Peuple isolé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte montrant les pays où se trouvent des peuples isolés.

Un peuple isolé, est un peuple qui vit en autarcie, sans échange d'aucune sorte avec d'autres peuples, d'autres civilisations, et - depuis son déploiement - avec la civilisation moderne. Des raisons historiques, voire environnementales (relief accidenté, montagneux, hostile ; difficulté de se déplacer dans la forêt primaire par exemple) sont des facteurs favorables à l'isolement, mais s'y ajoute généralement une volonté collective de préservation d'un mode de vie ou des coutumes.

La prise de contact est extrêmement difficile, voire dangereuse pour ceux qui la recherchent, mais aussi pour les individus du peuple en question qui peuvent n'avoir développé aucune immunité contre les germes pathogènes des explorateurs ou visiteurs.

Exemples historiques qui nous sont parvenus[modifier | modifier le code]

Situation au 21e siècle[modifier | modifier le code]

Au 21e siècle, la plupart des peuples isolés connus, car au moins entr'aperçus, se trouvent dans des zones densément boîsées : en Amérique du Sud, dans la forêt amazonienne, et dans l'île de Nouvelle-Guinée, peuplée par les Papous, partagée entre les États d'Indonésie et de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Entre autres peuples humains particulièrement isolés, en terme sociologique, on compte les peuples andamanais des îles Andaman de l'océan Indien, qui sont aussi par ailleurs considérés comme des isolats génétiques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Tasaday, population isolée des Philippines médiatisée en 1971 mais dont l'existence réelle demeure contestée.