Zanzibar (pays)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zanzibar.

Zanzibar

19631964

Drapeau
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Carte du Zanzibar

Informations générales
Statut Sultanat puis République
Capitale Zanzibar City
Fuseau horaire +3
Histoire et événements
10 décembre 1963 Indépendance du Royaume-Uni
12 janvier 1964 Révolution et proclamation de la République
26 avril 1964 Fusion avec le Tanganyika

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Zanzibar, en forme longue à sa création République populaire de Zanzibar, était un État indépendant issu de la décolonisation britannique du protectorat de Zanzibar le 10 décembre 1963, qui fut incorporé au Tanganyika le 26 avril 1964 en tant que Gouvernement révolutionnaire de Zanzibar pour former la Tanzanie actuelle.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'État de Zanzibar s'étendait sur deux des trois îles principales de l'archipel de Zanzibar situé dans l'océan Indien : les îles de Pemba et d'Unguja, cette dernière abritant la capitale, Zanzibar City.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Zanzibar.
Drapeau de la République populaire de Zanzibar en usage en janvier 1964.
Drapeau de la République populaire de Zanzibar en usage du 12 janvier au 26 avril 1964.

La naissance de l'État de Zanzibar se fait dans l'agitation avec des émeutes raciales durant les élections législatives de 1961. Les Britanniques, réalisant qu'une autodétermination est inévitable, mettent fin au protectorat et accordent l'indépendance à Zanzibar le 10 décembre 1963 sous la forme d'un sultanat membre du Commonwealth avec à sa tête Jamshid bin Abdullah, le sultan au pouvoir depuis juillet 1963.

Mais le climat de tension populaire et politique ne se calme pas : les manifestations sont courantes, les séances parlementaires sont agitées et des émeutes raciales d'une grande violence débouchent sur une révolution. Ces actions menées par un groupe armé de quelques centaines de paramilitaires dirigés par John Okello originaire de l'île de Pemba, débutent dans la nuit du 11 au 12 janvier 1964 et se poursuivent dans la nuit. Le lendemain, les infrastructures de communication de l'île et les trois casernes de polices sont aux mains des rebelles qui peuvent renverser le sultan et instaurer une junte marxiste-léniniste. Le chef de l'Afro Shirazi Party, le Cheik Abeid Amani Karume, est alors nommé président de la République populaire et les autres dirigeants du parti constituent le Gouvernement révolutionnaire de Zanzibar.

Le coût humain de cette révolution est élevé puisqu'elle s'accompagne de massacres, de pogroms et de pillages. Ces violences, qui prennent une tournure raciale, touchent principalement des Arabes et des Indiens, faisant plusieurs milliers de victimes (certaines sources parlent de 5 000 morts[1], d'autres de 17 000[2]) et en chassant des milliers d'autres.

Ces troubles au Zanzibar faillirent déstabiliser le récent Tanganyika indépendant depuis le 9 décembre 1961 : un coup d'État manqua de renverser le président Julius Nyerere. Ce dernier organisa alors une rencontre avec Abeid Amani Karume afin de trouver un accord politique. Selon les termes de cet accord, les deux pays fusionnent le 24 avril 1964 pour donner naissance à la « République unie de Tanganyika et de Zanzibar », rebaptisée quelques mois plus tard « République unie de Tanzanie » ou plus simplement « Tanzanie » avec à sa tête Julius Nyerere comme président et Abeid Amani Karume comme vice-président. Mais l'accord stipule néanmoins qu'Abeid Amani Karume reste à la tête du Gouvernement révolutionnaire de Zanzibar qui est chargé de gérer l'autonomie politique de Zanzibar.

République populaire de Pemba[modifier | modifier le code]

Drapeau de la République populaire de Pemba.

Le 18 janvier 1964, l'île de Pemba déclare son indépendance vis-à-vis de la République populaire de Zanzibar et adopte un drapeau. Cette nouvelle République sera réintégrée avant la fin du mois à Zanzibar[3],[4].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]