Koléa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Koléa
Mairie de Koléa
Mairie de Koléa
Noms
Nom algérien القليعة
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Tipaza
Daïra Koléa
Président de l'APC Hemaidi Zourgui Djillali[réf. nécessaire]
2012-2017
Code postal 42003 Koléa
42034 Kolea Hai Billal
Code ONS 4235
Démographie
Gentilé Koléatien
Population 54 401 hab. (2008[1])
Densité 1 420 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 38′ 26″ N 2° 45′ 54″ E / 36.640463, 2.7649536° 38′ 26″ Nord 2° 45′ 54″ Est / 36.640463, 2.76495  
Altitude Min. 8 m – Max. 230 m
Superficie 38,30 km2
Divers
Saint patron Sidi Ali Embarek
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Tipaza
Localisation de la commune dans la wilaya de Tipaza

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Koléa

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Koléa

Koléa (en arabe: القليعة), est une commune de la wilaya de Tipaza en Algérie. Située à 28 km au sud-ouest d'Alger, sur une collines dominant la plaine de la Mitidja. Fondée au XVIe siècle à l'emplacement d'un établissement romain connu sous le nom de " Casae Calventi " pour accueillir les maures expulsés d'Espagne. Avec ses 54 401 habitants en 2008, elle est la commune la plus peuplée de la wilaya de Tipaza.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Koléa est située au nord-est de la wilaya de Tipaza, à environ 28 km au sud-ouest d'Alger[2], 40 km à l'est de Tipaza et 18 km au nord de Blida.

Elle se situe à la fois dans le prolongement Ouest de l’aire métropolitaine d’Alger, à la croisée des chemins entre Alger, Blida et Tipaza, donnant à la fois sur la Mitidja et sur la mer.

Communes limitrophes de Koléa
Fouka Fouka Douaouda
Chaiba Koléa Mahelma (wilaya d'Alger)
Chaiba Ouled El Alleug (wilaya de Blida) Ben Khellil (wilaya de Blida)

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

Koléa est située sur le revers méridional du Sahel à 130 mètre d'altitude, entre la Méditerranée dont elle est distante de 6 km et la plaine de la Mitidja[3]. Le territoire de la commune est constitué de deux plaine, une haute située sur le Sahel algérois où se située la ville et une seconde, basse au niveau de la Mitidja, occupée par de vastes champs agricoles.

Les deux plaines sont séparées par l'Oued Mazafran qui traverse d'est en ouest. Un second cours d'eau, l'Oued Fatis la borde au sud-est. À l'Est se trouve le bois Moctaa Kheira, peu à peu rattrapé par l'extension de la ville.

Climat[modifier | modifier le code]

Koléa se caractérise par un climat méditerranéen, doux en hiver et chaud en été.

Nuvola apps kweather.png Données climatiques à Koléa.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 7,6 7,9 9,6 11,2 13,8 17,3 20,2 20,9 19,5 15,3 11,1 8,8
Température moyenne (°C) 11 11,7 13,4 15,3 18,1 18,1 24,3 25,3 23,2 19,1 14,7 12,1
Température maximale moyenne (°C) 14,4 15,4 17 19,2 22,3 25,7 28,5 29,4 27 22,9 18,3 15,2
Précipitations (mm) 52 84 47 52 43 13 8 13 24 39 48 52
Nombre de jours avec précipitations 9 8 8 8 7 4 3 4 6 7 8 8
Source : Chinci, statistiques sur 20 ans[4].
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
14,4
7,6
52
 
 
 
15,4
7,9
84
 
 
 
17
9,6
47
 
 
 
19,2
11,2
52
 
 
 
22,3
13,8
43
 
 
 
25,7
17,3
13
 
 
 
28,5
20,2
8
 
 
 
29,4
20,9
13
 
 
 
27
19,5
24
 
 
 
22,9
15,3
39
 
 
 
18,3
11,1
48
 
 
 
15,2
8,8
52
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Transports[modifier | modifier le code]

Deux routes nationales s'y croisent, la RN69 qui va de Douaouda à Blida et la RN67 qui ceinture la Mitidja par le nord allant de Boufarik à Cherchell .

De par sa position géographique, Koléa est un véritable carrefour routier. De ce fait, la ville possède une grande gare routière qui assure des liaisons vers le côté Ouest de la capitale ( Zeralda 10 Km , Chéraga 16 Km , Douera, Alger-Centre 28 Km , etc.) et une autre gare qui assure des liaisons vers Blida, Boufarik, Bousmail, Khemis Miliana, Chlef, etc. En plus des liaisons vers les villes limitrophes Fouka, Douaouda, etc.

Entre 1900 et 1936, la ville était desservie par les chemins de fer.

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

En 1984, la commune de Koléa est constituée des localités et domaines suivants[5] : Koléa, Mouaz, Rond Point du Mazafran (avec neuf domaines autogérés)

L'agglomération chef-lieu est la ville de Koléa en conurbation avec Ali Amari qui dépend de la commune de Fouka. Deux agglomérations secondaires, la Cité Billal (Mouaz) anciennement appelée Zoud El Abbes puis Saint-Maurice et Mazafran.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine de son nom est attribué au mot arabe el-kalaâ et signifie « fortin », elle était également orthographiée à l'époque coloniale : Coléa, Koléah ou Coléah[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Période ottomane[modifier | modifier le code]

La ville de Koléa a été fondée en 1550 par Hassan Pacha pour accueillir les Maures expulsés d'Andalousie[3]. En 1825, Koléa est détruite par un tremblement de terre[3] et immédiatement reconstruite.

Période de la colonisation française[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2011). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Après la prise d'Alger, le 5 juillet 1830, l'administration française d’occupation commence à réfléchir aux moyens permettant de renforcer sa présence et de lui donner une assise. C'est ainsi que les Français sont amenés, à l’époque du général Pierre Berthezène (nommé gouverneur le 20 juillet 1831) à adopter une politique d’apaisement. Berthezène désigne el Hadj Mahieddine Es S'ghir ben Embarek, cheikh de la zaouïa de Koléa, à la fonction d’agha des Arabes compte tenu de l’autorité et de l'influence dont celui-ci jouissait auprès des habitants de la Mitidja afin qu’il soit l’intermédiaire entre ceux-ci et le gouverneur français. El Hadj Mahieddine accepte la mission d’assurer la sécurité autour de Koléa, de Bou Ismaïl et dans la partie de la Mitidja situé à proximité. Mais il pose une condition : que les Français ne sortent pas de la banlieue d’Alger.

Le duc de Rovigo, Anne Jean Marie René Savary, qui remplace Pierre Berthezène au poste de gouverneur général en 1832, se persuade qu’El Hadj Mahieddine pousse les musulmans à s’insurger. Il fait arrêter des membres de sa famille, en particulier son neveu Mohammed Ben Allel[7]. Il impose une lourde indemnité à la ville de Koléa que les troupes du corps expéditionnaire n’avaient pas encore occupée. En 1833 Théophile Voirol, nommé nouveau gouverneur général après la mort de Rovigo, fait libérer les membres de la famille d’El Hadj Mahieddine et les fait reconduire à Koléa sous escorte militaire. Il restitue même une bonne partie de l’amende. El Hadj Mahieddine et sa famille se sont alliés à l’Émir Abdelkader qui nomme Mohammed ben Allal à Miliana au poste de khalifa[7] pour le Zaccar et le haut Cheliff.

Mars 1838 : le Colonel Lamoricière occupe la ville de Koléa avec, notamment, les 3 premiers bataillons de Zouaves constitués par la France quelques années auparavant[8].

1872 : suite à la guerre franco-prusienne de 1870-1871, le 1er régiment de zouaves, initialement stationné à Alger, est recréé à Koléa. Il y tenait encore garnison en 1886.

1939 : la ville reçoit la visite du Duc d'Orléans.

Période post-indépendance ( 1962 - à nos jours )[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1858 1865 1884 1892 1897 1902 1960 1987 1998
2 637 2 549 4 267 4 461 4 988 4 503 21 963 33 115 42 678
2008 - - - - - - - -
54 401 - - - - - - - -
(Source : recensement [9],[10],[11],[12],[13])


Populations des différentes agglomérations en 1987 : Koléa, 33 115 hab.

Populations des différentes agglomérations en 1998 : Koléa, 50 082 hab. (en conurbation avec Ali Amari et 39 774 seule); Haï Billal, 1 641 hab. ; Mazafran, 1 263 hab.[14]

Populations des différentes agglomérations en 2008 : Koléa, 61 643 hab. (en conurbation avec Ali Amari)[15]

Administration et politique[modifier | modifier le code]

La commune de Koléa est créée le 6 août 1844 dans le cadre du commissariat civil, elle fut érigée en commune de plein exercice par décret du 21 novembre 1851 incluant Douaouda, Fouka, Zeralda, Castiglione et Tefeschoun[16]. Koléa faisait partie de l'arrondissement de Blida, elle deviendra chef-lieu de Daïra dans la Wilaya de Blida créée en 1974 avant qu'elle ne soit transférée dans la Wilaya de Tipaza créée en 1984.

Liste des présidents d'APC successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2002 2007 Achour Abdenour    
2007 2012 Abdenaceur Houari    
2012 2017 Djillali Hemaidi Zourgui Alliance Algérie Verte  

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie 

Koléa possède au sud une zone industrielle appelée Mazafran[17].

Banques 

Un important marché de véhicules d'occasion se tient chaque Mardi en dehors de la ville.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

soirée andalouse à Koléa.
Musique 

La ville possède trois associations de musique andalouse : Dar El Gharnatia[18], El Bachtarzia et El Fen El acil. Elle est connue également par la musique chaâbi , dont elle est représentée par le chanteur cheikh M'Hamed Bourahla[19]. À l'instar d'autres anciennes villes de garnison turque, la musique zorna est omniprésente dans la célébration des mariages et les fêtes religieuses[20].

En outre des festivals organisés fréquemment par les associations locales, la ville abrite chaque année un important festival international de musique andalouse[21].

Il y avait aussi à une certaine époque, une école de Châabi appelée " El-Bassatine".

Théâtre 

Koléa possède également une troupe théâtrale, le Mouvement théâtral de Koléa (MTK), créé en 1990[22].

Les journées théâtrales " Masrah el Fordja " de Koléa sont tenues chaque année dans la ville[23].

Artisanat 

La ville abrite plusieurs activités artisanales, dont la fabrication de meubles en rotin ou en osier, ma'zhar (eau d'oranger ) ou el Chbika[24] ainsi que les petits métiers des femmes au foyer : broderie (fetla, s'radja), crochet, tricot (m'chakel) et vannerie[6].

Patrimoine 

La zaouïa de Sidi Ali Embarek a été fondée par Sidi Ali Embarek[25], saint du XVIIe siècle, originaire de la plaine de Ghriss[2] et enterré dans la zaouïa, sur laquelle on a élevé plus tard une koubba, devenue un lieu de pèlerinage[25]. La mosquée El-Attik est la plus ancienne mosquée de la ville, elle fut construite au XVIIIe siècle.

Les Turcs font construire quatre blockhaus dans la ville pour surveiller la pleine de la Mitidja et les alentours, il n'en reste aujourd'hui qu'un seul qui se trouve dans le quartier de tombourouf.

L'imposant hôtel de ville a été construit entre 1896 et 1900.

En plus des mosquées, il y avait également à l'époque coloniale une église catholique, un temple protestant et une synagogue, aujourd'hui tous disparus.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Koléa compte une dizaine d'écoles primaires et collèges ainsi que quatre lycées.

La ville est dotée aussi d'écoles et d'instituts dont :

  • l’École Supérieure des Transmissions ( école militaire )
  • l’École Nationale des Impôts
  • l'Institut d’Économie Douanière et Fiscale ( IEDF)

d'autres importantes écoles sont en voie de réalisation[26],[27] :

  • l’École supérieure de magistrature
  • l'Institut national du commerce (INC)
  • l’École supérieure du commerce (ESC)
  • l'Institut national de la planification et des statistiques (INPS)
  • l’École supérieure de management (ESM)
  • le Centre National de la Photographie d’Art
  • l’École nationale de l'administration pénitentiaire
  • l’École Nationale de Football

Sport[modifier | modifier le code]

La commune possède un stade semi-olympique avec un terrain principal en gazon naturel et trois terrains de réplique, un stade communal et une piscine semi-olympique.

Le principal club de football de la ville est l'ESM Koléa, fondé en 1936 ainsi qu'une équipe de Hand_ball fondée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008, communes de la wilaya de Tipaza, sur le site geohive.com.
  2. a et b Une ville, une histoire : La légende de Sidi Ali Embarek (1re partie), Info Soir du 29/10/2006.
  3. a, b et c Marc Côte, Guide d'Algérie : paysages et patrimoine, Média-Plus,‎ 1996, 319 p. (ISBN 9961-922-00-X), p. 21
  4. « Temperatures in Koléa, Algeria », sur www.chinci.com (consulté le 17 janvier 2013).
  5. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret no 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Tipaza, page 1570.
  6. a et b Koléa : Aux senteurs de ramadan, Info Soir du 01/11/2005.
  7. a et b Mon beau pays : Koléa (II), Info Soir du 03/02/2008.
  8. Formation des régiments de Zouaves
  9. (en) the People's Democratic Republic of Algeria - Mila(Geohive)
  10. Indicateur général de l'Algérie ou Description géographique, statistique et historique de toutes les localités dans ses trois provinces (2e édition entièrement refondue) / par Victor Bérard,... -Bastide (Alger)-1858 p.270
  11. Tableau général ... des communes de plein exercice, mixtes et indigènes des trois provinces (territoire civil et territoire militaire) : avec indication du chiffre de la population et de la superficie / Gouvernement général de l'Algérie, Direction générale des affaires civiles et financières - 1897, p.132
  12. Tableau général ... des communes de plein exercice, mixtes et indigènes des trois provinces (territoire civil et territoire militaire) : avec indication du chiffre de la population et de la superficie / Gouvernement général de l'Algérie, Direction générale des affaires civiles et financières - 1902, p.143
  13. Congrès de la colonisation rurale. 3, Monographies algériennes : Alger 26-29 mai 1930 / [organisé par le] Comité de l'Afrique française -Ancienne impr. V. Heintz (Alger), p.234
  14. Dictionnaire des localités algériennes, Achour Cherfi, Casbah éditions, p. 528
  15. ONS, 5e RGPH - 2008 - Armature Urbaine - Collections Statistiques no 163/2011 Série S : Statistiques Sociales, p. 117 [PDF]
  16. Dictionnaire de la législation algérienne, code annoté et manuel raisonné des lois, ordonnances, décrets, décisions et arrêtés : publiés au "Bulletin officiel des actes du gouvernement". 1 / par M. P. de Ménerville… -Bastide (Alger)-1867-1872 p. 175
  17. Zone industrielle dites-vous ?, Le Soir d'Algérie du 07/02/2011.
  18. Koléa : Dar El Gharnatia, une valeur culturelle sûre, El Watan du 03/05/2012.
  19. Artiste du jour : Cheikh El Hadj M'Hamed Bourahla, El Watan du 24/10/005.
  20. Réminiscence - Boualem Titiche, grand maître de la «Zorna» : Le souffleur de mélodies, Horizons du 17/08/2010.
  21. 4e édition du festival culturel de musique andalouse : koléa capitale maghrebine, sur le site du Mon Journal du 30/11/2012.
  22. Le mouvement théâtral de Koléa (MTK) : Une nouvelle pièce sur le désespoir des jeunes, El Watan du 13/04/2009.
  23. http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/2981
  24. Koléa, «La Mecque» du rotin et de l’osier, Le soir d’Algérie.
  25. a et b Une ville, une histoire : La légende de Sidi Ali Embarek (4e partie et fin), Info Soir du 01/11/2006.
  26. http://www.infosoir.com/imp.php?id=104418
  27. http://ww.w.algeriesite.com/Info/nieuws.php?id=1176

Articles connexes[modifier | modifier le code]