Oromos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oromo.

Oromos

Description de cette image, également commentée ci-après

Propriétaire oromo
supervisant la récolte de blé (centre de l'Éthiopie)

Populations significatives par région
Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie 26 millions (2007)[1]
Drapeau du Kenya Kenya 0,5 million (Borana, Gabbra, Sakuye)
Population totale Plus de 30 millions
Autres
Langues

Afaan Oromo

Religions

islam sunnite, christianisme orthodoxe monophysite, protestantisme, culte Waq

Les Oromos sont des habitants de la Corne de l'Afrique qui vivent principalement dans la région fédérée Oromia de l'Éthiopie et dans le Nord du Kenya. Ils sont souvent assimilés aux « Gallas », ancien terme péjoratif qui n'est plus utilisé, sans que la correspondance soit totale.

Habitation Oromo en Éthiopie
Guerrier oromo, vers 1900

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources, on observe plusieurs variantes : Ilma Orma, Oremon, Orma[2], Oromata, Oromo[3], sans compter les dépréciatifs (Gala, Galla, Gallas, Gallinyas…).

Population[modifier | modifier le code]

Selon le recensement de 1994[4], les Oromos représentent 32,1 % de la population éthiopienne, soit plus de 26 millions de personnes. Ils seraient numériquement la plus importante entité du pays devant les Amharas (30,1 %). Le recensement de 2007 confirme cette tendance avec 34,5 % d'Oromos et 26,9 % d'Amharas [4]. En y ajoutant les Oromos vivant hors d'Éthiopie, on peut estimer leur nombre total à environ 30 millions[réf. nécessaire].

Langue[modifier | modifier le code]

Les Oromos parlent l'afaan oromo ou oromiffa, une langue couchitique qui connaît des variations locales[5]. Des locuteurs de l'oromiffa sont présents dans plusieurs pays de la Corne de l'Afrique, en particulier l'Éthiopie, Djibouti, la Somalie et le Kenya.

Religions[modifier | modifier le code]

Environ la moitié des Oromos sont musulmans, un quart sont chrétiens orthodoxes, le reste est partagé entre protestants (y compris évangéliques) et le culte Waq[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Oromos sont peut-être originaires du nord du Borana[6] ou du Balé[7], en tout cas du sud de l'Éthiopie. Ils entament au XVIe siècle une «migration pastorale»[8] vers des territoires septentrionaux, facilitée par les ruptures occasionnées par les conquêtes de Ahmed Gragn. Au cours de ce processus, ils agglomèrent et acculturent les populations locales[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Summary and Statistical Report of the 2007 Population and Housing Census Results, p. 16 [1]
  2. (en) Günther Schlee, « Who are the Orma? The problem of their identification in a wider Oromo framework », in Working Paper no 170, Bielefeld University, Sociology of Development Research Centre, 1992
  3. Source RAMEAU, BnF [2]
  4. a, b et c Recensement de 1994 sur le site de la CIA.
  5. (en) Fiche langue, dans la base de données linguistique Ethnologue
  6. Lewis [1966].
  7. Mohamed Hassen [1994], chapitre 1. Lewis [1966] signale que, selon d’Almeida, ils arrivent dans le Bale en 1537.
  8. a et b «During the pastoral Oromo migration to and the settlement in the Gibe region, the indigenous people were mainly absorbed and assimilated, and in the process the Oromo population expanded rapidly», Mohamed Hassen [1994], p. 196.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Azais (P.), Chambard (R.), « Folklore Oromo », Revue d’ethnographie, no 22, 1925, p. 124-135.
  • Baxter (Paul), Hultin (Jan), Triulzi (Alessandro), éd. Being and Becoming Oromo. Historical and Anthropological Enquiries, Uppsala, 1996, 311 p.
  • Borelli (Jules), Éthiopie méridionale journal de mon voyage aux pays Amhara, Oromo et Sidama, septembre 1885 à novembre 1888, Ancienne maison Quantin, libr.-impr. réunies, 1890, voir en ligne sur Gallica.
  • Gascon (Alain), « Comment peut-on être Oromo ? », Bulletin des études africaines, 1988, vol. 8, no 16, p. 109-124.
  • (en) Lewis (Herbert S.) [1966], «The Origins of the Galla and Somali», The Journal of African History, vol. VII, no 1, p. 27-46 [www.jstor.org/stable/179457].
  • Martial de Salviac (P.), Un peuple antique au pays de Ménélik. Les Galla (dits d’origine gauloise), grande nation africaine, H. Oudin, Paris, sans date (ca 1901).
  • Mohamed Hassen, The Oromo of Ethiopia, A History 1570-1860, New Jersey, Red Sea Press, 1994 (1re éd. 1990, Cambridge UP), XVIII + 253 p.
  • Osmond (Thomas), Possession, identités et nationalismes oromo : le cas des dignitaires religieux Qaalluu en Éthiopie, thèse d'anthropologie de l'université de Provence, 2004, 506 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :