Organisation des nations et des peuples non représentés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
UNPO
Image illustrative de l'article Organisation des nations et des peuples non représentés

Création 11 février 1991
Type Organisation internationale
Siège La Haye
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Langue(s) Anglais
Membre(s) 42 Peuples et Nations [1]
Secrétaire général Marino Busdachin
(depuis 2003)
Président Ngawang Choephel Drakmargyapon
(depuis 2010)
Site web www.unpo.org

L'Organisation des nations et des peuples non représentés, en anglais Unrepresented Nations and Peoples Organization (UNPO), est une organisation internationale dont les membres sont des peuples autochtones, des minorités et des territoires non-souverains ou occupés.

Elle a été fondée en 1991 à La Haye aux Pays-Bas par 15 peuples et nations non représentés dans le but de disposer d'un lieu d'échanges et de promouvoir au niveau international leurs droits et cultures, tout en participant à la résolution pacifique des conflits les affectant. L'UNPO a dans ses objectifs de leur permettre de participer aux débats dans les organisations internationales, telles que l'ONU[2]. Contrairement à ce que la présence des lettres UN dans son sigle pourrait laisser croire, l'UNPO n'est pas une agence de l'ONU. Ce n'est pas non plus un organisation non gouvernementale (ONG), certains de ses membres étant des gouvernements ou des agences gouvernementales d'États non reconnus (ainsi le gouvernement tibétain en exil).

L’UNPO a inscrit les cinq principes suivants dans ses statuts : l’autodétermination, les droits de l’homme, la démocratie, la non-violence, l’écologie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

C’est en septembre 1990, dans la ville estonienne de Tartu que fut prise la décision politique de créer cette organisation internationale[3].

Le 11 février 1991, la charte de l’UNPO fut signée à La Haye au Palais de la Paix par des membres déclarant représenter l’Arménie, l’Estonie, la Géorgie, le Parti démocratique du Kurdistan et l'Union patriotique du Kurdistan, l'Alliance des peuples de la Cordillère, la Lettonie, le Congrès mondial des Ouïghours, les Palaos, la Fondation taïwanaise pour la démocratie, le Mejlis du peuple tatare de Crimée, le Gouvernement tibétain en exil, la Nouvelle-Guinée occidentale, les Aborigènes d’Australie, la minorité grecque en Albanie[4].

La Haye a été choisi pour le siège UNPO, en raison de sa localisation en Europe et des promesses généreuses de soutien de communauté[5]. L'UNPO a également un bureau à Bruxelles, une représentation à Genève.

Entre 1997 et 1998, deux douzaines de bénévoles du Centre pour la justice au Tibet, en étroite collaboration avec Michael van Walt, alors Secrétaire général de l'UNPO, réalisèrent une étude portant sur 34 régimes autonomes et d'autogouvernance. Cette étude était destinée à aider l'UNPO et les états dans l'analyse et les négociations de relations autonomes à venir[6].

En 1998, le premier Prix Petra Kelly a été attribué à l'UNPO, le Prix de la tolérance en 1991, l'International Social Invention Award et le World Gratitude Day Award en 1992[7].

Pour le journaliste américain Ron Gluckman, « le concept fut mis au point au milieu des années 1980 par Van Walt, conseiller juridique de longue date du dalaï-lama, la militante tibétaine Tsering Jampa et Erkin Alptekin, un dirigeant des Ouighours de la province du Xinjiang » « au service de Radio Free Europe »[8].

Pour le Pr. Samdhong Rinpoché, Tsering Jampa fut l'un des membres fondateurs de l'UNPO qui a commencé avec neuf membres, son secrétariat initial fonctionnant de la salle de séjour de Tsering Jampa[9].

Selon le juriste Barry Sautman, « l'UNPO est un regroupement de séparatistes fondé par le conseiller juridique du dalaï-lama, Michael van Walt van Praag, et dirigé, pendant la majeure partie de son existence, soit par van Walt soit par des séparatistes tibétains ou ouigours »[10].

Buts[modifier | modifier le code]

L'UNPO se donne les buts suivants : affirmer la démocratie comme droit humain fondamental, mettre en œuvre les droits de l'homme, les droits civils et politiques dans le monde, défendre le droit universel à l'autonomie et à l'autodétermination, promouvoir le fédéralisme. Elle déclare vouloir encourager le recours à des méthodes non violentes pour parvenir à des solutions pacifiques aux conflits et à l'oppression. Elle se propose d'aider ses membres à faire respecter leurs droits humains et culturels et à préserver leur environnement. Elle déclare fournir à ses membres un forum et les aider à se manifester au niveau international.

Les membres de l’UNPO ne sont pas représentés diplomatiquement (sinon avec un statut minimal, comme observateur) dans les grandes institutions internationales comme les Nations unies.

L’UNPO a inscrit les cinq principes suivants dans ses statuts :

Financement[modifier | modifier le code]

Selon Ron Gluckman, les membres de l'UNPO doivent s'acquitter d'une contribution de 1 000 dollars américains mais peu en ont les moyens. Même si tous s'en acquittaient, cela ne représenterait que 10 % du budget de l'organisation. La majeure partie de celui-ci est assurée par des gouvernements et des associations caritatives occidentales[11].

L'association publie des informations quant à ses sources de financements, et l'utilisation de ceux-ci[12].

Activités[modifier | modifier le code]

L'UNPO participe à certaines manifestations des Nations unies. Ainsi, elle organisa une conférence à l'occasion de la 52e session de la Commission des droits de l'homme et participa en juillet 1995 à un séminaire de Comité spécial de la décolonisation[13].

Membres[modifier | modifier le code]

Carte[modifier | modifier le code]

Carte des membres de l'UNPO
  •      Anciens membres devenus indépendants
  •      Membres indépendants de facto
  •      Pays ayant un membre
  •      Pays ayant deux membres
  •      Pays ayant trois membres
  •      Pays ayant plus de trois membres

Liste[modifier | modifier le code]

Actuellement l'UNPO englobe 42 membres (les membres fondateurs sont surlignés en bleu).

Membre Date d'affiliation Représenté
Ministère des Affaires étrangères d'Abkhazie 1991-08-06 Abkhazie
Front de la liberté 2008-05-15 Afrikaners
Democratic Solidarity Party of Al-Ahwaz (en) 2003-11-14 Ahwazi
Assyrian Universal Alliance (en) 1991-08-06 Assyrie
Parti national baloutche 2008-03-01 Baloutchistan
Community of Indigenous Peoples of Rwanda 1993-01-17 Batwa
Chin National Front 2001-07-15 Chin
United People's Party of the Chittagong Hill Tracts (JSS) 1991-08-06 Chittagong Hill Tracts
International Circassian Association 1994-04-16 Circassie
Cordillera Peoples' Alliance 1991-02-11 Cordillera
Mejlis of the Crimean Tatar People (en) 1991-02-11 Tatars de Crimée
Congrès mondial des Ouïghours 1991-02-11 Turkestan oriental
Gilgit–Baltistan Democratic Alliance 2008-09-20 Gilgit-Baltistan
Initiative de Résurgence du Mouvement Abolitionniste en Mauritanie (IRA) 2011-09-18 Haratins
Hmong ChaoFa Federated State 2007-02-02 Hmong
Union démocrate magyare de Roumanie 1994-07-30 Minorité hongroise en Roumanie
Parti du peuple de Mongolie intérieure 2007-02-02 Mongolie-intérieure
Parti démocratique du Kurdistan en Iran 2007-02-02 Kurdistan iranien
Parti démocratique du Kurdistan et Union patriotique du Kurdistan 1991-02-11 Kurdistan irakien
Dr. Muzaffer Arslan 1991-08-06 Turkmènes irakien
Khmers Kampuchea-Krom Federation 2001-07-15 Khmer Krom
Ligue démocratique du Kosovo 1991-08-06 Kosovo
Federal Lezgin National Cultural Autonomy (FLNCA) [14] 2012-07-07 Lezgin
Mapuche Inter-Regional Council 1993-01-19 Mapuche
Front Moro islamique de libération 2010-09-26 Moro
Montagnard Foundation, Inc. 2003-11-14 Degar-Montagnards
National Socialist Council of Nagaland (en) 1993-01-19 Nagalim
Front national de libération de l'Ogaden 2010-02-06 Ogaden
Mouvement pour la survie du peuple Ogoni 1993-01-19 Ogoni
Front de libération Oromo 2004-12-19 Oromos
Captains Council 2007-02-02 Basters de Rehoboth
World Sindhi Institute 2002-01-19 Sindh
Government of Somaliland 2004-12-19 Somaliland
Government in Exile of the Republic of South Moluccas 1991-08-06 République des Moluques du Sud
Southern Azerbaijan National Awakening Movement (en) 2007-02-02 Azerbaïdjan du Sud
Southern Cameroon national council 2004-12-19 Ambazonie
Taiwan Foundation for Democracy (en) 1991-02-11 Taïwan
Gouvernement tibétain en exil 1991-02-11 Tibet
Udmurt Council (Udmurt Kenesh) 1993-01-17 Oudmourtie
Dabalorivhuwa Patriotic Front 2003-11-14 Vhavenda
Parti national baloutche 2005-06-26 Baloutchistan occidental
Zanzibar Democratic Alternative, in cooperation with the Civic United Front 1991-08-06 Zanzibar

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Anciens membres qui ont retiré leur adhésion pour d'autres raisons:
    • Flag of Aceh.svg Aceh adhésion 6 août 1991, retrait 1er mars 2008; accord conclu avec l'Indonésie en 2005
    • Flag of Albania.svg Albanais de Macédoine adhésion 16 avril 1994, retrait 1er mars 2008; accord conclu avec la République de Macédoine en 2001
    • Flag of Bashkortostan.svg Bachkirie adhésion 3 février 1996, retrait 30 juin 1998
    • Bougainville adhésion 6 août 1991, retrait 1er mars 2008; accord conclu concernant l'autonomie avec Papouasie-Nouvelle-Guinée en 2000
    • Flag of Chuvashia.svg Tchouvachie adhésion 17 janvier 1993, retrait 1er mars 2008
    • Flag of Gagauzia.svg Gagaouzie adhésion 16 avril 1994, retrait 1er décembre 2007; accord conclu concernant l'autonomie avec Moldavie en 1994
    • Flag of Ingushetia.svg Ingouchie adhésion 30 juillet 1994, retrait 1er avril 2008
    • Flag of the Kumukh people.png Kumyk adhésion 17 avril 1997, retrait 1er mars 2008
    • Pine Ridge Flag.svg République Lakota adhésion 30 juillet 1994, retrait 1er décembre 2007
    • Flag of French Polynesia.svg Maohi adhésion 30 juillet 1994, retrait 1er décembre 2007
    • Nuxalk adhésion 23 septembre 1998, retrait 1er mars 2008
    • Rusyn adhésion 23 septembre 1998, retrait 1er décembre 2007
    • Sakha adhésion 3 août 1993, retrait 30 juin 1998
    • Talysh adhésion 26 juin 2005, retrait 1er mars 2008
    • Tatarije adhésion 11 fevrier 1991, retrait 1er mars 2008

Membres suspendus[modifier | modifier le code]

Liste de dirigeants[modifier | modifier le code]

Précédents secrétaires généraux

Directeur exécutif

Présidents de l'assemblée générale

Présidents

Publications[modifier | modifier le code]

  • China's Tibet: The World's Largest Remaining Colony : Report of a Fact-finding Mission and Analyses of Colonialism and Chinese Rule in Tibet, Unrepresented Nations and Peoples Organization, Tibet Support Group Nederland, Campagne internationale pour le Tibet, Éditeur Unrepresented Nations and peoples Organization, 1996, 83 pages

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Répartition géographique des membre sur le site de l'UNPO.
  2. Unrepresented Nations and Peoples Organization, op. cit., p. 28
  3. (en) Memorandum of Understanding 1990, site Unpo.ee.
  4. (en) Unrepresented Nations and Peoples Organization, Unrepresented Nations and Peoples Organization: yearbook, Martinus Nijhoff Publishers, 1997 (ISBN 9041104399), p. 4.
  5. (en) Ron Gluckman, op. cit.
  6. (en) Eva Herzer, The Practice of Autonomous and Self-Government Arrangements in Tibet Autonomous and Self-Government: Myth or Reality?, eds Tibetan Parliamentary & Policy Research Centre. New Delhi, India, 2000, p. 82.
  7. (en) Mary Kate Simmons, Unrepresented Nations and Peoples Organization: yearbook, Martinus Nijhoff Publishers, (ISBN 904110223X), p. 388
  8. (en) Ron Gluckman, World's wanna-be republics find a home with UNPO, sur le site Ron Gluckman in Cyberspace (Asiaweek Magazine [...] ran a shorter version of this story in 1998) : « The concept was conceived in the mid-1980s by three opponents of Chinese imperialism: Van Walt, longtime lawyer for the Dalai Lama, Tibetan activist Tsering Jampa and Erkin Alptekin, a leader of the Uighurs of Xinjiang Province [who] spent 25 years with Radio Free Europe. »
  9. (en) Samdhong Rinpoché,The Issuse of Tibet, World Tibet News, 13 mai 1994
  10. (en) Barry Sautman, “All that Glitters is Not Gold”: Tibet as a Pseudo-State, in Maryland Series in Contemporary Asian Studies, No 3-2009, téléversable sur le site cctr.ust.hk : « the Unrepresented Nations and Peoples Organization (UNPO), an agglomeration of separatists founded by the Dalai Lama’s legal advisor Michael van Walt van Praag and headed, through most of its existence, by either van Walt or Tibetan and Uygur separatist leaders ».
  11. Ron Gluckman, op. cit. : « Members are assessed annual dues of US$1,000, but many have no means to pay. Even if all did, this would bring in just 10 percent of the current UNPO budget. Most comes from western governments and charities. »
  12. J. Atticus Ryan, Christopher A. Mullen, Unrepresented Nations and Peoples Organization: yearbook Volume 3 de Unpo, Martinus Nijhoff Publishers, 1998, (ISBN 9041110224), p. 336
  13. Unrepresented Nations and Peoples Organization, op. cit., p. 166
  14. (en) Although it is not in the UNPO website, World Statesmen lists it as part of the UNPO, accepted in 7 Jul 2012. This source is reliable because it lists suspended members who have been removed from the Official UNPO Members List by July 7.
  15. International Organizations N - W

Liens externes[modifier | modifier le code]