Gouraya (Tipaza)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gouraya.
Gouraya
Port de Gouraya
Port de Gouraya
Noms
Nom algérien قوراية
Nom amazigh Igurayene
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Tipaza
Daïra Gouraya
Code ONS 4214
Démographie
Population 20 144 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 36° 34′ 03″ N 1° 54′ 18″ E / 36.567426, 1.90492636° 34′ 03″ Nord 1° 54′ 18″ Est / 36.567426, 1.904926  
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Tipaza
Localisation de la commune dans la wilaya de Tipaza

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Gouraya

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Gouraya

Gouraya est une agglomération côtière chef lieu de commune de la wilaya de Tipaza en Algérie.

Elle est également siège d'une daïra.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La ville de Gouraya est situé à l'ouest de la wilaya de Tipaza, à 28 km de Cherchell et à 60 km à du chef lieu de wilaya sur la RN11.

Communes limitrophes de Gouraya
Larhat Mer Méditerranée Messelmoun
Aghbal Gouraya Messelmoun
Aghbal Messelmoun Messelmoun

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville est bâtie sur le piémont septentrional des monts du Dahra, en bordure de la mer Méditerranée.


Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Les Phéniciens, grands navigateurs et marchands, accostaient souvent à Gouraya, qui était une sorte de comptoir pour procéder au troc et d'échanges de marchandises. Les traces d'un port à la sortie ouest de la ville montrent bien une configuration assez typique de cette époque. Les fouilles entreprises dans les années 1970, à l'occasion de la construction d'un stade, ont d'ailleurs révélé des ruines et pièces archéologiques typiques de cette époque. Ce comptoir avait un représentant permanent des Phéniciens, qui a appris à parler la langue locale et qui nommait les gens de Gouraya par Iyourayenes.

Durant la colonisation française, Gouraya était une commune de plein exercice créée entre 1872/1881.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Anciennement Gunugu (phénicienne), Bresk (romaine), Barchek (arabe) et Cap Larrès (française), le nom berbère de Gouraya est Iyourayene (Ayour = la lune) synonyme:les luniers, القمريون, traduction : Les adeptes de la lune.

Les habitants de cette région, à l'instar de beaucoup d'autres populations dans le bassin méditerranéen, adulaient à l'époque ancienne (jusqu'à la moitié du Ier siècle ap. J.-C.) des forces de la nature comme le soleil, le vent, le feu, etc... Les populations de Gouraya avaient comme dieu la Lune.


Administration[modifier | modifier le code]

Depuis le découpage administratif de 1984, la commune de Gouraya est composée des localités suivantes[2] :

  • Beni Ali
  • Beni Rached Ouest
  • Gouraya Centre
  • Mahaba
  • Sadouna

La daïra , elle, regroupe les communes de Messelmoun et Aghbal.

Économie[modifier | modifier le code]

Port de pêche et station balnéaire,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Recensement 2008 de la population algérienne, wilaya de Tipaza, sur le site de l'ONS.
  2. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Tipaza, page 1570.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Achour Cheurfi, Dictionnaire des localités algériennes, Editions Casbah, Alger, 2011