Te Papa Tongarewa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée de la Nouvelle-Zélande
Te Papa Tongarewa
Te Papa (« Notre place »)
Te Papa (« Notre place »)
Informations géographiques
Pays Drapeau de Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Ville Wellington
Adresse Cable Street
Coordonnées 41° 17′ 26″ S 174° 46′ 56″ E / -41.290589, 174.782154 ()41° 17′ 26″ Sud 174° 46′ 56″ Est / -41.290589, 174.782154 ()  
Informations générales
Date d’inauguration 1992 (l'actuel bâtiment fut inauguré en 1998)
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 1 million/an
Site web http://www.tepapa.govt.nz

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Zélande

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Zélande)
Musée de la Nouvelle-Zélande Te Papa Tongarewa

Géolocalisation sur la carte : Wellington

(Voir situation sur carte : Wellington)
Musée de la Nouvelle-Zélande Te Papa Tongarewa

Le Musée de la Nouvelle-Zélande Te Papa Tongarewa est le musée national de la Nouvelle-Zélande.

Il est communément dénommé Te Papa ou « Te Papa Tongarewa » traduit par « le lieu des trésors de cette terre ».

Le code de collection de ce musée est MNZ.

Le principe fondateur du musée est d'unifier les collections, les récits de la culture et le pays, d'où le partenariat biculturel entre Tangata Whenua (en) et Tangata Tiriti (en), en mettant l'accent sur la diversité et la collaboration pluridisciplinaire.

En janvier 2013 , la direction de Te Papa a annoncé que le musée serait séparé en deux parties, l'une fonctionnant comme le musée le fait actuellement, centrée sur le passé, et l'autre se focalisant sur le futur[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le musée du Dominium de la Nouvelle Zélande[modifier | modifier le code]

Le premier précurseur de Te Papa fut le Musée Colonial, fondé en 1865 par James Hector, qui le dirigea. Il fut construit sur Museum Street[2]. Au milieu des années 1930, le musée fut transféré des bâtiments en bois initiaux au nouveau bâtiment du New Zealand Dominion Museum building (en)dans Buckle Street, où est aussi installée la National Art Gallery of New Zealand (en).

La National Art Gallery[modifier | modifier le code]

La National Art Gallery fut ouverte en 1936 et occupa le premier étage du New Zealand Dominion Museum de Buckle Street, Wellington Nouvelle-Zélande. Elle comprenait originellement uniquement des collections données par le New Zealand Academy of Fine Arts (en). Le musée fut constitué par l'adoption du National Art Gallery and Dominion Museum Act (1930) (en). Le Dominion Museum (en) et la National Gallery of art furent supervisés par une seule direction. L'inauguration officielle fut réalisée par le Governor General (en) en 1934[3].

La participation initiale consista largement en des donations et des legs, en particulier ceux de Sir Harold Beauchamp (en), T. Lindsay Buick (en), Archdeacon Smythe (en), N. Chevalier (en), J. C. Richmond (en), William Swainson (lawyer) (en), Bishop Monrad (en), Sir John Ilott (en), et Rex Nan Kivell (en).[4].


Eru D. Gore en fut secrétaire-directeur de 1936 jusqu'à sa mort en 1948 quand Stewart Bell Maclennan (en) fut embauché comme directeur. Ce fut le premier directeur à plein temps d'une galerie d'Art en Nouvelle-Zélande. Les directeurs successifs de galerie comprennent :

Au début 1es années 1990, Hamish Keith (en) fut impliqué dans une polémique publique à propos de son rôle dans la National Art Gallery of New Zealand pour l'achat controversé de deux peintures de Charles Goldie (en).

Te Papa[modifier | modifier le code]

Te Papa fut constitué, par le Modèle:Lang=en[5]. L'ouverture officielle eu lieu le 14 février 1998 au cours d'une cérémonie présidée par le Premier ministre néo-zélandais de l'époque Peter Blake (yachtsman) (en), Jenny Shipley, et deux enfants. Le premier "Chief Executive" du musée fut Dame Cheryll Sotheran (en). Le musicien traditionnel Māori Richard Nunns (en) co-dirigea les musiciens lors de la cérémonie d'ouverture[6].

Le musée est mené par une équipe dirigeante financée par le Minister for Arts, Culture and Heritage (en) (qui est actuellement Christopher Finlayson (en)). Les membres de l'équipe de direction comprennent : Sir Wira Gardiner (en), Fiona Campbell (en),[7], Sue Piper, Judith Tizard (en),[8], John Judge, Miria Pomare, Michael Bassett (en), Christopher Parkin [9] Sandra Lee-Vercoe (en), Ngatata Love (en),[10] Sir Ronald Trotter (en), Gleny Coughla , Judith Binney (en)[11] Philip Carter (en) et Wendy Lai[12].

Le musée a reçu un million de visiteurs au cours des cinq premiers mois de l'opération, et entre 1 et 1,3 million de visites pendant chacune des années suivantes.[réf. nécessaire] En 2004, un espace plus grand fut consacré aux expositions portant sur les collections d'art de la Nouvelle Zélande, dans le cadre d'une exposition prolongée appelée Toi Te Papa : L'Art d'une Nation[13].

Les cinéastes Gaylene Preston (en) et Anna Cottrell documentèrent le développement de Te Papa à travers leur film Getting to Our Place[14].

Le bâtiment actuel[modifier | modifier le code]

Le bâtiment principal de Te Papa est sur le front de mer de Wellington, sur Cable Street. A l'intérieur du bâtiment, il a 6 étages d'expositions, des cafés et des boutiques dédiées à la culture de la Nouvelle Zélande et son environnent. Le musée comprend aussi des espaces extérieurs avec des grottes artificielles, de la brousse initiale et des zones marécageuses. Un deuxième bâtiment sur Tory Street est un établissement de recherche scientifique et une zone de stockage, et n'est pas ouvert au public.

Te Papa fut conçu par le cabinet d'Architectes Jasmax[15] et construit par le groupe Fletcher Construction (en)[16]. Les 36000 mètres carrés du bâtiment ont couté 300 million de dollars néo-zélandais avant son ouverture en 1998. La consolidation anti-tremblement de terre de Cable Street fut conçue à l'aide de la technologie néo-zélandaise dite de base isolation (en)[17], basée essentiellement sur des supports de l'ensemble du bâtiment faits de plomb, d'acier et de gomme[Quoi ?], qui amortissent les effets du tremblement de terre. Le site était initialement occupé par un hôtel moderne de cinq étages. Celui ci fut extrait de ses fondations et placé sur de multiples bogies puis transporté 200 mètres plus loin de l'autre coté de la rue sur un autre site , où il constitue maintenant le Museum Hotel de Wheels (en).

Collections[modifier | modifier le code]

Les restes d'un calmar colossal sont exposés de façon permanente au musée.

L'accès en ligne aux collections de Te Papa est possible.[18],[19] Les collections historiques comprennent de nombreuses robes et des textiles, dont le plus ancien date du XVIème siècle. Ces collections historiques comprennent aussi des archives de la poste de Nouvelle Zélande comprennant environ 20 000 timbres et objets en rapport avec l'histoire de ce pays. La collection du Pacifique comporte environ 13 000 objets historiques ou contemporains, provenant des îles du Pacifique(Pacific Islands (en).

Le musée possède également une collection significative de fossiles, un herbier contenant environ 250 000 spécimens séchés et une collection de 70 000 spécimens d'oiseaux, d'amphibiens, de reptiles et de mammifères de Nouvelle Zélande.

Le musée possède le plus grand spécimen connu d'une espèce de calamar, appelé « colossal squid » (Mesonychoteuthis hamiltoni). Il pèse 495 kg et mesure 4,2 m de long[20]. Ce calamar est arrivé au musée en mars 2007 après avoir été capturé par des pêcheurs néo-zélandais en mer de Ross en Antarctique[21]

Les collections culturelles comprennent des collections de photographies et de taonga Māori (en) ( trésors culturel des Maoris).

Les archives[modifier | modifier le code]

Les archives sont situées dans un bâtiment séparé, situé sur Tory Street et ouvert aux chercheurs sur inscription.

Il y a deux catégories de collections d'archives:

  • "Les Archives du Musée", qui remontent à la fondation du Musée Colonial en 1865 et qui comprennent les archives de James Hector. Les Archives de la National Art Gallery of New Zealand font aussi partie de ces archives.
  • Les "Archives récoltées", scindées en 2 groupes :

La bibliothèque[modifier | modifier le code]

La bibliothèque Te Aka Matua, autrefois accessible au public, est maintenant seulement ouverte aux chercheurs accrédités et entre 10h du matin et 5h de l'après midi, du lundi au vendredi. La bibliothèque est une ressource majeure pour la recherche, avec des éléments particulièrement nombreux sur la Nouvelle-Zélande, les Māori, l'histoire naturelle, l'art, la photographie, et les thèmes de recherche du musée. Elle est localisée au 4ème étage du bâtiment principal .[citation nécessaire]

Les expositions[modifier | modifier le code]

pour les collections habituelles voir le site officiel de Te Papa

Le musée Te Papa présente à la fois des expositions à long terme d'objets culturels, des travaux pratiques et des expositions interactives, des espaces culturels et des expositions temporaires. Les expositions prolongées des objets culturels sont centrées sur l' histoire de la Nouvelle-Zélande, la culture Maori et l'environnement naturel de la Nouvelle-Zélande. Les ateliers pratiques et les expositions interactives visent particulièrement les jeunes visiteurs et comprennent des espaces intérieurs et extérieurs. La clé[Quoi ?] des espaces culturels est le Te Hono ki Hawaiki marae avec des sculptures très expressives nommées whakairo (en)[23].

Toutes les expositions permanentes sont gratuites. Les expositions temporaires sont généralement payantes.[24].

Controverses[modifier | modifier le code]

Le musée a parfois été le centre de controverses. Le siège de ces collections précieuses à proximité de l'eau, sur une zone connue pour être le siège d'une des lignes de failles tectoniques les plus actives, responsable de tremblements de terre, inquiète de nombreuses personnes[réf. nécessaire].

Certaines critiques ont également été exprimées sur des expositions jugées trop spectaculaires (par exemple la section « brèche du temps » (timewarp), qui a depuis été fermée[25]) ou peu respectueuses (une œuvre importante de Colin McCahon (en) fut ainsi exposée à coté d'un réfrigérateur des années 1950 dans une exposition portant sur la culture de la Nouvelle Zélande[26])

En mars 1998, l’exposition d’une statue de 7 cm de haut de la Vierge Marie habillée d'un préservatif nommée Virgin in a Condom (en), une oeuvre d'Art de Tania Kovatqui, provoqua des protestations de la part de catholiques[27].

En Décembre 2005,Le musée Te Papa annonça un ajournement à long terme de l'exposition Toi Te Papa : l' Art d'une nation, qui devait coïncider avec le Festival d'Art de Wellington. Le museum, au lieu de cela, prolongea l'exposition sur le e Seigneur des anneaux, sans mettre à jour son site web pour informer du changement de programmation, ce qui irrita de nombreuses communautés artistiques de Nouvelle Zélande.

En Octobre 2006, l'Association de l'Industrie de la Défense de Nouvelle Zélande, tint sa conférence annuelle à Te Papa pour la 4e année consécutive. Des manifestants bloquèrent la porte d'entrée du museum, empêchant l'accès des visiteurs. Une manifestation similaire l'année précédente avait abouti à l'arrestation de 20 personnes.

pleine lune s'élevant sur " Te Papa"

Le critique d'art néo-zélandais Hamish Keith (en) a émis des critiques sévère envers Te Papa à plusieurs reprises, le traitant de : « parc à thèmes, l'équivalent culturel d'un fast-food »[28], mais semble avoir modéré ses opinions depuis lors[29].

voir aussi[modifier | modifier le code]

références[modifier | modifier le code]

  1. « Te Papa to split into past and future », 3 News NZ,‎ 28 janvier 2013 (lire en ligne)
  2. picture (ca. 1880) of the old museum.
  3. « National Art Gallery and Dominion Museum | The Governor-General of New Zealand Te Kawana Tianara o Aotearoa », gg.govt.nz,‎ 1934 (consulté le 18 octobre 2011) : « 14 Apr 1934 »
  4. « National Art Gallery Wellington - Te Ara Encyclopedia of New Zealand », teara.govt.nz,‎ 2011 (consulté le 18 octobre 2011)
  5. « Museum of New Zealand Te Papa Tongarewa Act 1992 No 19 (as at 25 January 2005), Public Act – New Zealand Legislation », legislation.govt.nz,‎ 2011 (consulté le 28 juillet 2011)
  6. « Biography », sur The Arts Foundation (consulté le 24 septembre 2011)
  7. « New Te Papa chair and board member appointed », scoop.co.nz,‎ 2010 (consulté le 17 octobre 2011)
  8. « Appointment to the Board of Te Papa Tongarewa », scoop.co.nz,‎ 2008 (consulté le 17 octobre 2011)
  9. « New appointments to Te Papa board announced », scoop.co.nz,‎ 2009 (consulté le 17 octobre 2011)
  10. « Lee and Love appointed to Te Papa Board », scoop.co.nz,‎ 2007 (consulté le 17 octobre 2011)
  11. « Appointments to Te Papa Tongarewa Board », scoop.co.nz,‎ 2006 (consulté le 17 octobre 2011)
  12. « New appointments to Te Papa Board », scoop.co.nz,‎ 2010 (consulté le 17 octobre 2011)
  13. http://www.tepapa.govt.nz/new-zealand-art-toitepapa/
  14. [1]
  15. « Jasmax » (consulté le 28 avril 2010)
  16. « Building », sur Fletcher Construction (consulté le 28 avril 2010)
  17. « Base Isolation » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-10
  18. « Collections Online - Museum of New Zealand Te Papa Tongarewa », collections.tepapa.govt.nz,‎ 2011 (consulté le 28 juillet 2011)
  19. . Les informations sur ce chapitre (et des suivants) proviennent du site web officiel de Te Papa et de “Te Papa Explorer”, un guide pour visiter le musée (acquis en Mars 2008).
  20. Atkinson, Kent, « Size matters on 'squid row' (+photos, video) », The New Zealand Herald,‎ 1 mai 2008 (consulté le 25 septembre 2011)
  21. « Colossal squid may be headed for oven », Yahoo! Inc.,‎ 2007-03-22 (lire en ligne)
  22. http://collections.tepapa.govt.nz/objectdetails.aspx?oid=247211&coltype=archives%20-%20collected&regno=ca000316/002/0008
  23. « Meeting house, Te Papa Tongarewa - First peoples in Māori tradition - Te Ara Encyclopedia of New Zealand », teara.govt.nz,‎ 2011 (consulté le 17 octobre 2011) : « These carvings are on Te Hono ki Hawaiki wharenui (meeting house) in Te Papa museum. They show links to Hawaiki, the spiritual homeland from which the first arrivals to New Zealand came. »
  24. « See Te Papa’s masterpieces for free », scoop.co.nz,‎ 2011 (consulté le 17 octobre 2011) : « Wellingtonians have the opportunity to see Te Papa’s latest temporary exhibition – The European Masters – on Thursday 3 February for free, thanks to Wellington City Council’s sponsorship of the museum. »
  25. http://www.tepapa.govt.nz/WHATSON/EXHIBITIONS/Pages/TheTimeWarp.aspx
  26. Williams, Paul, « Parade: Reformulating Art and Identity at Te Papa, Museum of New Zealand » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Open Museum Journal Volume 3: Policy and Practice, mai 2001. Consulté le 2008-03-27
  27. « Our Place needs biculturism not biased culturism », stuff.co.nz,‎ 2011 (consulté le 17 octobre 2011)
  28. Hamish Keith, « Te solution (Cultural Curmudgeon) », New Zealand Listener, vol. 213, no 3541,‎ 22 mars 2008 (lire en ligne)
  29. Hamish Keith, « Hamish Keith on museums », New Zealand Listener, no 3734,‎ 5 décembre 2011 (lire en ligne)

Modèle:Traduction/reference