Artur Axmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
16 octobre 1947 : Axmann lors de son interrogatoire à Nuremberg

Artur Axmann, né le à Hagen en Westphalie et mort le à Berlin, était un Nazi allemand, successeur de Baldur von Schirach à la tête des Jeunesses hitlériennes en 1940.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Hagen, il poursuit des études en droit et adhère dès la fin des années 1920 au parti nazi. Il fonde le premier groupe des Jeunesses hitlériennes de Westphalie en 1928.

En 1932 on le fait Reichsleiter du parti pour réorganiser les programmes concernant les Jeunesses hitlériennes, et un an plus tard il devient chef du Bureau social de la direction de la jeunesse du Troisième Reich. Axmann réussit à faire des Jeunesses hitlériennes (Hitlerjugend) partie de la direction de formation professionnelle de l'État et à améliorer leur travail agriculturel.

En service actif sur le front occidental jusqu'à mai 1940, il succède à Baldur von Schirach, devenant ainsi Reichsjugendführer (de) (chef de la Hitlerjugend) du parti. En 1941 il est gravement blessé sur le front oriental ; on dut lui amputer un bras.

Le on lui décerne l'Ordre allemand (Deutscher Orden), la plus importante décoration du parti.

À partir de février 1945, Axmann est commandant de la brigade de chasse blindée du Volkssturm, dirigeant plusieurs unités d'enfants-soldats de la Hitlerjugend. Ils luttent surtout à la bataille de Seelow, partie de la bataille de Berlin. Beaucoup des jeunes luttant sous son commandement meurent au combat, sans entraînement ni équipement militaire.

En , alors que l'Armée rouge soviétique approche et que la bataille de Berlin fait ses ravages, Axmann se réfugie dans le Führerbunker (selon Gerhardt Boldt, officier d'état-major de Guderian puis de Krebs, affecté dans le bunker, dès le début de la bataille de Berlin, Axmann a quitté ses bureaux de l'Adolf-Hitler-Platz pour se rapprocher du bunker ; quand les Jeunesses ont eu à défendre les ponts de la Havel, Axmann, bien qu'amputé d'un bras, se serait joint à eux[1]). Il parvient à s'en échapper avec Martin Bormann (dont il est témoin de la mort) et Ludwig Stumpfegger. Il disparaît quelques mois et prend le pseudonyme de « Erich Siewert ». On le capture en quand le mouvement clandestin nazi qu'il organisait est découvert.

En , un tribunal de dénazification de Nuremberg le condamne à trois ans et trois mois d'emprisonnement avant d'être à nouveau condamné le à une amende de trente-cinq mille Deutsche Mark, environ la moitié du prix de sa propriété à Berlin. Le procès prouve qu'il était Nazi par conviction.

Il se spécialise par la suite, entre autres, dans le commerce avec les pays de l'Est, et travaille à Gelsenkirchen et Berlin.

Il est mort le à Berlin.

Il a écrit ses mémoires vers la fin de sa vie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gerhard Boldt, La Fin de Hitler, J'ai lu, 1949

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]