Geffen Records

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Geffen Records

Description de l'image  Geffen logo.gif.
Filiale Universal Music Group
Fondation 1980
Fondateur David Geffen
Maison de disques Interscope-Geffen-A&M (en) (États-Unis)
Polydor Records (International)
Genre Divers
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Siège New York
Site web Geffen.com

Geffen Records est un label discographique américain, dirigé par Universal Music Group, troisième du groupe Interscope Geffen A&M (en).

Histoire[modifier | modifier le code]

Geffen Records est créé en 1980 par l'homme d'affaire américain David Geffen qui, au début des années 1970, a fondé Asylum Records. Geffen se sépare d'Asylum en 1975 lorsqu'il devient vice-président chez Warner Bros. Pictures. Il est renvoyé de chez Warner aux alentours de 1978, mais son contrat de 5 ans l'empêche d'obtenir un emploi ailleurs. Il revient en 1980 chez Warner Bros. Records pour conclure un contrat qui aidera à la création du label discographique Geffen Records. Le label, dont Warner en possède tous les droits, distribue son catalogue musical au Royaume-Uni, au Canada et aux États-Unis ; Epic Records s'occupe de la distribution dans le reste du monde jusqu'en 1985 lorsque Warner Bros. prend possession de ces territoires. Les gains financiers sont alors équitablement partagés 50/50 entre Geffen et les distributeurs respectifs.

La première musicienne signée au label Geffen Records est Donna Summer, dont l'album certifié disque d'or intitulé The Wanderer est devenu le premier disque distribué par le label en 1980[1]. Le label distribue ensuite Double Fantasy de John Lennon et Yoko Ono. Il s'agit du premier album de Lennon depuis 1975. Deux semaines après son entrée dans les classements musicaux, Lennon est assassiné à New York[2]. Par la suite, l'album est vendu à des millions d'exemplaires, attribuant à Geffen son premier single/album à atteindre la première place des classements ; les droits de l'album sont plus tard obtenu par EMI.

Tandis que les années 1980 passent, Geffen atteint le succès grâce à des musiciens et groupes comme Quarterflash, Oxo, Asia, Wang Chung, Kylie Minogue et Sammy Hagar. À cette même période, le label contenue de recruter nombre de célébrités telles que Elton John, Irene Cara, Cher, Debbie Harry, Don Henley, Joni Mitchell, Neil Young, Peter Gabriel et Jennifer Holliday. À la fin de la décennie, la société se forge une popularité à travers la scène musicale rock, grâce au succès de Whitesnake (aux États-Unis uniquement), The Stone Roses, Guns N' Roses, Tesla, Sonic Youth et les rockeurs des années 1970 d'Aerosmith. Cela mène Geffen à créer un sous-label, DGC Records en 1990 ; qui se focalise plus sur le rock progressif et qui aidera à l'émergence de groupes de rock alternatif et de grunge — comme Nirvana, par exemple. Geffen a également distribué la première incarnation du label Def American Recordings via Warner Bros. de 1988 à 1990.

Acquisition par MCA[modifier | modifier le code]

Une décennie après avoir opéré chez Warner, le contrat de la société arrive à échéance et le label est alors acquis par MCA Music Entertainment (en) (plus tard renommé Universal Music Group) en 1990. Pour David Geffen, ce contrat est estimé à US$800 millions et dure jusqu'en 1995. Suite à cette acquisition, Geffen Records devient l'un des labels indépendants dirigés par MCA. Geffen devient directeur du label en 1995 pour callaborer avec Jeffrey Katzenberg et Steven Spielberg pour créer DreamWorks SKG, un empire multimédia ambitieux spécialisé dans les films, séries télévisées, ouvrages et musiques.

Interscope-Geffen-A&M[modifier | modifier le code]

Universal Music Group acquiert PolyGram en 1999, procédant ainsi à une réorganisation des labels. Geffen Records, dont A&M Records, fusionne alors avec Interscope Records. En 2000, Geffen engage de nouveaux groupes et musiciens tels que Ashlee Simpson, Angels & Airwaves, Snoop Dogg et The Game, qui boostent la popularité du label via Interscope. En 2009, Geffen Records signe un accord avec Holy See pour produire un album composé des chansons et prières catholiques du pape Benedict XVI[3].

Jimmy Iovine relance l'emprunte Geffen en 2011, les bureaux ayant emménagé à New York. Gee Roberson, qui avait travaillé avec Jay-Z, Nicki Minaj et Lil' Wayne en devient président du conseil d'administration[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Keith Caulfield, « Donna Summer's Album Sales Surge, Despite Lack of Availability », sur Billboard,‎ 18 mai 2012 (consulté le 29 décembre 2013).
  2. (en) « “Watching The Wheels” », sur The Pop History Gig (consulté le 29 décembre 2013).
  3. (en) Francis X. Rocca, « Pope signs with same label as Snoop Dogg, Ashlee Simpson », sur USA Today,‎ 31 juillet 2009 (consulté le 31 juillet 2009).
  4. (en) Christopher Morris, « Gee Roberson named chairman of Geffen Records », sur Variety,‎ 21 juin 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]