Arabe libyen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabe libyen
ليبي [Lībi]
Parlée en Libye, Égypte, également Tunisie et Algérie
Nombre de locuteurs 4 millions en Libye[1]
320 000 en Égypte (2002)
Typologie SVO flexionnelle
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 ayl
IETF ayl
Extension géographique de l'usage de l'arabe libyen.

L'arabe libyen (Lībi ليبي) est un terme générique désignant les variétés d'arabe dialectal parlées par plus de quatre millions de personnes, principalement en Libye et dans les pays avoisinants. Il se divise en deux variétés principales, l'une orientale autour de Benghazi et El Beïda, l'autre occidentale autour de Tripoli et Misrata. La variété orientale s'étend au delà de la frontière dans l'ouest de l'Égypte.

Note sur la transcription[modifier | modifier le code]

La transcription de l'arabe libyen dans l'alphabet latin pose quelques problèmes. Il n'existe pas de transcription unique des diverses variétés d'arabe, y compris l'arabe littéral. L'alphabet phonétique international (API) ne se prête pas très bien à représenter certains allophones de l'arabe libyen par un symbole unique. À l'inverse, certains sons propres à l'arabe libyen manquent dans les translittérations habituellement employées pour l'arabe littéral. Le présent article emploie la transcription DIN-31635 avec les additions suivantes:

API Extension DIN-31635
ɡ g
ō
ē
ə ə
ż
ʒ j

Histoire[modifier | modifier le code]

Deux événements historiques majeurs ont contribué à la formation de l'arabe libyen: d'une part la migration des Banu Hilal et des Banu Sulaym, d'autre part la migration des arabes d'Al Andalus vers l'Afrique du Nord suite à la Reconquista. L'arabe libyen a également subi des influences italiennnes et turques, ainsi que celles d'un substrat berbère.

Usage[modifier | modifier le code]

Comme les autres dialectes arabes, l'arabe libyen est dans un rapport de diglossie avec l'arabe littéral, où le libyen joue le rôle de variété inférieure et le littéral celui de la variété de prestige. L'arabe libyen sert principalement à la communication orale en Libye, à la fois comme langue maternelle et comme langue véhiculaire de personnes qui n'ont pas l'arabe comme langue maternelle. Il est également employé dans la poésie populaire libyenne, la fiction télévisée, la chanson. Il est rare qu'il soit écrit, ce registre étant normalement assuré par l'arabe littéral ; cependant, l'arabe libyen s'emploie à l'écrit dans le dessin de presse et la communication personnelle par Internet ou SMS.

Phonologie[modifier | modifier le code]

Consonnes[modifier | modifier le code]

Le tableau qui suit présente les consonnes de l'arabe libyen. À noter que quelques-unes d'entre elles (signalées par des parenthèses) ne se trouvent que dans certaines variétés régionales.

  Labiales Interdentales Alvéolaires Postalvéo-
laires
/
palatales
Vélaires Uvu-
laires
Pharyn-
gales
Glottales
 ordinaire  emphatique  ordinaire  emphatique
Occlusives sourdes       t tˤ   k (q)   (ʔ)
sonores b     d dˤ   ɡ      
Fricatives sourdes f θ   s sˤ ʃ   χ ħ h
sonores (v) ð ðˤ z zˤ ʒ   ʁ ʕ  
Nasales m     n            
Latérales       l lˤ          
Roulées       r rˤ          
Semi-voyelles w       j        

Comme dans tous les dialectes bédouins, le phonème /q/ - correspondant à la lettre qāf - est réalisé comme la consonne sonore [g], sauf dans les mots empruntés récemment à l'arabe littéral, prononcés avec la consonne sourde [q].

Dans les variétés occidentales, les fricatives interdentales /θ ð ðˤ/ se sont confondues avec les occlusives alvéolaires /t d dˤ/. Les variétés orientales continuent généralement de distinguer les deux séries, mais il existe une tendance à remplacer /dˤ/ par /ðˤ/.

Voyelles[modifier | modifier le code]

Voyelles de l'arabe libyen

Le système vocalique de l'arabe libyen se distingue notamment de celui de l'arabe littéral par les développements suivants:

  • le /a/ de l'arabe littéral s'est scindé en deux variétés, antérieure [æ] et postérieure [ɑ]
  • les diphtongues /ai/ et /au/ de l'arabe littéral sont devenues les voyelles longues [eː] et [oː], respectivement. Certaines variétés orientales conservent cependant les diphtongues, réalisées [ei ] et [ou ].

Clics expressifs[modifier | modifier le code]

L'arabe libyen fait un usage expressif d'au moins trois consonnes cliquées, trait qu'il partage avec les dialectes bédouins d'Arabie centrale. Le premier signale une réponse affirmative et est considéré comme d'un registre familier ou populaire. Le deuxième est un clic dental et indique une réponse négative. Le troisième est un clic palatal employé exclusivement par les femmes avec une signification proche de « hélas ».

Structure syllabique[modifier | modifier le code]

L'arabe libyen forme ses syllabes selon le modèle suivant, où C représente une consonne et V une voyelle (les constituants facultatifs sont mis entre parenthèses): C1(C2)V1(V2)(C3)(C4)

Les groupes de consonnes chargés sont allégés par l'épenthèse d'un [ə], selon des règles variables localement :

  • dans les variétés occidentales, l'épethèse se produit entre C3 and C4, et la syllabe devient C1(C2)V1(V2)(C3)(əC4);
  • dans les variétés orientales, l'épenthèse se produit entre C1 and C2, et la syllabe devient C1(əC2)V1(V2)(C3)(C4).

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

La majeure partie du vocabulaire provient de l'arabe littéral, compte tenu des changements caractéristiques de l'arabe libyen. Il existe aussi un nombre important de mots d'origine italienne, et un plus petit nombre d'origine turque, berbère et anglaise.

Apparentement avec l'arabe littéral[modifier | modifier le code]

Le sens des mots hérités de l'arabe littéral est le plus souvent conservé, mais il y a aussi de nombreux cas de glissements sémantiques. Le tableau qui suit en donne quelques exemples.

Les verbes sont classiquement présentés à la 3e personne du masculin singulier de l'aspect inaccompli. Les formes de l'arabe littéral sont classiquement présentées avec le suffixe caractéristique a, mais la relation avec l'arabe libyen se comprend mieux en considérant la forme du même verbe à la pause, où ce a est élidé.

Exemples de glissements sémantiques en arabe libyen depuis l'arabe littéral
Arabe libyen arabe littéral
 Mot   API[2]   Sens   Mot   API   Sens le plus proche 
šbaḥ ʃbaħ il a vu šabaḥ ʃabaħa il est apparu
dwe dwe il a parlé dawā dawaː il a grondé
lōḥ loːħ bois lawḥ lauħ planche
wāʿər wɑːʕər difficile waʿr waʕr (terrain) accidenté
šaḥḥəṭ ʃaħːətˤ il a étiré šaḥiṭ ʃaħitˤɑ il s'est éloigné

Mots d'origine italienne[modifier | modifier le code]

Les emprunts lexicaux à l'italien concernent principalement mais non exclusivement le domaine technique - tels que les machines et leurs composants, l'équipement électrique, certains noms de poissons, etc.

Mots d'origine italienne en arabe libyen
Arabe libyen Italien
 Mot   API   Sens   Mot   Sens 
ṣālīṭa sˤɑːliːtˤa pente salita montée
kinšēllu kənʃeːlːu portail métallique cancello grille, portail
anguli anɡuli coin angolo coin
ṭānṭa, uṭānṭa tˤɑːntˤɑ, utˤɑːntˤɑ camion ottanta quatre-vingts (du nom d'un modèle italien de camion)
tēsta teːsta coup de boule testa tête

Mots d'origine turque[modifier | modifier le code]

Les emprunts au turc remontent à l'époque ottomane en Libye. Ils sont moins nombreux que les emprunts à l'italien.

Mots d'origine turque en arabe libyen
Arabe libyen Turc
 Mot   API   Sens   Mot   Sens 
kāšīk kaːʃiːk cuiller kaşık cuiller
šīša ʃiːʃa bouteille şişe bouteille
kāġəṭ kɑːʁətˤ papier kağıt papier
šōg ʃoːɡ beaucoup çok beaucoup

Mot d'origine berbère[modifier | modifier le code]

Avant l'arabisation, la majorité de la population du territoire de l'actuelle Libye parlait des langues berbères. Par suite, l'arabe libyen leur a fait un certain nombre d'emprunts lexicaux. Une partie des Libyens est toujours berbérophone aujourd'hui, mais l'influence actuelle du berbère sur l'arabe libyen est mal évaluée.

Grammaire[modifier | modifier le code]

L'arabe libyen partage avec l'arabe maghrébin le préfixe n- employé à la première personne du singulier de l'aspect inaccompli des verbes. Comme dans les autres dialectes arabes modernes, la déclinaison (grammaire) est réduite, mais il existe une riche conjugaison.

Noms[modifier | modifier le code]

Les noms sont marqués en genre (masculin ou féminin) et varient selon trois nombres (singulier, duel et pluriel). Certains noms ont aussi un paucal, qui indique un petit nombre. Les diminutifs sont très usités (notamment chez les femmes) pour ajouter une nuance d'empathie ou d'affection (hypocoristique) ; comme en arabe classique, ils se forment par alternance vocalique appliquée au nom de départ.

L'article défini est al-, comme en arabe littéral, mais avec certaines particularités de prononciation :

  • devant un nom commençant par une lettre lunaire, il se réduit à [l] quand l'initiale du nom comporte une seule consonne et à [lə] quand il y en a plusieurs. Les lettres lunaires sont les mêmes qu'en arabe littéral, même quand leur valeur phonétique a changé - à l'exception de jīmdevenu lettre solaire en arabe libyen
  • devant un nom commençant par une lettre solaire (celles de l'arabe littéral, plus jīm), l'article se prononce [ə] suivi de l'initiale du nom géminée (par assimilation du l à cette initiale).

L'indéfinition n'a pas de marque particulière.

Duel[modifier | modifier le code]

Comme les autres dialectes arabes modernes, l'arabe libyen a entièrement perdu le duel dans sa conjugaison. Il le conserve en revanche dans la flexion des noms ; son usage est plus répandu dans les variétés orientales.

Démonstratifs[modifier | modifier le code]

L'arabe libyen possède de nombreuses séries de démonstratifs. Le tableau suivant en propose une liste partielle.

Série 1 2 3 4 5
ce... -ci (masculin singulier proximal) hāda hādaya hida haẓa haẓayēhi
cette... -ci (féminin singulier proximal) hādi hādiya hidi haẓi haẓiyēhi
ce... -là (masculin singulier distal) hādāka hāḍākaya haḍak haẓakki
cette... -là (féminin singulier distal) hādīka hādīkaya hadīk

Verbes[modifier | modifier le code]

Thèmes verbaux[modifier | modifier le code]

En arabe libyen comme en arabe classique, la formation des thèmes verbaux est une part importante de la morphologie. Cependant, les schèmes III à X de l'arabe classique n'y sont plus productifs, et les schèmes IV et X n'y existent plus. Le tableau suivant répertorie les schèmes verbaux de l'arabe classique et leurs correspondants en arabe libyen (les formes citées sont celles de l'aspect accompli à la 3e personne du masculin au singulier).

Formation des thèmes verbaux en arabe libyen (dialecte de Tripoli)
Schème Arabe classique Arabe libyen Usage en arabe libyen
I faʿala fʿal Productif.
II faʿʿala faʿʿəl Productif.
III fāʿala fāʿəl Non productif.
IV ʾafʿala Inexistant.
V tafaʿʿala tfaʿʿəl Productif.
VI tafāʿala tfāʿəl Assez productif (généralement pour des verbes au sens permettant une action réciproque).
VII infaʿala ənfʿal Productif.
VIII iftaʿala əftʿal En arabe libyen, le sens général est le même que celui obtenu au moyen du schème VII, plutôt que le sens observé en arabe classique. Le schème VIII ne s'emploie que lorsque la première consonne radicale de la racine est une sonante (l, m, n, r). L'emploi du schème VII avec ces racines résulterait en une assimilation à cette sonante du n du préfixe.
IX ifʿalla Inexistant.
X istafʿala stafʿəl Non productif et rare.

Conjugaison[modifier | modifier le code]

Comme les autres formes d'arabe, l'arabe libyen distingue deux types de racines verbales :

  • les racines fortes, dont la conjugaison est régulière
  • les racines faibles, dont la conjugaison comporte diverses assimilations. C'est le cas quand l'une des consonnes de la racine est wāw, yāʾ ou la hamza, ou lorsque la deuxième et la troisième consonne sont identiques.

Les verbes à racines fortes se classent en trois sous-groupes selon que le vocalisme de leur conjugaison est dominé par les voyelles i, a ou u. Les variétés orientales d'arabe libyen ont une conjugaison plus complexe que les variétés occidentales. Les tableaux suivants donnent quelques exemples de conjugaison dans le dialecte de Tripoli (une variété occidentale).

Conjugaison d'un verbe fort en I : k-t-b « écrire »
Personne Aspect accompli Aspect inaccompli Impératif
Singulier
3e masc. ktab yiktəb
3e fém. kitbət tiktəb
2e masc. ktabət tiktəb iktəb
2e fém. ktabti tikətbi ikətbi
1re masc./fém. ktabət niktəb
Pluriel
3e masc./fém. kitbu yikətbu
2e masc./fém. ktabtu tikətbu ikətbu
1re masc./fém. ktabna nikətbu

Remarques :
1. Le /i/ des verbes en I se prononce le plus souvent [ə].
2. Dans les racines dont la première consonne est uvulaire, pharyngale ou glottale (c'est-à-dire les consonnes /χ ħ h ʁ ʕ ʔ/, mais pas /q/ du fait de sa prononciation vélaire [g] en arabe libyen), le /i/ de l'inaccompli et de l'impératif se prononce [e]. Par exemple, le verbe /ʁ-l-b/ « vaincre » se conjugue [jeʁləb], [teʁləb], etc.

Conjugaison d'un verbe fort en A : r-k-b « monter »
Personne Aspect accompli Aspect inaccompli Impératif
Singulier
3e masc. rkab yarkəb
3e fém. rukbət tarkəb
2e masc. rkabət tarkəb arkəb
2e fém. rkabti tarkbi arkbi
1re masc./fém. rkabət narkəb
Pluriel
3e masc./fém. rukbu yarkbu
2e masc./fém. rkabtu tarkbu arkbu
1re masc./fém. rkabna narkbu

Remarques :
1. Le /a/ des verbes en A se prononce [æ] ou [ɑ] en fonction de la nature des consonnes environnantes.

Conjugaison d'un verbe fort en U : r-g-ṣ « danser »
Personne Aspect accompli Aspect inaccompli Impératif
Singulier
3e masc. rgaṣ yurguṣ
3e fém. rugṣət turguṣ
2e masc. rgaṣət turguṣ urguṣ
2e fém. rgaṣti turgṣi urgṣi
1re masc./fém. rgaṣət nurguṣ
Pluriel
3e masc./fém. rugṣu yurgṣu
2e masc./fém. rgaṣtu turgṣu urgṣu
1re masc./fém. rgaṣna nurgṣu

Remarques :
1. Dans les racines dont la première consonne est uvulaire, pharyngale ou glottale (c'est-à-dire les consonnes /χ ħ h ʁ ʕ ʔ/, mais pas /q/ du fait de sa prononciation vélaire [g] en arabe libyen), le /u/ de l'inaccompli et de l'impératif se prononce [o]. Par exemple, le verbe /ʁ-r-f/ « ramasser » se conjugue [joʁrəf], [toʁrəf], etc.

Futur[modifier | modifier le code]

L'arabe libyen forme un futur au moyen du préfixe bi-, qui se réduit à b- à l'aspect inaccompli. Ainsi, tiktəb « elle écrit » devient btiktəb « elle écrira ». Il ne faut pas confondre ce préfixe avec la marque d'indicatif de certains dialectes arabes orientaux.

Intercompréhension avec les autres dialectes arabes[modifier | modifier le code]

L'arabe libyen est largement intelligible par les Tunisiens et les Algériens de l'Est, mais difficile à comprendre pour la plupart des arabophones du Machrek, y compris l'Égypte. Pour ces locuteurs, un certain degré d'adaptation est nécessaire.

Pour se faire mieux comprendre, les Libyens doivent remplacer certain mots typiques de leurs dialecte, généralement par des mots d'arabe standard moderne ou d'arabe égyptien. Voici quelques exemples de mots souvent remplacés :

Arabe libyen API Meaning
halba halba beaucoup
dār daːr il a fait
dwe dwe il a parlé
gaʿmiz ɡaʕməz il s'est assis
ngaz ŋɡaz il a bondi
ḫnab χnab il a volé

En général, tous les mots d'origine italienne et, dans une certaine mesure, turque sont remplacés par des équivalents.

Il faut remarquer que le remplacement d'un mot ne signifie pas que celui-ci soit exclusivement libyen : il peut arriver qu'un locuteur remplace un mot parce qu'il le suppose absent du dialecte de son interlocuteur. par exemple, le mot zarda « festin, pique-nique » a des formes proches dans diverses variétés d'arabe maghrébin, mais est souvent remplacé parce que les locuteurs en ignorent l'existence.

Pidgin[modifier | modifier le code]

Du fait des contacts avec les non-arabophones, notamment les immigrés originaires de l'Afrique subsaharienne, il s'est formé en Libye une forme pidginisée d'arabe libyen. Comme les pidgins de manière générale, sa structure est simplifiée et son pouvoir expressif restreint.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Libyan Arabic » (voir la liste des auteurs)

  1. Ethnologue, 16e éd., 2009
  2. La prononciation est celle des variétés occidentales.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Wikipédia en Arabe libyen dans l'Incubateur de Wikimedia.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Chambard, Proverbes libyens recueillis par R. Ch., éd. par Gilda Nataf & Barbara Graille, Paris, GELLAS-Karthala, 2002 [pp. 465–580: index arabe-français/français-arabe] - ISBN 2-84586-289-X
  • Eugenio Griffini, L'arabo parlato della Libia – Cenni grammaticali e repertorio di oltre 10.000 vocaboli, frasi e modi di dire raccolti in Tripolitania, Milano : Hoepli, 1913 (reprint Milano : Cisalpino-Goliardica, 1985)
  • Christophe Pereira, Le parler arabe de Tripoli (Libye), Zaragoza : Instituto de Estudios Islamicós y del oriente próximo, 2010
  • Abdulgialil M. Harrama. 1993. "Libyan Arabic morphology: Al-Jabal dialect," thèse de doctorat de l'University of Arizona
  • Jonathan Owens, "Libyan Arabic Dialects", Orbis 32.1–2 (1983) [corr. 1987], p. 97–117
  • Jonathan Owens, A Short Reference Grammar of Eastern Libyan Arabic, Wiesbaden : Harrassowitz, 1984 – ISBN 3-447-02466-6
  • Ester Panetta, "Vocabolario e fraseologia dell’arabo parlato a Bengasi" – (Letter A): Annali Lateranensi 22 (1958) 318–369; Annali Lateranensi 26 (1962) 257–290 – (B) in: A Francesco Gabrieli. Studi orientalistici offerti nel sessantesimo compleanno dai suoi colleghi e discepoli, Roma 1964, 195–216 – (C) : AION n.s. 13.1 (1964), 27–91 – (D) : AION n.s. 14.1 (1964), 389–413 – (E) : Oriente Moderno 60.1–6 (1980), 197–213