Libyque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Libyque (homonymie).
Libyque
Parlée en Afrique du Nord
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 nxm
IETF nxm

Le libyque (parfois appelé paléoberbère) était un ensemble de langues, déclinées en plusieurs dialectes, parlées par les populations libyques, dans l'Afrique du Nord antique, et dont dériveraient le berbère[1].

Le libyque était une langue afro-asiatique et utilisait un alphabet strictement consonantique dérivé de l'alphabet punique, le libyco-berbère (ancêtre du tifinagh actuel, écriture touareg). On a attesté son existence dès le IIIe millénaire av. J.-C. Les inscriptions libyques qui sont parvenues jusqu'à nous sont principalement funéraires et privées mais il existe quelques inscriptions publiques bilingue punico-libyques (comme à Thugga), voire libyco-latines. Par contre on ne connaît aucune trace littéraire, le libyque étant surtout basé sur des traditions orales avec des techniques très élaborées de transmission de la langue. Malgré les quelques traces bilingues et les filiations potentielles avec des langues actuelles, les spécialistes n'ont pu déchiffrer cette langue que partiellement, à savoir la forme orientale, probablement influencée par le punique. La forme occidentale, qui comporte 13 lettres supplémentaires, serait plus primitive.

On note une survivance de la langue au moins jusqu'à la fin de la période romaine, avec par exemple des inscriptions datant de 201 sur les parois du fort de Bu Njem, au sud-est de la Medjadja, ou des signes gravés sur un vase à Tiddis au IVe siècle. Cette persistance s'explique sans doute par le fait que les Romains ont eu du mal à comprendre et parler le libyque[2]. On parle à cette époque de néo-libyque, pour marquer les évolutions de la langue, notamment sous l'influence punique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Écriture libyco-berbère » in Anne Zali et Annie Berthier, L'aventure des écritures, Bibliothèque nationale de France & Réunion des musées nationaux, 2002.
  2. Pline l'Ancien évoque des « noms imprononçables par d'autres bouches que celles des indigènes » (L'Histoire naturelle, V, 1)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(voir aussi notes ci-dessus)

  • Lionel Galand, « Le berbère et l'onomastique libyque », in L'onomastique latine, Paris, 1977, p. 299-304.

Liens internes[modifier | modifier le code]