République des Maris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
République des Maris
(ru) Республика Марий Эл
(chm) Марий Эл Республика
Armoiries de la République des Maris
Armoiries de la République des Maris
Drapeau de la République des Maris
Drapeau de la République des Maris
République des Maris
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Volga-Viatka
District fédéral Volga
Statut politique République
Création 4 novembre 1920
Capitale Iochkar-Ola
Président Leonid Markelov
Démographie
Population 698 176 hab. (2010)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Superficie 23 375 km2
Autres informations
Langue(s) officielle(s) Russe, mari
Fuseau horaire UTC+4
Code OKATO 88
Code ISO 3166 RU-ME
Immatriculation 12
Liens
Site web http://gov.mari.ru

La République des Maris ou Mari El (en russe : Респу́блика Мари́й Эл, Respoublika Mari El ; en mari : Марий Эл Республик) est une république, sujet de la Fédération de Russie.

La république des Maris se situe à l'est de Moscou, au nord de la Volga.

Monument à Iochkar-Ola.

Géographie[modifier | modifier le code]

La République des Mari est située à 600 km à l'est de Moscou, sur le cours moyen de la Volga, principalement au nord du fleuve. La république est située dans la partie orientale de la plaine d'Europe orientale de Russie. La Dépression de Mari (en) marécageuse est située à l'est de la république. Les forêts couvrent 57% du territoire.

Rivières[modifier | modifier le code]

La rivière Shukshan.

La république compte 476 rivières. La plupart sont petites entre 10–50 m de largeur et 0.5-1.4 m de profondeur. Elles gèlent de la mi-novembre à la mi-avril.

Les rivières les plus importantes sont:

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

MariEl03.png

Démographie[modifier | modifier le code]

Les recensements de la population de la république donnent les résultats suivants: 749 386 (1989 ), 727 979 (2002), 696 459 (2010 ).

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Les indicateurs démographiques sont les suivants[2]:

Population moyenne
(x 1000)
Naissances Décès Remplacement Taux brut de natalité
(par 1000)
Taux brut de mortalité
(par 1000)
Remplacement
(par 1000)
Taux de fécondité
1970 686 10,505 6,364 4,141 15.3 9.3 6.0
1975 695 11,816 7,190 4,626 17.0 10.3 6.7
1980 710 13,169 8,091 5,078 18.5 11.4 7.2
1985 728 14,198 8,529 5,669 19.5 11.7 7.8
1990 755 11,953 7,775 4,178 15.8 10.3 5.5 2,16
1991 756 10,578 7,786 2,792 14.0 10.3 3.7 1,97
1992 758 9,227 8,330 897 12.2 11.0 1.2 1,76
1993 758 8,019 9,622 - 1,603 10.6 12.7 - 2.1 1,56
1994 758 7,851 10,788 - 2,937 10.4 14.2 - 3.9 1,53
1995 757 7,337 9,999 - 2,662 9.7 13.2 - 3.5 1,43
1996 755 6,952 9,495 - 2,543 9.2 12.6 - 3.4 1,35
1997 752 6,782 9,625 - 2,843 9.0 12.8 - 3.8 1,32
1998 749 6,657 9,623 - 2,966 8.9 12.8 - 4.0 1,29
1999 746 6,597 10,674 - 4,077 8.8 14.3 - 5.5 1,28
2000 741 6,784 11,040 - 4,256 9.1 14.9 - 5.7 1,30
2001 736 6,832 11,434 - 4,602 9.3 15.5 - 6.3 1,30
2002 729 7,300 12,105 - 4,805 10.0 16.6 - 6.6 1,38
2003 723 7,515 11,861 - 4,346 10.4 16.4 - 6.0 1,40
2004 718 7,715 12,098 - 4,383 10.7 16.9 - 6.1 1,40
2005 713 7,475 12,256 - 4,781 10.5 17.2 - 6.7 1,34
2006 708 7,550 11,286 - 3,736 10.7 15.9 - 5.3 1,32
2007 704 8,306 10,745 - 2,439 11.8 15.3 - 3.5 1,45
2008 701 8,620 10,699 - 2,079 12.3 15.3 - 3.0 1,50
2009 699 8,896 10,435 - 1,539 12.7 14.9 - 2.2 1,60
2010 696 8,857 10,572 - 1,715 12.7 15.2 - 2.5 1,59
2011 694 9,066 9,816 - 750 13.0 14.1 - 1.1 1,66
2012 691 9,841 9,444 397 14.2 13.6 0.6 1,83
2013 689 10,100 9,485 615 14.6 13.7 0.9 1,91(e)

Groupes ethniques[modifier | modifier le code]

Ethnie
Rec. 1926 Rec. 1939 Rec. 1959 Rec. 1970 Rec. 1979 Rec. 1989 Rec. 2002 Rec. 2010 Census4
Nombre  % Nombre  % Nombre  % Nombre  % Nombre  % Nombre  % Nombre  % Nombre  %
Mari 247,979 51.4% 273,332 47.2% 279,450 43.1% 299,179 43.7% 306,627 43.5% 324,349 43.3% 312,178 42.9% 290,863 43.9%
Russes 210,016 43.6% 266,951 46.1% 309,514 47.8% 320,825 46.9% 334,561 47.5% 355,973 47.5% 345,513 47.5% 313,947 47.4%
Tatars 20,219 4.2% 27,149 4.7% 38,821 6.0% 40,279 5.9% 40,917 5.8% 43,850 5.9% 43,377 6.0% 38,357 5.8%
Tchouvaches 2,184 0.5% 5,504 0.9% 9,065 1.4% 9,032 1.3% 8,087 1.1% 8,993 1.2% 7,418 1.0% 6,025 0.9%
Autres 1,703 0.4% 6,674 1.2% 10,830 1.7% 15,433 2.3% 14,015 2.0% 16,167 2.2% 19,943 2.7% 13,138 2.0%
1 34 129 enrégistées dans les banques de données d'ont pu déclarer quelle est leur ethnie[3]

Politique[modifier | modifier le code]

Bâtiment du gouvernement de la Mari El

Le chef du gouvernement de la République des Mari est le russe orthodoxe Leonid Markelov. Les membres de l'éthnie Mari sont sujet à une pesante russification. Les activistes ethniques Mari vient avec la peur de la violence. L'activiste Mari et rédacteur en chef Vladimir Kozlov a été sévèrement battu après avoir publié une critique à l'encontre de la politique de Leonid Markelov. De nombreux autres représentants Mari ont subi des violences, des la persécutions juridiques et des intimidations[4].

La religion Marla des Maris subit aussi des marques d'hostilité. Ainsi Vitaly Tanakov a été accusé d'attiser la a été accusé d'incitation à la haine religieuse, nationale, sociale et linguistique pour avoir publié son livre Le prêtre parle[5].

Dans son rapport de 2006 Fédération russe: La situation des droits de l'Homme de la minorité Mari de la république de Mari El, la Fédération internationale pour les droits de l'Homme d'Helsinki (IHF) et le Groupe Moscou Helsinki (MHG) ont trouvé de nombreuses preuves de persécution politique et culturelle du peuple Mari, et d'une tendance plus large à la répression des dissidents dans la république[6],[7],[8].

Économie[modifier | modifier le code]

Les industries les plus développés sont la construction mécanique, le travail du métal et du bois, et les industries alimentaires. La plupart des entreprises industrielles sont situées dans la capitale Yoshkar-Ola, ainsi que dans les villes de Kozmodemiansk, Volzhsk et Zvenigovo.

Transports[modifier | modifier le code]

Le service de 15 gares ferroviaires, de 53 gares routières et de marchroutkas permet de voyager facilement et à coût faible. La république est reliée par des trains quotidiens à Moscouet Kazan.

La républqiue a aussi l'aéroport de Yoshkar-Ola (en) situé à 9 km de Yoshkar-Ola et un port sur la Volga à Kozmodemyansk (en).

Éducation[modifier | modifier le code]

Yoshkar-Ola dispose de 2 universités Mari State Technical University (en) et Mari State University[9]. La république a plus de 900 écoles primaires et secondaires.

Bien que la langue Mari soit langue d'état officielle, les éducateurs ont dû abandonner leur poste ces dernières années et l'éducation en langue Mari a perdu ses financements[10],[11].

Religion[modifier | modifier le code]

Religion des Mari El (2012)[12],[13]

Les religions les plus pratiquées de la république sont la religion russe orthodoxe, la Marla, l'orthodoxie vieux-croyants, et l' Islam. La religion traditionnelle des Mari - Chimari Yula- est encore pratiquée par de nombreux Mari people est est la religion principale des Mari de Bachkirie[14]. On pratique aussi une forme syncrétiste de Paganisme et de Christianisme. Les tsars on pris des mesures très fortes pour contraindre les ari à se christianiser, allant jusqu'à faire exploser une de leurs montagnes sacrées. Les persécution de la religion continuèrent durant la période soviétique. Dans les années 1990s la religion est reconnue officiellement par l’État et reprend vie.

Les Mari se regroupent autour d'environ 520 bosquets sacrés où ils offrent des sacrifices d'animaux et de légumes lors de 20 festivals annuels. Même si la religion traditionnelle est l'un des trois[15] religions officiellement reconnues de la république de Mari, les pratiques religieuses des Mari subissent une pression croissante, selon les groupes de défense des droits de l'Homme[16] et mènent à des réactions de la part du parlement européen[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les habitants autochtones, les Maris, sont majoritairement des païens animistes qui ont su résister à la fois à la christianisation et à l'islamisation ainsi qu'aux répressions tsaristes et communistes.

Article détaillé : Maris (peuple).

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Сайт "Спортивный туризм в Татарстане". По просторам Марий Эл. Справка о местности.
  2. (ru) « Statistiques », Service de statistiques fédéral de l'état de Russie (consulté le 24 décembre 2014)
  3. (ru) « ВПН-2010 », Perepis-2010.ru (consulté le 26 décembre 2014)
  4. (en) United Nations High Commissioner for Refugees, « Refworld | World Directory of Minorities and Indigenous Peoples - Russian Federation : Mari », Unhcr.org (consulté le 27 décembre 2014)
  5. (en) « Russia Moves to Ban Religious Rites of Indigenous Finno-Ugric People Mari », Democraticunderground (consulté le 27 décembre 2014)
  6. (en) Russian Federation: « The Human Rights Situation of the Mari Minority of the Republic of Mari El » (consulté le 27 décembre 2014)
  7. « La situation de la minorité mari en Fédération de Russie », Assemblée parlementaire européenne,‎ 12 mai 2005 (consulté le 27 décembre 2014)
  8. (en) Mika Parkkonen, « Finno-Ugric Mari people of Central Russia complain of ethnic persecution », Helsingin sanomat,‎ 27 décembre 2001 (consulté le 27 décembre 2014)
  9. (en) « UNIVERSITÉ NOUVELLES », Université nationale Mari (consulté le 27 décembre 2014)
  10. « Human Rights Reports », State.gov,‎ 20 janvier 2009 (consulté le 27 décembre 2014)
  11. (en) Liz Fuller, « Russia: Marii El Begins To Look Like Belarus On The Volga », Rferl.org (consulté le 27 décembre 2014)
  12. (ru) « Arena - Atlas of Religions and Nationalities in Russia », Sreda.org (consulté le 25 décembre 2014)
  13. (ru) « 2012 Survey Maps », Ogonek", № 34 (5243),‎ 27 août 2012 (consulté le 26 décembre 2014)
  14. « La république des Maris, dernière nation païenne d'Europe », SYNERGIES EUROPEENNES (consulté le 27 décembre 2014)
  15. (avec l'orthodoxie et l'islam)
  16. (en) « Amnesty International | Russian Federation: Amnesty International launches annual report and second Memorandum to President Medvedev », Amnesty.org,‎ 20 Mai 2009 (consulté le 27 décembre 2014)
  17. « Résolution du Parlement européen sur l'agression contre Galina Kozlova, membre de l'organisation nationale Mari Uchem et rédactrice en chef de la revue Ontšöko », Parlement européen,‎ 7 mars 2007 (consulté le 27 décembre 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]