniques.

Le déterminant complémentaire sur-Seine apparaît sous la forme latinisée d'un copiste dès la forme la plus ancienne, super Sequanam et permet de faire la distinction d'avec Criquebeuf-la-Campagne située seulement à une quinzaine de km et dont le déterminant se note plus tardivement. Il n'est cependant pas sûr que les deux toponymes aient exactement la même étymologie, étant donné les divergences dans les formes anciennes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1792 1794 Alexandre de la Folie    
         
mars 2001 en cours Thierry Delamare SE Cadre supérieur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2015, la commune comptait 1 390 habitants[Note 1], en augmentation de 16,9 % par rapport à 2010 (Eure : +2,63 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9509509601 0451 2021 2341 2121 2441 263
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2211 2181 2261 1431 1331 1811 1361 0791 041
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 045987980795793782750763817
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
9069549561 0449701 0361 1231 1351 224
2015 - - - - - - - -
1 390--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  2. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 97
  3. Poret de Blosseville (Ernest), Dictionnaire topographique du département de l’Eure, Paris, 1877, p. 67 (lire en ligne) [1]
  4. François de Beaurepaire, op. cit.
  5. Ernest Poret de Blosseville, op. cit.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. Notice no IA00017943, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Maison Riquier », notice no PA00099380, base Mérimée, ministère français de la Culture.