Tatarstan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
République du Tatarstan
(ru) Республика Татарстан
(tt) Татарстан Республикасы
(tt) Tatarstan Cömhüriyəte
Armoiries du Tatarstan
Armoiries du Tatarstan
Drapeau du Tatarstan
Drapeau du Tatarstan
Tatarstan
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Volga
District fédéral Volga
Statut politique République
Création 27 mai 1920
Capitale Kazan
Président Roustam Minnikhanov
Premier ministre Ildar Khalikov
Démographie
Population 3 822 038 hab. (2013)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Superficie 67 847 km2
Autres informations
Langue(s) officielle(s) Russe, tatar
Fuseau horaire UTC+4
Code OKATO 92
Code ISO 3166 RU-TA
Immatriculation 16, 116
Liens
Site web http://www.tatar.ru
Tatar03.png

Le Tatarstan ou République du Tatarstan (en russe : Респу́блика Татарста́н, Respoublika Tatarstan ; en tatar : Татарстан Республикасы, Tatarstan Respublikası) est une république de la fédération de Russie, située sur le bassin de la Volga, qui tire son nom du peuple tatar, et dont la capitale est Kazan. L'origine ethnique des habitants de la région est très diverse : Tatars, mais aussi Russes, Tchouvaches, Bachkirs, Géorgiens, etc.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Tatarstan est compris entre la vallée moyenne de la Volga et l'avant-pays ouralien. Peu montagneux, le plus haut sommet culmine à 254 m d'altitude[réf. nécessaire]. Il est parcouru par de nombreux cours d'eau dont les plus importants sont, à part la Volga, la Kama, la Belaïa, la Viatka et l'Ik.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours des années qui précédèrent la dislocation de l'Union soviétique, les autorités de la république socialiste soviétique autonome de Tatarie réclamèrent le statut de république soviétique à part entière, et non de république autonome au sein de la RSFS de Russie.

Le , le Soviet suprême de la RSSA de Tatarie adopte la déclaration de la souveraineté. Le les autorités tatares organisent un référendum dont la question était :

« Êtes-vous d'accord pour que la république tatare soit un sujet de droit international ? »

Le , le Tatarstan et la Tchétchénie refusent de signer le Traité fédératif visant à remplacer le traité de l'Union élaboré par Mikhaïl Gorbatchev.

En décembre 1991, le Soviet suprême de la république déclare l'adhésion du Tatarstan à la CEI comme membre fondateur. Cependant, le Tatarstan est demeuré intégré à la fédération de Russie, mais disposant d'une autonomie plus importante que toutes les autres entités qui la composent, et même de représentations plénipotentiaires à l'étranger (notamment en France, au 55 avenue Marceau, à Paris).

La répartition des compétences entre le Tatarstan et le centre fédéral se fonde sur la Constitution du Tatarstan, la Constitution de la Russie et le Traité sur la délimitation des compétences, signé en 1994 et en 2007.

La politique d'harmonisation de la législation initiée par Vladimir Poutine dans les années 2000, a amené un retour à une plus stricte intégration dans la fédération. Toutefois les choix économiques et les relations internationales sont empreints d'une vaste autonomie, et une politique d'encouragements envers les PME et les partenariats avec les entreprises étrangères est fortement en hausse, malgré la crise.

Mintimer Chaïmiev fut le président de la république du Tatarstan du au date à laquelle Roustam Minnikhanov lui a succédé[1]. Farid Moukhamedchine est le président de l'assemblée législative (Gossovet) du Tatarstan depuis le .

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Le Tatarstan, issu de la république socialiste soviétique autonome de Tatarie (1922-1992), rassemblait, en 1991, à la veille de la dislocation de l'Union soviétique, une population de 3 679 400 habitants. En 2013, la population était estimée à 3 822 038 habitants[2].

Les Tatars, qui appartiennent au rameau turc de la famille ethno-linguistique altaïque, étaient, en 1926, environ 3 311 000 dans l'ensemble de l'Union soviétique, alors que la population totale de la Tatarie ne s'élevait alors qu'à 2 800 000 personnes. En 1970, la tendance s'était encore accentuée, puisque sur 5 931 000 Tatars recensés pour l'ensemble de l'Union soviétique, seuls 1 536 000 vivaient en Tatarie, où ils étaient à peine plus nombreux que les Russes.

Les Tatars sont également nombreux dans les régions voisines de Russie, au Kazakhstan et en Ouzbékistan. L'installation des Russes en Tatarie, commencée au lendemain de la prise de Kazan par les armées du tsar en 1552, s'est constamment poursuivie. La découverte du pétrole au lendemain de la Seconde Guerre mondiale contribua à accroître fortement l'importance numérique du groupe slave vivant à l'intérieur des frontières de la Tatarie. Après la dislocation de l'Union soviétique, les Tatars ne représentaient que 48 % de la population, contre 43 % pour les Russes.

Appartenance ethnique[modifier | modifier le code]

Ethnies des habitants du Tatarstan (2010)[3]

Selon le recensement de 2010, l’appartenance ethnique des habitants du Tatarstan est répartie comme suit[3].

Ethnie Nombre Pourcentage[4]
Tatars 2 012 571 53,2
Russes 1 501 369 39,7
Tchouvaches 116 252 3,1
Oudmourtes 23 454 0,6
Mordves 19 156 0,5
Maris 18 848 0,5
Ukrainiens 18 241 0,5
Bachkirs 13 726 0,4
Azéris 9 527 0,3
Ouzbeks 8 881 0,2
Arméniens 5 987 0,2
Tadjiks 5 859 0,2
Biélorusses 4 592 0,1
Juifs 2 624 0,1
Allemands 2 200 0,1
Autres 17 149 0,5
Non précisé 6 052

Économie[modifier | modifier le code]

Tatarstan, 100 roubles

Le Tatarstan possède sur son territoire les puits les plus productifs du gisement du Second-Bakou. Aussi, la valeur de la production industrielle est-elle de beaucoup supérieure à celle de l'agriculture : pétrochimie, plastiques, pneumatiques, engrais, machines-outils, automobiles (Kamaz), électronique, informatique et horlogerie (Vostok).

Personnalités nées au Tatarstan[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Tatarstan: le nouveau président Minnikhanov prête serment », RIA Novosti,‎ 25 mars 2010 (consulté le 31 mars 2010)
  2. (ru) « Оценка численности постоянного населения на 1 января 2013 г. », Service fédéral des statistiques russe (consulté le 23 septembre 2013)
  3. a et b (ru) « Население по национальности и владению русским языком по субъектам Российской Федерации », Service fédéral des statistiques russe (consulté le 23 septembre 2013), p. 111–113
  4. Les pourcentages n’incluent pas les personnes n’ayant pas déclaré leur appartenance ethnique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Gabbazov, Le Tatarstan et la Fédération de Russie : entité administrative ou communauté politique ?, Université de Bordeaux 4, 1999, 118 p. (mémoire de DEA de Science politique)
  • Fred Hilgemann, Le Tatarstan : pays des musulmans de Russie, Paris, éd. Autrement, 2007, 214 p. (ISBN 978-2-7467-1023-8)
  • Midhat Farukshin, « République autonome du Tatarstan », in Le statut constitutionnel des régions dans la Fédération de Russie et dans d'autres pays européens : le rôle des autorités législatives régionales dans le renforcement de « l'unité dans la diversité » : actes, Kazan, Tatarstan (Fédération de Russie), 11-12 juillet 2003, Strasbourg, Éditions du Conseil de l'Europe, 2003, pp. 155-165. [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :