Tapa (tissu)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Tapa

Le tapa est une étoffe végétale obtenue par la technique de l'écorce battue. Cette technique encore utilisée pour l'artisanat d'art en Océanie a été pratiquée en Amérique du Sud, en Afrique Centrale et en Indonésie (où on l'appelle daluang ou dluwang).

Tapa, Fiji, 19 c.

Différentes espèces d'arbres ou d'arbustes sont utilisées : mûrier à papier (Broussonetia papyrifera) pour la couleur blanche, arbre à pain (uru en tahitien) ou ficus prolixa pour la couleur rouge-brun.

L'écorce prélevée en bandes est mise à tremper pendant deux ou trois jours pour l'assouplir, puis grattée de façon à ne conserver que le liber. Elle est ensuite battue sur un tronc d'arbre dur servant d'enclume à l'aide d'un battoir de section carrée aux faces gravées de rainures dont la finesse augmente selon la face. Durant l'opération, l'écorce est repliée plusieurs fois sur elle-même afin d'obtenir l'épaisseur souhaitée.

En Mélanésie, le tapa est fabriqué par les hommes, tandis qu'en Polynésie, c'est l'affaire des femmes. Traditionnellement, les étoffes étaient surtout utilisées à l'état naturel, certaines étaient teintes en jaune ou en rouge à l'aide de teintures à base de plantes.

Aujourd'hui, les tapas sont utilisés en Polynésie comme support pour l'artisanat d'art, avec des motifs géométriques et des représentations de tikis.

Étapes de la préparation d'un tapa, avant peinture[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Fanny Wonu Veys, Barkcloth in Tonga and its neighbouring areas : 1773-1900, presenting the past in the present, University of East Anglia, 2005, 2 vol. (thèse)
  • (fr) Emmanuel Anati, L'art du tapa : étoffe pour les dieux, étoffe pour les hommes (traduit de l'italien par Thierry Loisel), l'Insolite, Paris, 2005, 191 p. (ISBN 2-916054-02-2)
  • (fr) Florence Klein (dir.), Tapa : écorces et décors d'Océanie, Musée de Nouvelle Calédonie, Nouméa ; Auckland Museum Te papa Wakahiku, Aucland, 2001, 95 p. (catalogue d'exposition)
  • (fr) Laurent Guillaut, Marie-Claire Bataille-Benguigui (et al.), Tapa : étoffes cosmiques d'Océanie, Musée de Cahors Henri-Martin, 2009, 127 p. (ISBN 978-2-9526224-0-0) (catalogue d'exposition)

Documents sonores[modifier | modifier le code]

  • Étudier, présenter et préserver le Tapa (conférence enregistrée en salle de cinéma les 7 et 8 avril 2011, Hélène Guiot, Stéphanie Caffarel, et Vincent Daniels, conférenciers), Musée du quai Branly, Paris, 2011, 1 CD data (5 h)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Kuo hina 'e hiapo : the mulberry is white and ready for harvest, film documentaire (Melinda et Joseph Ostraff, auteurs, producteurs ; Michael Van Wagenen, auteur, producteur, éditeur ; Brian Wilcox, réalisateur), Documentary Educational Resources, Watertown, MA, 2007 (cop. 1997), 27 min (DVD)