Fieseler Fi 156

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Fieseler Fi 156 Storch Su-27 silhouette.svg
German Fieseler Fi 156 Storch.JPG Vue de l'avion

Constructeur Fieseler
Rôle Avion de liaison et d'observation
Premier vol 1936
Mise en service 1937
Nombre construits 2 900
Équipage
1 pilote, 1 copilote mitrailleur
Motorisation
Moteur Argus As 10C-3 (en)
Nombre 1
Type Moteur 8 clindres en V refroidi par air
Puissance unitaire 240 ch
Dimensions
Envergure 14,25 m
Longueur 9,90 m
Hauteur 3,05 m
Surface alaire 26 m2
Masses
À vide 930 kg
Maximale 1 320 kg
Performances
Vitesse maximale 175 km/h
Vitesse de décrochage 46 km/h
Rayon d'action 385 km
Armement
Interne 1 mitrailleuse MG 15 de 7,9 mm

Le Fieseler Fi 156 est un avion militaire de reconnaissance allemand de la Seconde Guerre mondiale, fabriqué par la Firme Fieseler et conçu en 1935.

Il est l’équivalent du Piper américain, il excella dans ses missions d'observation, de transport de personnalités ou de matériel, d'ambulance volante.

Il est surnommé Storch (cigogne en allemand) à cause de son train d'atterrissage haut sur pattes.

De 1935 à 1945, la Luftwaffe a utilisé environ 2 900 Fieseler Fi 156.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

C'est un avion à décollage et atterrissage court ADAC (STOL en anglais), ce qui permettait de le faire décoller et de le poser presque n'importe où. En effet, il n'avait besoin que de 50 m pour décoller et moins de 25 m pour atterrir, cela grâce à des becs de bord d'attaque et de volets à fentes.

Ces capacités particulières étaient, en plus de son décollage et atterrissage court, une vitesse de décrochage basse (moins de 50 km/h) et sa manœuvrabilité.

Sa large surface vitrée lui permettait de servir d'excellent observateur.

Une mitrailleuse MG 15 de 7,9 mm était parfois installée à l'arrière.

Un grand nombre de Fi 156 a été produit durant l'occupation dès 1942 en France par Morane-Saulnier qui a développé après la guerre une version spécifique, notamment pour la Marine nationale, le MS.502 Criquet à moteur en étoile Salmson de 240 ch, puis le MS.505 Criquet à moteur en étoile Jacobs de 305 ch.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Le , cent Fieseler Storch furent utilisés comme moyen de transport de combattants pour déposer des troupes en Ardennes, à raison de deux soldats par avion, suivant un plan dénommé NiWi, des noms des localités de Nime et de Witry choisies par l'état-major allemand pour y semer le trouble à l'arrière du front belge. Mais les escadrilles durent se dérouter pour éviter des tirs belges venus du sol, ce qui amena des atterrissages improvisés en dehors des zones repérées. Certains avions même capotèrent et prirent feu en se posant sur un terrain inapproprié. Les rescapés de cette première vague entreprirent néanmoins d'exécuter leur mission en coupant des lignes téléphoniques avant d'être mis en fuite par des chars belges disposés en deuxième échelon derrière le front de haute Ardennes. Finalement, le regroupement allemand eut lieu, mais l'effet de surprise était perdu et les chasseurs ardennais qui résistaient à Bodange, Martelange et Chabrehez purent retraiter vers la Meuse en suivant le mouvement général des troupes franco belges.
  • C'est avec ce type d'appareil qu'Otto Skorzeny fit évader l'ex-dictateur italien Mussolini d'un minuscule plateau situé à une haute altitude dans le massif du Gran Sasso en 1943, lors de l'opération Eiche.
  • Le général Julius von Bernuth s'écrasa à bord de cet appareil en juillet 1942.
  • Le général SS Theodor Eicke est également mort dans cet appareil le .
  • Winston Churchill survole les plages du débarquement en Normandie dans un Fi-156 Storch piloté par Harry Broadhurst le 22 juin 1944 au départ du terrain alg B3. Broadhurst a ramené le Storch de sa campagne d'Afrique du Nord. Dirigeant la 2nd TAF, il utilise cet avion pour rendre visite aux unités sous son commandement. Il aura un accident avec un Storch en 1945 à Evere-Bruxelles, un problème de moteur l'obligeant à se poser sur le toit d'un hangar précédemment incendié. Le toit ne résistera pas mais Broadhurst s'en tirera sans aucune blessure.
  • Le Generaloberst Robert Ritter von Greim, blessé aux commandes d'un Storch le par la DCA soviétique, dut son salut à sa passagère, le pilote d'essai Hanna Reitsch. Celle-ci prit les commandes par dessus les épaules du blessé et posa l'appareil près de la porte de Brandebourg à Berlin (Antony Beevor, La chute de Berlin p. 449).

Voir aussi[modifier | modifier le code]