Commentry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Commentry
Image illustrative de l'article Commentry
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Allier
Arrondissement Montluçon
Canton Commentry
Intercommunalité Communauté de communes de Commentry - Néris-les-Bains
Maire
Mandat
Claude Riboulet
2014-2020
Code postal 03600
Code commune 03082
Démographie
Population
municipale
6 580 hab. (2011)
Densité 314 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 17′ 23″ N 2° 44′ 32″ E / 46.2897222222, 2.74222222222 ()46° 17′ 23″ Nord 2° 44′ 32″ Est / 46.2897222222, 2.74222222222 ()  
Altitude Min. 332 m – Max. 462 m
Superficie 20,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Commentry

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Commentry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Commentry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Commentry

Commentry est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne.

Ses habitants s'appellent les Commentryens.

Géographie[modifier | modifier le code]

À l'ouest des terres bourbonnaises, en limite des derniers contreforts des Combrailles, Commentry appartient au département de l’Allier. Sa place de ville-centre, au cœur du bassin de Montluçon, lui donne un poids économique indéniable. Très bien desservie, en particulier par l'A71, la ville offre aujourd’hui, toutes les facilités de transport. Même le train Lyon-Bordeaux s'y arrête.

À l’origine, Commentry était une commune rurale dispersée entre une vingtaine de hameaux. Né au Vieux-Bourg, dans la vallée de l’Œil, au passage d’un gué reliant une ancienne voie venant d’Évaux, Commentry doit son essor au développement de son industrie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Commentry née de l'industrie[modifier | modifier le code]

Le charbon est à l’origine de la vocation industrielle de Commentry, mais la ville telle que nous la connaissons aujourd'hui s'est développée après la Seconde Guerre mondiale, grâce d’une part au développement d’une importante industrie chimique, spécialisée dans les compléments pour nutrition animale – Adisseo – et d'autre part au travail de sa forge – Erasteel –, leader mondial dans la production d’acier dit « rapide ».

De son passé industriel, Commentry a conservé le grand portail de la Manufacture des Glaces, érigé, tel un témoignage de son histoire, sur un rond-point à l’entrée de la ville.

Les terrains miniers ont cédé la place aux roseraies et pépinières Delbard, dont les champs et le laboratoire expérimental se trouvent sur la commune de Commentry.

Commentry s’appuie aujourd’hui sur un tissu industriel dense et varié et s’ouvre aux activités de distribution, avec la création du pôle logistique de la ZAC de Magnier.

Un symbole du socialisme[modifier | modifier le code]

En 1882, Commentry élit, pour la première fois en France, un maire socialiste : Christophe Thivrier.

En septembre 1902, se tient à Commentry le congrès qui donne naissance au Parti socialiste de France par fusion du Parti ouvrier français (POF), « marxiste », de Jules Guesde, du Parti socialiste révolutionnaire (PSR), « blanquiste », d'Édouard Vaillant, et de l'Alliance communiste révolutionnaire. Ce congrès fédère les socialistes opposés à la politique de Bloc républicain incarnée par Alexandre Millerand alors ministre socialiste du cabinet Waldeck-Rousseau et soutenue par Jean Jaurès [1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

De gueules à l'enclume de sable surmonté d'un marteau et d'un pic de mineur du même posés en sautoir, surmontés d'une lampe de mineur du même allumée d'argent.

Une ville dynamique[modifier | modifier le code]

Avec plus de 7 000 habitants, Commentry offre tous les avantages de la ville alliés aux charmes de la campagne. Cette qualité de vie reconnue de tous les Commentryens est rehaussée par une vie associative, culturelle et sportive extrêmement riche et variée.

La ville est dotée d’une salle polyvalente (l’Agora), d’un théâtre municipal, d’une médiathèque (La Pléiade), d’un foyer culturel, d’une école municipale de musique. Commentry propose tout au long de l’année différents ateliers, des expositions, du cinéma, des concerts, du théâtre et sa célèbre fête locale, le Vijon, au mois d’août.

Avec l’organisation de plus d’une cinquantaine de manifestations sportives, Commentry cultive une très forte passion pour le sport. Ses clubs de vélo, de football, de rugby, d’athlétisme, de gymnastique, de tennis, de pétanque rassemblent de nombreux adhérents.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections municipales de 2014, quatre candidats se sont représentés. Le premier tour n'a pas donné d'issue favorable, la liste de Claude Riboulet n'arrivant en tête qu'avec 47,05 % des voix. Le taux de participation au 1er tour est de 68,50 %. Au second tour, les deux listes de tête (celle de Claude Riboulet et celle de Sylvain Bourdier) se sont départagées et la liste de Claude Riboulet l'emporte avec 58,11 % des voix. Le taux de participation au second tour est de 68,41 %[2].

29 sièges sont à pourvoir au conseil municipal dont 5 au conseil communautaire. La majorité de ces sièges est détenue par Claude Riboulet (23 sièges dont 4), l'opposition obtient les 6 sièges restants dont 1 au conseil communautaire[2].

Composition du conseil municipal en 2014[2],[3]
Nuance Liste présidée par Résultats tour 1/tour 2 Sièges CM/CC
DVG « Commentry pour tous » Sylvain Bourdier 25,74 % 41,88 % 6 (1)
UD « Commentry de toutes nos forces ! » Claude Riboulet 47,05 % 58,11 % 23 (4)
SOC Bernard Lesterlin 16,17 %
DVD Jacky Laville 11,02 %

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1792 Gilbert Descloux    
1792 An VIII François Balthazar Dardan    
1815 1821 Gilbert Deffontis    
1821 1825 Alexandre Mathieu    
1825 1830 Gilbert Deffontis    
1830 1848 Jean François Paul Rambourg    
1848 1862 -    
1862 1865 Charles Nicolas Martenot    
1865 1870 Christophe Stéphane Mony    
1870 1871 Charles-Auguste Martenot    
1871 1873 Gilbert Bayet    
1873 1874 Joseph Pitiot    
1874 1876 Charles-Auguste Martenot    
1876 1877 Pierre François Aujame    
1877 1878 Pierre Joseph Pitiot Pierre François Aujame    
1878 1881 Pierre François Aujame    
1881 1882 Jean-Pierre Desgranges    
1882 1884 Christophe Thivrier SFIO député
1884 1888 Pierre Aujame    
1888 1889 Christophe Thivrier    
1889 1892 François Faure    
1892 1908 Jean Dumazet    
1908 1912 François Faure    
1912 1919 Charles Prats    
1919 1936 Alphonse Thivrier    
1936 1943 Isidore Thivrier SFIO député, fils de Christophe Thivrier
1943 1944 Marius Elisée Dumazet    
1944 1945 Victor Hisslen    
1945 1947 Henry Cluzel    
1947 1989 Georges Rougeron PS  
1989 2001 Guy Formet PS  
2001 2014 Jean-Louis Gaby UMP pharmacien
2014 en cours Claude Riboulet UMP-UDI  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

D’après le recensement Insee de 2007, Commentry compte 6 803 habitants (soit une diminution de 6 % par rapport à 1999). La commune occupe le 1 430e rang au niveau national, alors qu'elle était au 1 261e en 1999, et le 8e au niveau départemental sur 320 communes.


En 2011, la commune comptait 6 580 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
600 498 565 601 1 277 1 126 1 424 3 015 5 465
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8 484 8 582 9 978 11 698 12 978 12 416 12 515 12 618 12 632
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
11 169 10 205 10 112 10 256 10 089 10 136 8 827 9 119 9 259
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
9 711 10 026 10 043 9 195 8 021 7 204 6 857 6 580 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (31 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (29,2 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,1 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,8 %, 15 à 29 ans = 15,6 %, 30 à 44 ans = 19,1 %, 45 à 59 ans = 24,3 %, plus de 60 ans = 26,2 %) ;
  • 53,1 % de femmes (0 à 14 ans = 12,2 %, 15 à 29 ans = 14,6 %, 30 à 44 ans = 15,6 %, 45 à 59 ans = 22,4 %, plus de 60 ans = 35,3 %).
Pyramide des âges à Commentry en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
2,0 
9,5 
75 à 89 ans
14,5 
16,3 
60 à 74 ans
18,8 
24,3 
45 à 59 ans
22,4 
19,1 
30 à 44 ans
15,6 
15,6 
15 à 29 ans
14,6 
14,8 
0 à 14 ans
12,2 
Pyramide des âges du département de l'Allier en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,7 
9,0 
75 à 89 ans
13,5 
16,2 
60 à 74 ans
17,1 
22,3 
45 à 59 ans
21,2 
19,5 
30 à 44 ans
18,0 
16,1 
15 à 29 ans
14,1 
16,4 
0 à 14 ans
14,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Hôtel de ville de 1897. Présence de fresques de Marc Saint-Saëns et du triptyque de Charles Duvent, La Joie au travail, ainsi que de La Liberté guidant le Peuple, de Lucien Pénat, copie de Delacroix commandée par la municipalité à l'artiste pour orner la salle d'honneur.
  • Halle couverte XIXe siècle.
  • Église Saint-Front du XIIe siècle au Vieux Bourg.
  • Église du Sacré-Cœur du XIXe siècle. Église néo-classique avec campanile. Première église de France à avoir été consacrée au Sacré-Cœur[réf. nécessaire]. Orgue Merklin de 1876.
  • Portail de la Glacerie.
  • Le Forgeron de Paul Silvestre (1939).
  • Le monument aux morts de Commentry réalisé par le sculpteur Félix-Alexandre Desruelles, représente un paysan découvrant dans son champ la tombe d’un soldat. L'homme se recueille, appuyé sur une faux. Il est inscrit sur le monument « La ville de Commentry à ses enfants victimes de la guerre »[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Rambourg (1751-1827) Maître de forges de la forêt de Tronçais, devient concessionnaire des mines de Commentry en 1821 et déclenche l'industrialisation de la ville.
  • Paul Rambourg (1799-1873) Maire de 1830 à 1864, député de 1857 à 1863, maire de Néris-les-Bains en 1871. Industriel, associé-gérant de Rambourg Frères & Cie (Houillères de Commentry, Forges de Montluçon, Manufacture de Glaces et Verreries de Commentry ...).
  • Stéphane Mony (1800-1884) Ingénieur, directeur des Houillères de Commentry de 1840 à 1854, directeur général de la Société de Fourchambault-Commentry de 1854 à 1883, il évince les familles Rambourg et Boigues de la société. Maire de 1865 à 1870, député de 1868 à 1871.
  • Charles-Auguste Martenot (1827-1900) Ingénieur, directeur général des Forges de Châtillon-Commentry, puis des Houillères de Commentry. Maire de 1870 à 1875, député de 1871 à 1876, sénateur de 1876 à 1885.
  • Christophe Thivrier (1841-1895) Maire et député sous la IIIe République, premier maire socialiste élu au monde (le 6 juin 1882)[9].
  • Henri Fayol (1841-1925) Ingénieur, successeur de Stéphane Mony à la tête des Houillères, puis de la Société. Il procède à la fusion avec les Mines de Decazeville et à plusieurs extensions d'activité dans les bassin houillers lorrains. Il est célèbre par sa doctrine de management, le fayolisme, qui sera la "norme" enseignée par les Business Schools américaines pendant toute la seconde moitié du XXe siècle.
  • Émile Mâle (1862-1954) Historien d'art et académicien français.
  • Victor Auclair (1866-1928) Architecte, né à Commentry.
  • Jean Beaumont (1870-1966) Sénateur de l'Allier (1920-1940), né et mort à Commentry.
  • Jean Bayet (1882-1969) Latiniste et historien de la religion romaine, membre de l'Institut, directeur de l'École française de Rome, dont le grand-père paternel, Gilbert Bayet, fut maire de Commentry de 1871 à 1873.
  • Jacques Hillairet (1886-1984) Historien, spécialiste de l'histoire de Paris, natif de Commentry.
  • Abel Gance (1889-1981) Réalisateur et producteur de cinéma. Il passa une partie de son enfance chez ses grands-parents maternels à Commentry.
  • Georges Rougeron (1911-2003) Maire, président du Conseil général et sénateur de l'Allier.

Musée[modifier | modifier le code]

Salle du patrimoine Émile-Mâle.

Une libellule pour symbole[modifier | modifier le code]

Trouvée dans les houillères, la célèbre « Meganeura Monyi » a acquis ses lettres de noblesse en se révélant être la plus grande libellule fossile découverte au monde.

Héritage ancestral et symbole de la préservation de l’environnement, la libellule est devenue l’emblème de la ville de Commentry.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Depuis 2006, une convention lie la ville de Commentry avec la ville de Chojnow en Pologne

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Semaine du développement durable.
  • Festival rock "Les Bouchures".
  • Fête communale du Vijon.
  • Rencontres de théâtre amateur.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Écoles maternelles
    • Maternelle du Bois
    • Maternelle du Bourbonnais
  • Écoles primaires
    • École Édith-Busseron
    • École du Vieux-Bourg
    • École de Pourcheroux
  • Collège
    • Collège Émile-Mâle (public)
  • Lycée
    • Lycée professionnel Geneviève-Vincent

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Alain Auclair et Pierre Couderc, La sidérurgie en Bourbonnais. Essor industriel et croissance urbaine de 1840 à 1990[10], Aurillac, 2000 (ISBN 2-85579-019-0). Chapitre III : « Première création de Châtillon Commentry à proximité du charbon. La forge de Commentry », p. 387-465.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rosa Luxembourg "Le socialisme en France (1898-1912)" Oeuvres complètes, co-éditions Agone-Smolny, Tome III, pages 228 à 232
  2. a, b et c Résultats des élections municipales de 2014 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  3. Listes aux élections municipales de 2014 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. « Évolution et structure de la population à Commentry en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010)
  7. « Résultats du recensement de la population de l'Allier en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010)
  8. Le monument aux morts de Commentry
  9. http://centenaire.parti-socialiste.fr/article.php3%3Fid_article=264.html
  10. L'ouvrage concerne en fait la Compagnie des forges de Châtillon-Commentry et Neuves-Maisons.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :