Mouvement pour un Aceh libre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drapeau de l'ANSLF

Le Mouvement pour un Aceh libre, en indonésien Gerakan Aceh Merdeka ou GAM, également appelé Aceh Sumatra National Liberation Front (ASNLF), est une organisation séparatiste qui lutte pour l'indépendance de la province indonésienne d'Aceh à la pointe nord de l'île de Sumatra. L'aile armée de l'organisation a été officiellement dissoute à la suite de l'accord de paix signé en août 2005 entre le GAM et le gouvernement indonésien.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

En 1908, le gouvernement colonial des Indes néerlandaises proclame la fin d'une guerre de « pacification » en Aceh qui avait débuté en 1878. En réalité, des actions de résistance persisteront jusqu'au débarquement des Japonais dans l'archipel en 1942 et la reddition des troupes coloniales néerlandaises. Aceh n'ayant jamais été formellement intégré aux Indes néerlandaises, l'opinion séparatiste soutient que la proclamation de l'indépendance de l'Indonésie en 1945 ne concernait pas l'ancien sultanat d'Aceh, dont la population aurait dû être consultée pour une adhésion à la République d'Indonésie.

Pour calmer les velléités séparatistes d'Aceh, le gouvernement de Jakarta lui accorde un statut spécial en 1959 autorisant une prééminence du droit musulman. Le caractère autoritaire du régime Soeharto, combinée à l'insatisfaction de voir le peu de retombée de l'exploitation par la compagnie américaine Mobil du champ gazier d'Arun et des ventes du gaz naturel liquéfié (GNL) au Japon, amène Hasan di Tiro, descendant de Teungku Chik di Tiro (en), un dirigeant de la résistance aux Hollandais, à créer le GAM le 24 décembre 1976 et à proclamer l'indépendance d'Aceh.

Aux premières élections libres organisées en Aceh le 11 décembre 2006, sous supervision internationale, pour le poste de gouverneur de la province, Irwandi Yusuf, membre du GAM, âgé de 46 ans, est arrivé en tête avec près de 39 % des voix, contre un concurrent qui, avec 15 à 17 % des voix, se trouve en dessous du seuil de 25 % permettant de participer à un second tour. Le scrutin s'est déroulé dans le calme et le président Yudhoyono a reconnu son issue [1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Monde du 13 décembre 2006.

Sur les autres projets Wikimedia :