Histoire de la Papouasie-Nouvelle-Guinée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article traite de l'histoire de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les données archéologiques indiquent que l'homme est arrivé en Nouvelle-Guinée, aux alentours de - 60 000 ans avant Jésus Christ probablement par l'Asie du Sud-Est lors d'une période glaciaire où l'océan était plus bas et les traversées plus courtes entre les îles.

Ces premiers découvreurs sont des chasseurs et cueilleurs.

Arrivée des premiers Européens[modifier | modifier le code]

Les premiers Européens à avoir vu la Nouvelle-Guinée furent les navigateurs portugais naviguant dans le Pacifique Sud au début du XVIe siècle. Vers 1526, Dom Jorge de Meneses arrive sur l'île principale et la nomme Papouasie.

Ce nom provient de « Papou », que certains auteurs disent dériver d'un mot malais décrivant les cheveux crépus des Mélanésiens (confondus avec les Papous). Le nom de Nouvelle-Guinée est attribué à la région au XVIe siècle par un explorateur espagnol en raison de la ressemblance existant, selon lui, entre les populations locales et celles de Guinée en Afrique.

Bien que les navigateurs européens aient régulièrement visité les îles alentours, les habitants restent peu connus des Européens jusque dans les années 1870. À cette époque, l'anthropologue russe Nikolaï Mikloukho-Maklaï effectue un certain nombre d'expéditions en Nouvelle-Guinée et s'attache à décrire le mode de vie des habitants de Papouasie-Nouvelle Guinée.

Territoire de Papouasie[modifier | modifier le code]

En 1883, la colonie du Queensland a le projet d'annexer le sud-est de la Nouvelle-Guinée. Le 6 novembre 1884, un protectorat britannique est proclamé sur la côte sud de la Nouvelle-Guinée et de ses îles adjacentes. Le protectorat britannique appelé Nouvelle-Guinée, est annexé le 4 septembre 1888. La possession est ensuite placée sous l'autorité de l'Australie en 1902.

En 1941, le Territoire de Papouasie est envahi par le Japon. Repris par les troupes alliées au cours de la guerre du Pacifique, le Territoire de Papouasie est régie par l'administration militaire australienne de Port Moresby. Le Territoire obtiendra son indépendance en 1975.

Nouvelle-Guinée allemande[modifier | modifier le code]

En 1884, l'Empire allemand, prend officiellement possession du quart nord de l'île. L'administration de ce territoire est confiée en 1885 à une société commerciale, la Compagnie de Nouvelle-Guinée allemande (en allemand Neuguinea-Kompagnie). Au titre de sa charte constitutive, la Compagnie de Nouvelle-Guinée allemande exerce des droits souverains sur le nouveau territoire. Elle possède également la capacité de «négocier» directement avec les habitants. Les relations avec les puissances étrangères restent, quant à elles, aux mains du gouvernement allemand.

En 1899, le gouvernement impérial allemand prend le contrôle total du territoire, par la suite connu sous le nom de Nouvelle-Guinée allemande. En 1914, les troupes australiennes occupent ce territoire après des combats contre les troupes allemandes de l'île (Théâtre océanien de la Première Guerre mondiale) qui restera sous contrôle australien pendant toute la Première Guerre mondiale et jusqu'en 1921.

Un bombardier allié A-20 attaque un navire marchand japonais lors de la bataille de la mer de Bismarck, mars 1943.
Deux corps de soldats japonais dans un trou d'obus rempli d'eau quelque part en Nouvelle-Guinée

La campagne de la Nouvelle-Guinée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Campagne de Nouvelle-Guinée.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la campagne de la Nouvelle guinée est l'une des principales campagnes militaires de la Guerre du Pacifique. L'île de Nouvelle-Guinée est alors partagée entre l'Australie (la partie nord-est de l'île de Nouvelle Guinée, les îles environnantes, le Territoire de la Papouasie, c'est-à-dire la partie sud-est de l'île de la Nouvelle-Guinée, administrée en tant que colonie de l'Australie) et les Pays-Bas Nouvelle-Guinée. Elle est stratégiquement importante, car située à proximité immédiate de l'Australie.

Côté allié, l'île et les différents terrioires qui la compose sont sous la responsabilité du général Douglas MacArthur (Zone Sud-Ouest du Pacifique). L'armée impériale japonaise de la 8e armée, Imamura, est quant à elle basée à Rabaul, sous les ordres du lieutenant général Hatazō Adachi.

1945-1975 : Vers l'indépendance[modifier | modifier le code]

Depuis l'indépendance[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]