Inter caetera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Inter caetera
Blason du pape Alexandre VI
Bulle du pape Alexandre VI
Date 4 mai 1493
Sujet Attribution à l'Espagne de toutes les terres situées à l'ouest et au sud d'un méridien à 100 lieues à l'ouest ou au sud de toutes les îles des Açores et du Cap-Vert.

Inter Caetera est une bulle pontificale émise par le pape Alexandre VI, le 4 mai 1493. Cette bulle donnait à l'Espagne toutes les terres à l'ouest et au sud d'un méridien à 100 lieues (418 km) à l'ouest ou au sud de toutes les îles des Açores et du Cap-Vert, (soit à 36°8'W). Déjà dans la bulle Aeterni regis le pape avait donné au Portugal tous les territoires de l'Afrique et le droit de s'approprier toutes les terres nouvelles que les Portugais découvraient à condition de les évangéliser. Le Traité de Tordesillas entre l'Espagne et le Portugal en 1494 changea un peu la ligne de démarcation, à 39°53'W.

En 1533, le roi de France François Ier demanda au pape Clément VII de changer la bulle en faveur de la France. Le pape précisa donc que la bulle n'affecte que les territoires occupés par l'Espagne ou le Portugal, toutes les terres nouvelles non occupées pouvant être réclamées par d'autres monarques chrétiens.

Genèse[modifier | modifier le code]

L'arrivée de Colomb à ce qui était supposé être l'Asie, dans les mers occidentales, en 1492, créa une instabilité dans les rapports entre le Portugal et l'Espagne qui s'étaient disputés durant de nombreuses années pour des positions et des possessions coloniales le long de la côte africaine. Le roi de Portugal prétendait que la découverte de Colomb se trouvait dans les limites établies par les bulles papales de 1445, 1456, 1479. Le roi et la reine d'Espagne le niaient et souhaitaient une nouvelle bulle sur le sujet. Le pape Alexandre VI né à Valence et ami du roi d'Espagne répondit par trois bulles datées des 3 et 4 mai 1493 qui étaient très favorables à l'Espagne. La troisième s'appelle Inter caetera.

Quelles terres ?[modifier | modifier le code]

La ligne de partage selon la bulle Inter cætera (en pointillés), selon le traité de Tordesillas (en violet), et son prolongement selon le traité de Saragosse (en vert).

Cette bulle garantit à l'Espagne (les couronnes de Castille et d'Aragon) tous les territoires « à l'ouest et au sud » d'une ligne de pôle à pôle à 100 lieues à l'ouest de toutes les îles des Açores ou du Cap-Vert.

Toutefois, la ligne de démarcation ne saurait être un simple méridien car aucun territoire ne peut être « au sud » d'un méridien. Il pourrait s'agir de deux segments de méridiens, l'un s'étendant vers le nord à partir d'un point situé à l'ouest des Açores et l'autre s'étendant vers le sud à partir d'un point situé au sud des îles du Cap-Vert, ces deux points étant reliés par un segment nord-nord-ouest—sud-sud-est. Il pourrait aussi s'agir d'une ligne partant du sud-ouest des îles pour s'étendre nord-nord-est—sud sud-est. Cette ligne en rumb relierait les deux pôles en traçant une spirale.

La bulle ne précise pas que les territoires situés à l'est de la ligne reviennent au Portugal, qui n'avait atteint le sud de l'Afrique qu'en 1488 et n'atteindra les Indes qu'en 1498. Ces terres étaient « à découvrir » au-delà de celles de la côte occidentale de l'Afrique jusqu'à la Guinée, qui avait été donnée aux Portugais en 1481 par la bulle de Aeterni regis, ratifiant le traité d'Alcaçovas. En outre, dans la bulle Dudum siquidem, datée du 25 septembre 1493 et intitulée Extension de la concession apostolique et donation des Indes, le pape garantissait à l'Espagne ces pays qui, à un moment ou à un autre, avaient appartenu à l'Inde.

Nouveau traité[modifier | modifier le code]

Cet échec des aspirations du Portugal mena en 1494 à la conclusion du Traité de Tordesillas entre l'Espagne et le Portugal. Le nouveau traité déplaçait la ligne vers l'ouest, pour la fixer à 370 lieues à l'ouest des îles du Cap-Vert, et donnait, cette fois, explicitement au Portugal tout nouveau territoire découvert à l'est de cette ligne. Au début, la ligne de Tordesillas n'encerclait pas le globe. L'Espagne et le Portugal ne pouvaient pas dépasser vers l'ouest ou l'est de l'autre côté du globe et continuaient à posséder les pays qu'ils avaient été les premiers à découvrir.

En réaction à la découverte par le Portugal des Moluques en 1512, l'Espagne mit en avant l'idée en 1518 que le pape Alexandre avait divisé le monde en deux moitiés. Le traité de Saragosse (1529) définit la ligne des antipodes placée à 17 degrés à l'est des Moluques.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Cette bulle marque le début de la colonisation espagnole en Amérique et des missions catholiques dans le Nouveau Monde. Un des effets imprévus de la bulle et du Traité de Tordesillas a été de donner pratiquement tout l'océan Pacifique et la côte ouest de l'Amérique à l'Espagne, qui invoqua ces actes, par exemple, pour réclamer la Colombie-Britannique et l'Alaska en 1819 lors du traité d'Adams-Onís.

Texte intégral[modifier | modifier le code]

On trouvera une traduction française du texte intégral de la bulle à l'adresse http://mjp.univ-perp.fr/traites/1493bulle.htm.